Critique : The Climb

0
823


Etats Unis : 2019
Titre original : –
Réalisation :
Scénario : Michael Angelo Covino,
Interprètes : Michael Angelo Covino, Kyle Marvin,
Distribution :
Durée : 1h38
Genre : Drame, Comédie
Date de sortie : 29 juillet 2020

3.5/5

Amis dans la vie, Michael Angelo Covino et Kyle Marvin sont également amis dans The Climb, qu’ils ont écrit ensemble et que le premier a réalisé. Une amitié très particulière, dont le caractère toxique perçait déjà dans le court-métrage au même titre, d’une durée de 8 minutes, réalisé un an auparavant. Ce premier long métrage a obtenu un coup de cœur du Jury de la sélection Un Certain Regard de Cannes 2019 et le Prix du Jury au Festival du cinéma américain de Deauville 2019.

Synopsis : Kyle et Mike sont deux meilleurs amis aux tempéraments très différents mais dont l’amitié a toujours résisté aux épreuves de la vie. Jusqu’au jour où Mike couche avec la fiancée de Kyle…
Alors que l’amitié qui les lie aurait dû être irrémédiablement rompue, un événement dramatique va les réunir à nouveau.

Une « bromance » particulière

Le mot « bromance » fait-il partie de votre vocabulaire. Si c’est le cas, vous avez un coup d’avance ! Si ce n’est pas le cas, The Climb vous permettra de faire connaissance avec ce que Wikipedia définit comme étant « une amitié forte entre deux ou plusieurs hommes, avec un niveau émotionnel élevé et des démonstrations d’intimité fortes, sans composante sexuelle ». Dans The Climb, ces 2 amis se prénomment Kyle et Mike et on suit leur existence et l’évolution de leur amitié au travers de sept chapitres étendus sur une bonne dizaine d’années. Autant dire que celles et ceux qui apprécient les ellipses trouveront leur compte dans ce film qui voit la tragédie côtoyer la comédie. Toutefois, tout au long de ces sept chapitres, court un invariant qui marque le film de façon indélébile : Kyle et Mike, les deux amis que rien, semble-t-il, ne peut séparer, sont très, très différents l’un de l’autre. Kyle, c’est le « gentil », celui qui ne sait pas dire non, toujours prêt à aider son ami, à lui pardonner. Mike, c’est le « méchant », l’homme capable d’annoncer froidement, cruellement, qu’il a couché avec la fiancée de son ami lorsque ce dernier lui fait part de son mariage à venir et lui propose d’être son témoin.

Un film drôle et cruel

« The climb » : l’ascension. C’est bien par une ascension que débute ce film, celle d’un col par deux cyclistes. A dite vrai, pour toute personne ayant pratiqué l’arrière pays de la Côte d’Azur, ce début de film apporte une surprise énorme surtout si c’est à vélo qu’on a sillonné cette région. En effet, on entre dans un film américain et, en cinq secondes chrono, on reconnait le dernier kilomètre de la montée du col de Vence, un col qu’on connait dans ses moindres détails. La surprise passée, on pourra constater que le film lance d’autres clins d’œil à notre pays, en particulier dans le domaine cinématographique : un extrait de Le grand amour de Pierre Etaix, par ci, une courte apparition de Judith Godrèche par là, dans le rôle d’Ava, l’épouse de Mike. Bref, Michael Angelo Covino et Kyle Marvin, sont de fins connaisseurs du cinéma français et ils se revendiquent autant de la Nouvelle Vague, de Claude Sautet et de Bertrand Tavernier que de Woody Allen, auquel ils sont souvent comparés.

Mais revenons à nos deux cyclistes et à cette première séquence, l’ascension à vélo du col de Vence, peut-être la meilleure du film, en tout cas la plus emblématique. Alors que cette montée de près de 10 kilomètres va bientôt se terminer, les deux amis sont toujours ensemble, mais on ne met pas beaucoup de temps à constater que Mike est un bien meilleur cycliste que Kyle, quelque peu en surpoids. Et c’est justement parce qu’il ne craint pas d’être rattrapé par Kyle que Mike balance alors, avec une grande perversité, la relation qu’il a eue avec la fiancée de son ami. Une perversité qui va jusqu’à introduire un quiproquo qui n’a rien d’anodin entre la durée de cette relation et la distance qui reste à parcourir pour arriver au col. « How long » ? 2 kilomètres, mon ami ! Un film drôle, cruel, mais également élégament dramatique, avec le chapitre suivant qui nous parle d’un enterrement avec, à la fin, les fossoyeurs noirs qui entonnent « We shall not be moved ».

Une mise en scène de qualité

Le réalisateur et son co-scénariste n’ont pas été très loin pour trouver les interprètes de Mike et de Kyle : c’est le réalisateur, Michael Angelo Covino, qui interprète le rôle de Mike et Kyle Marvin, son co-scénariste, celui de Kyle. A leur côté, la britannique Gayle Rankin campe une Melissa, fiancée puis femme de Kyle, au caractère dominateur prononcé.

Michael Angelo Covino ayant commencé sa carrière comme réalisateur de publicités, un genre qui consiste le plus souvent à aligner des plans très courts les uns derrière les autres, on ne peut qu’être agréablement surpris par la qualité de ses plans séquences et la fluidité de sa mise en scène. Par contre, il faut savoir que l’arrivée dans chaque nouveau chapitre est brutale : de nombreux mois se sont écoulés depuis le chapitre précédent, on ne sait pas ce qui s’est passé, de nouveaux personnages sont susceptibles de débarquer sans qu’on sache d’entrée de jeu qui ils sont. Une inventivité dans la forme qui représentera une bonne surprise pour de nombreux spectateurs et un handicap pour les autres.

Conclusion

Ce premier long métrage de Michael Angelo Covino est particulièrement inventif dans sa forme et on ne peut qu’apprécier la qualité de la mise en scène et des dialogues ainsi que par la variété des humeurs qu’il présente : drôle, corrosif, dramatique, cruel. Le passage d’un chapitre à l’autre pourra présenter un problème pour certains spectateurs, l’arrivée se faisant chaque fois brutalement, sans préparation, avec souvent de nouveaux personnages dont on ne sait rien et pour lesquels il faut un certain temps pour comprendre qui ils sont. Pour les autres spectateurs, nul doute que ce côté surprenant puisse au contraire représenter un plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici