Once Upon a Time in Wonderland Saison 1 Episode 6 – Who’s Alice

0
1078
OUATW-Alice Pays des Merveilles-Wonderland

Si les dernières semaines avaient prouvé que Once Upon a Time in Wonderland était capable de produire de bons épisodes, Who’s Alice nous rappelle que ce n’est pas toujours le cas et qu’il vaut mieux ne pas s’y habituer.

Tandis que la Reine Rouge est sur les traces de Cyrus, qui est parvenu à s’échapper, Alice se retrouve piégée dans un endroit étrange, dans lequel elle oublie la raison de son retour à Wonderland.

Après avoir assisté à une nette amélioration scénaristique ces dernières semaines, on espérait que Once Upon a Time in Wonderland poursuivrait dans cette voie et résoudrait les problèmes qui demeuraient. Hélas, il n’en est rien. Who’s Alice, non seulement ne fait pas avancer l’intrigue, mais de dote en prime de certains des dialogues les plus niais de l’histoire de la télévision. Exemple : « Cyrus possède le plus puissant de tous les pouvoirs : le véritable amour ». On nous fait déjà le coup dans Once Upon a Time depuis trois ans, et on le tolère parce que c’est Blanche-Neige et le Prince Charmant, et que la série est vraiment prenante, mais ici, la pilule a du mal à passer, et on rit devant tant de mièvrerie.

OUATW-Alice Pays des Merveilles-Wonderland

L’intrigue se contente de faire du remplissage. Pas de véritable obstacle à l’horizon, rien dont les personnages ne sortent grandis, rien de plus dans la quête d’Alice. Les flashbacks en revanche sont plus intéressants et permettent d’en savoir plus sur le retour d’Alice à Londres après son précédent voyage à Wonderland, et des raisons pour lesquelles elle s’est retrouvée internée. De même, les scènes du présent dans lesquelles Jafar rend visite au directeur de l’hôpital psychiatrique, puis au père d’Alice ne sont pas dénuées de charme, et laissent une lueur d’espoir quant à l’intérêt des prochaines intrigues.

Jamais auparavant Jafar n’avait paru aussi intéressant que dans ce Who’s Alice, et ce malgré son peu de temps de présence à l’écran. Naveen Andrews apporte un certain charisme à son personnage, et le changement de costume n’y est sans doute pas pour rien, gommant l’aspect risible qui prédominait jusqu’à présent à la seule vision du personnage. Si le jeu d’Emma Rigby est toujours correct, et que Michael Socha est toujours aussi charismatique, difficile d’en dire autant de Sophie Lowe, qui campe probablement la Alice la plus mollassonne de l’histoire des adaptations de Lewis Carroll. Même lorsque le personnage oublie ses problèmes, son jeu sonne faux et peu nuancé, ne provoquant par conséquent aucune empathie, aucun attachement envers celle qui est pourtant l’héroïne de cette aventure.

Dans Once Upon a Time in Wonderland, lorsque des points positifs apparaissent, d’autres disparaissent de la surface du Pays Imaginaire, et lorsque Emma Rigby devient crédible, Sophie Lowe ne sait plus jouer. Au moins c’est ce qu’on peut appeler de l’équilibre. Mais si l’équipe de la série pouvait s’accorder, afin de faire enfin pencher la balance du bon côté, la série gagnerait en qualité…et en audiences.

Dans le prochain épisode, Bad Blood, Alice retrouvera son père, emmené par Jafar au Pays des Merveilles :

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=6iJ5B25_eeA[/youtube]

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici