Critiques de films Drame — 09 novembre 2010
Critique : Virgin Suicides

The virgin suicides afficheVirgin Suicides

USA : 1999
Titre original : The Virgin Suicides
Réalisateur :
Scénario : Sofia Coppola
Acteurs : , , Hanna R. Hall
Production : Pathé Distribution
Genre : Comédie dramatique
Durée : 1H36
Date de sortie : 27 septembre 2000

5/5

Virgin Suicides est le premier long-métrage de Sofia Coppola, sorti en 1999. Il a connu un grand succès et a permis à la fille de Francis Ford Coppola de jouir d’une grande notoriété dès ses débuts en tant que réalisatrice. L’intrigue est tirée du livre Virgin Suicides de Jeffrey Eugenides, et le long-métrage a plusieurs fois été primé par des festivals américains. Le film a été produit par le père de Sofia Coppola, qui dira n’avoir jamais lu un aussi bon scénario.

Synopsis : Dans une ville américaine tranquille et puritaine des années soixante-dix, Cecilia Lisbon, treize ans, tente de se suicider. Elle a quatre soeurs, de jolies adolescentes. Cet incident éclaire d’un jour nouveau le mode de vie de toute la famille. L’histoire, relatée par l’intermédiare de la vision des garçons du voisinage, obsédés par ces soeurs mystérieuses, dépeint avec cynisme la vie adolescente. Petit a petit, la famille se referme et les filles reçoivent rapidement l’interdiction de sortir. Alors que la situation s’enlise, les garçons envisagent de secourir les filles. (Allociné)

Virgin Suicides fait partie de ces films qui vous laissent sans voix, auxquels vous pensez sans arrêt durant plusieurs jours. Malgré une intrigue lente et une absence de rebondissement, le scénario parvient à accrocher le spectateur durant 1h36 sans jamais être source d’ennui.
Le thème de l’adolescence et ses maux sont ici traités avec beaucoup de respect et de beauté. Même si Virgin Suicides s’articule autour du suicide de 5 sœurs, on est bien loin des clichés trash de l’adolescence que l’ont retrouvent dans les films actuels. Le travail parfait de l’image, le choix hors pair des acteurs, les costumes et bien sûr le scénario se conjuguent à merveilles pour obtenir un chef-d’œuvre du cinéma.

Kristen Dunst

On se retrouve tout d’abord plongé dans les années 70, au sein d’une famille pieuse. La fratrie de 5 sœurs, 5 jeunes vierges qui dégagent quelque chose de presque divin, fait l’objet de tous les fantasmes des jeunes garçons de leurs âges vivant dans le même quartier.
La sévérité de leurs parents, surtout de leur mère dictatrice, les empêche de s’épanouir. Elles sont alors un peu plus inaccessibles, et deviennent ainsi les muses d’un imaginaire masculin qui tente absolument de percer leurs secrets.
Tiraillées entre une éducation stricte et religieuse, et les désirs profonds de l’adolescence (premier amour, séduction, drogues, liberté : tout ce qui symbolise les années 70) les jeunes filles ne savent sur quel pied danser, pour au final enfreindre toutes les règles.

On apprécie d’autre part l’esprit vintage que dégage le film, notamment grâce aux vêtements classes des années 70, au bal de fin d’année old school, aux voitures américaines de légende ou encore aux images vieillies obtenues à partir d’un travail de la pellicule. Le film nous fait tout simplement rêver et nous plonge dans une Amérique attrayante : le rêve américain.

Le film conserve l’aspect romanesque du livre initial, grâce à une voix off qui décrit avec beaucoup de poésie et un soupçon d’humour les pensées des personnages. Elle permet également à la réalisatrice de suggérer des passages dérangeants sans jamais les montrer, à l’instar de l’orgie de suicides finale. Sofia Coppola (Marie-Antoinette) est donc parvenue à présenter avec finesse des sujets difficiles sans jamais déflorer l’univers innocent et merveilleux de l’adolescence qu’elle nous conte depuis le début.

Josh Hartnett et Kristen Dunst

Attribuons également le succès du film à la belle Kristen Dunst qui tient parfaitement son rôle d’adolescente rebelle et érotique sans jamais être vulgaire. Les hommes apprécieront le film grâce à la présence de l’actrice, mais les femmes remercieront Sofia Coppola d’avoir rééquilibré les choses en leur offrant un Josh Harnett (Le Dahlia Noir) en bad boy séducteur. Tous deux forment un duo magnifique et irrésistible en plein jeu de séduction… Le rêve de tous les adolescents.

Soulignons pour terminer que la bande originale du film est exceptionnelle. Réalisée par le groupe Air, elle propose des musiques et mélodies sublimes qui accompagnent les moments clés du film avec justesse. Les mélodies nostalgiques apportent un réel plus au long-métrage et contribuent à lui donner un aspect mystique.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=9dXQGEcO3SM[/youtube]

Résumé:

Virgin Suicides fait partie de ces films que l’on oublie pas. Un film sublime sous tous ses aspects, qui nous permet de nous évader comme un doux rêve et qui nous laisse un goût de mélancolie après visionnage. Sofia Coppola a réussi une superbe œuvre, avec certes ses petits défauts, mais qui seront vite oubliés pour ne garder que le meilleur.

Regarder Virgin Suicide en streaming avec Megavideo

Articles semblables

Partage

Auteur

Avatar
Julien

Cet article a été rédigé par Julien Mathon, fondateur et rédacteur du site Critique Film. Lire tous ses articles