Les sorties du 29 juillet 2020

0
425

© 2018 Jeonwonsa Film Co. / Les Acacias Tous droits réservés

« Il n’y a pas un cinéma en France qui ait été rentable un seul jour depuis sa réouverture le 22 juin. » C’est le président de la Fédération nationale des cinémas français Richard Patry qui l’a dit la semaine dernière dans un entretien avec Le Parisien. Ce constat extrêmement sombre acte le redémarrage très lent de l’activité culturelle en France après le confinement. Qu’il débouche sur une reprise progressive au fil des semaines ou bien que ce sont là les signes avant-coureurs hautement inquiétants de la mort économique annoncée du cinéma tel qu’on le connaît, seul l’avenir nous le dira. En attendant, ce dernier mercredi du mois de juillet 2020 ne risque guère d’inverser la tendance, en tout cas sur le papier.

Car parmi la petite dizaine de films nouveaux à l’affiche à partir d’aujourd’hui, il y a quand même très peu qui n’éveillent pas notre intérêt. On ne parle pas des films d’animation venus de Corée du Sud et d’Allemagne, hélas les seuls à marcher tant soit peu en ces temps de vacances. L’utopie cauchemardesque des salles obscures uniquement ouvertes entre midi et six heures pour projeter des films familiaux n’a jamais été aussi plausible. Les autres genres populaires sont représentés par des films pas entièrement dépourvus d’attrait, grâce à la comédie d’adolescents en rut T’as pécho ? de Adeline Picault, au film d’horreur situé dans la communauté juive de Brooklyn de Keith Thomas ou encore à , le troisième long-métrage de Jean-Charles Hue, un réalisateur à l’univers singulier comme l’avaient démontré ses deux premiers films La BM du seigneur et Mange tes morts.

Nos trois films coup de cœur de la semaine sont la comédie d’aventure de Hugo Benamozig et David Caviglioli avec un casting en très grande forme comprenant Catherine Deneuve, Vincent Dedienne et Jonathan Cohen. Ce n’est certes pas du niveau des épopées exotiques de Philippe De Broca dans les années 1960 et ’70, mais ça s’en rapproche timidement. Puis, notre cher confrère Jean-Jacques semble avoir apprécié la forme inventive de de Michael Angelo Covino, prix du jury au Festival de Deauville en 2019. Il ne s’est pas prononcé sur le coréen Hotel by the River, mais connaissant son aversion à l’égard du travail de Hong Sang-soo, il vaudrait mieux chercher ses fans du côté de notre rédacteur en chef Pascal !

© 1989 Minori Ishitsuki / Imamura Productions / Hayashibara Group / La Rabbia Tous droits réservés

Rien n’est à jeter parmi les trois films qui feront leur retour en salles cette semaine. Tous restaurés en ultra-haute définition, ils mettent leur splendide noir et blanc au service d’histoires très diverses. Côté italien, vous pourriez vous familiariser avec le réalisateur injustement un peu oublié Alberto Lattuada, à travers le double programme au féminin composé de et de . Côté japonais, le maître Shohei Imamura traite l’un des traumatismes majeurs de son pays avec le pessimisme solennel qui lui convient. Pluie noire est ainsi un rappel magistralement éprouvant qu’entre les cycles épidémiques et les catastrophes à venir dues au changement climatique, l’humanité toute entière vit toujours avec l’épée de Damoclès des bombes atomiques au dessus de sa tête.


de Hong Sung-ho (Corée du Sud, Animation, 1h31)

The Climb de Michael Angelo Covino (États-Unis, Comédie dramatique, 1h35) avec Kyle Marvin, Michael Covino et Gayle Rankin (critique)

de Kim Hagen Jensen (Allemagne, Animation, 1h18, distribué sur 482 copies)

Hotel by the River de Hong Sang-soo (Corée du Sud, Drame, 1h36) avec Kim Min-hee, Ki Joo-bong et Song Seon-mi

L’Oiseau de paradis de Paul Manate (France, Drame, 1h29) avec Sebastian Urzendowsky, Blanche-Neige Huri et Ahura Temaru

T’as pécho ? de Adeline Picault (France, Comédie, 1h38) avec Paul Kircher, Inès d’Assomption et Ramzy Bedia

Terrible jungle de Hugo Benamozig et David Caviglioli (France, Aventure, 1h31) avec Catherine Deneuve, Vincent Dedienne et Alice Belaïdi

Tijuana Bible de Jean-Charles Hue (France, Drame, 1h32) avec Paul Anderson, Adriana Paz et Noe Hernandez

The Vigil de Keith Thomas (États-Unis, Horreur, 1h28, distribué sur 250 copies) avec Dave Davis, Menashe Lustig et Lynn Cohen

Reprises

Les Adolescentes (1960) de Alberto Lattuada (Italie, Comédie dramatique, 1h30, distribué sur 3 copies) avec Catherine Spaak, Jean Sorel et Christian Marquand

Guendalina (1956) de Alberto Lattuada (Italie, Drame, 1h38, distribué sur 2 copies) avec Jacqueline Sassard, Raf Mattioli et Sylva Koscina

Pluie noire (1989) de Shohei Imamura (Japon, Drame, 2h03) avec Yoshiko Tanaka, Kazuo Kitamora et Etsuko Ichihara

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici