Accueil Tags Sofia Coppola

Tag: Sofia Coppola

Quinzaine 50 – 20 cinéastes nés à la Quinzaine des réalisateurs.

0
La quinzaine a souvent eu du flair, soit en choisissant des réalisateurs prolifiques d'une cinéphilie peu exposée (Oliveira, Leston Peries, Ray ...), soit en fidélisant des cinéastes "étiquettés" cannois, soit encore en sélectionnant des réalisateurs qui n'avaient qu'un ou deux longs métrages (pas forcément exportés) à leur actif (Paul Pawlikowski, Todd Solondz, Stephen Frears, Todd Haynes, Denys Arcand, Ann Hui, Atom Egoyan, Roberto Benigni, Ken Loach ...). Elle a aussi manqué les débuts de Hou Hsiao-hsien et Aki Kaurismaki, n'a jamais choisit Pedro Almodovar ou Nanni Moretti, et a souvent invité Newell, Chahine, Oshima, Fassbinder, Schroeter ou encore Carle.

Test Blu-ray : Les proies

0
Au fil des années et des films, la fougue et la « passion » qui animaient la critique et le public à la découverte des œuvres de Sofia Coppola s'est peu à peu tarie, laissant de plus en plus place à un intérêt distant, une indifférence polie. Si l’annonce de chacun de ses nouveaux films suscite immanquablement un léger regain de fougue, la découverte de ceux-ci finit toujours un peu par décevoir, comme si on en voulait un peu à la cinéaste de ne pas nous livrer à chaque long-métrage une œuvre de la force de son premier (et meilleur) film, The virgin suicides.

Gotham Awards 2017 : le palmarès

0
Les Gotham Awards ont annoncé leur 27ème palmarès hier et lancent les remises de prix cinéma aux Etats-Unis. De bonne augure pour le très...

Cannes 2017 : Le bilan de Jean-Jacques

0
Impression générale : un Festival très moyen, de nombreux films qui auraient beaucoup gagné à être raccourcis, remarque qui vaut d'ailleurs, malgré toutes leurs qualités, à la Palme d'Or, au Grand Prix du Jury et, surtout, au Prix du Jury.

Cannes 2017 : Les proies

0
L'avant dernier film de Sofia Coppola (si on excepte la production Netflix A very Murray christmas, moyen-métrage de Noël sorti en 2015), The bling ring, était sélectionné à Un certain regard en 2013. Avec Les proies, c'est la deuxième fois que la cinéaste concourt pour la Palme. Un long métrage au casting qu'on a déjà croisé cette année en sélection officielle : Elle Fanning et Colin Farell étaient respectivement présents dans How to talk to girls at party et Mise à mort du cerf sacré ; Nicole Kidman était elle présente dans ces deux films ! Que vaut donc ce remake du film de Don Siegel de 1971 ?

Cannes 70 : quelle place pour les femmes sur la croisette...

0
70 ans, 70 textes, 70 instantanés comme autant de fragments épars, sans chronologie mais pas au hasard, pour fêter les noces de platine des...

Colin Farrell dans le remake des Proies par Sofia Coppola

1
En 1971, dans Les Proies (The Beguiled en VO), l'adaptation d'un roman de Thomas P. Cullian, Clint Eastwood incarnait un soldat nordiste gravement blessé recueilli et soigné dans une pension de jeunes filles durant la guerre de Sécession. Pensionnaires comme personnel sont sous le charme de l'homme viril, adepte du port facultatif de la chemise pour le plaisir de leurs yeux gourmands.

Les anniversaires de la semaine 19 / 2016

2
Voici la liste des personnalités du cinéma qui célébreront un anniversaire important pendant la semaine à venir, entre le 9 et le 15 mai 2016 :

News de la planète ciné (10 avril 2016, semaine 14)

1
Voici une petite sélection de news glanées ces deux dernières semaines et non traitées sur le site... Imogen Poots sera la tête d'affiche de Mobile...

Bande-annonce : A Very (Bill) Murray Christmas

0
L'acteur retrouve Sofia Coppola, sa réalisatrice de Lost in translation, pour une émission de divertissement qui sera diffusée le 4 décembre sur Netflix aux...

Un Joyeux Noël avec Bill Murray !

2
Bill Murray jouera au Père Noël cet hiver avec une émission pour les fêtes qui s'intitulera A Very Murray Christmas écrit par Murray lui-même,...

Critique : Le Parrain 3ème partie

1
Les débuts de notre culte de l’univers du Parrain ont coïncidé avec la sortie de cette troisième épopée des gangsters suprêmes. A l’époque, nous ne savions pas encore grand-chose du monde créé par Mario Puzo et Francis Ford Coppola, autre que la réputation mythique dont jouissent les deux premiers films des années 1970. Pour l’adolescent cinéphile débutant que nous étions alors, Le Parrain 3ème partie était la porte d’accès à une saga familiale aux proportions tragiques, un film majestueux injustement dénigré par la critique et ignoré par le public.