Sorties de la semaine — 18 février 2019
Les sorties du 13 février 2019
© Semilla Verde Productions / Almudena Carracedo
Tous droits réservés

En cette semaine au cœur du mois de février, chroniquée tardivement à cause de notre séjour au Festival de Berlin, c’est une fois de plus du côté du documentaire que nous trouverons le plus probablement notre bonheur de cinéphile. Sur les rares écrans qui leur sont alloués, pas moins de six reflets filmiques d’univers réels se disputent en effet depuis mercredi dernier les faveurs d’un public de niche. Le plus intéressant parmi eux, à la fois au niveau de la forme et du sujet, nous paraît être de Marcus Lindeen, le récit d’une drôle d’expérience de microcosme social en 1973, vue rétrospectivement quarante-cinq ans plus tard. Le navigateur Eric Bellion a, quant à lui, parcouru les mers du monde tout seul lors du Vendée Globe de 2016, un périple qu’il évoque de manière immersive dans . Le dépaysement n’est pas non plus négligeable dans le documentaire de Ombline Ley et Caroline Capelle , avec son regard tout en douceur sur une communauté d’adolescents handicapés. Enfin, l’engagement politico-historique et civique est mis à l’honneur dans Le Silence des autres de Almudena Carracedo et Robert Bahar sur l’oubli contesté des crimes du régime franquiste en Espagne et dans L’Illusion verte de Werner Boote ou la fort douteuse stratégie commerciale de l’industrie soi-disant écoresponsable.

Vice © Annapurna Pictures / Mars Films Tous droits réservés

Du côté de la fiction, le retour de Robert Rodriguez, un réalisateur et homme-orchestre en quête d’originalité depuis une dizaine d’années, pourrait s’avérer plus gagnant que celui de Fabien Onteniente, jamais réellement sorti du rayon des comédies populaires à l’humour très, très lourd. Heureusement que le jeune cinéma français relève sensiblement le niveau, avec le sympathique de Félix Moati et le plus intense, mais pas moins réussi de Nathan Ambrosioni. Le cinéma hollywoodien s’appuie un peu trop massivement sur l’effet de répétition cette semaine pour lui accorder le bénéfice du doute, avec les suites de Les Mondes de Ralph de Rich Moore sorti fin 2012 et de Happy Birthdead de Christopher Landon, disparu des salles françaises depuis à peine un an. A l’approche de la cérémonie des Oscars, le dernier des candidats multi-nommés mérite davantage votre attention : la satire politique plutôt savoureuse Vice de Adam McKay, à peu près sûre de remporter le trophée du Meilleur maquillage.

© Swashbuckler Films Tous droits réservés

Les trois films de retour en salles cette semaine sont représentatifs du style de leurs réalisateurs, alors qu’ils se situent à des moments variés de leur parcours. Pour le regretté Bernardo Bertolucci, était une sorte de carte de visite afin de se faire un nom dans le monde du cinéma italien des années 1960, quitte à ce que ce soit en s’associant aux préoccupations sociales de l’ami de famille Pier Paolo Pasolini, responsable du scénario. Ernst Lubitsch était au sommet de son art avec le pétillant Ange, une comédie sophistiquée comme seul le réalisateur allemand savait les confectionner. Enfin, l’Anglais Ken Russell a continué de tourner des films après l’opéra rock . Ce dernier a toutefois été la somme de son style baroque survolté, qui a plus ou moins bien vieilli.


Alita Battle Angel de Robert Rodriguez (États-Unis, Science-fiction, 2h01) avec Eiza Gonzalez, Mahershala Ali et Jennifer Connelly

de Fabien Onteniente (France, Comédie de vacances, 1h33, distribué sur 610 copies) avec Franck Dubosc, François-Xavier Demaison et Josiane Balasko

Comme un seul homme de Eric Bellion (France, Documentaire, 1h25)

Dans la terrible jungle de Ombline Ley et Caroline Capelle (France, Documentaire, 1h21, distribué sur 18 copies) (critique)

Deux fils de Félix Moati (France, Comédie dramatique, 1h30) avec Vincent Lacoste, Benoît Poelvoorde et Mathieu Capella (critique)

Les Drapeaux de papier de Nathan Ambrosioni (France, Drame, 1h42) avec Noémie Merlant, Guillaume Gouix et Sébastien Houbani (critique)

de Christopher Landon (États-Unis, Horreur, 1h40) avec Jessica Rothe, Ruby Modine et Israel Broussard

L’Illusion verte de Werner Boote (Autriche, Documentaire, 1h37, distribué sur 14 copies)

Long Way Home de Jordana Spiro (États-Unis, Drame, 1h26) avec Dominique Fishback, Tatum Marilyn Hall et Nastashia Fuller

Moi maman ma mère et moi de Christophe Le Masne (France, Comédie dramatique, 1h27) avec Grégory Montel, Olivia Côte et Philippe Rebbot

The Raft de Marcus Lindeen (Suisse, Documentaire, 1h37, distribué sur 18 copies)

Ralph 2.0 de Rich Moore (États-Unis, Animation, 1h54)

de Arthur Levivier (France, Documentaire, 1h26, distribué sur 1 copie)

Le Silence des autres de Almudena Carracedo et Robert Bahar (Espagne, Documentaire, 1h35, distribué sur 39 copies)

de Koen Mortier (Belgique, Drame, 1h45, distribué sur 30 copies) avec Vincent Rottiers, Fatou N’Diaye et Paul Bartel

Vice de Adam McKay (États-Unis, Biographie filmique, 2h04) avec Christian Bale, Amy Adams et Steve Carell

Reprises

Ange (1937) de Ernst Lubitsch (États-Unis, Comédie, 1h31) avec Marlene Dietrich, Herbert Marshall et Melvyn Douglas

Les Recrues (1962) de Bernardo Bertolucci (Italie, Policier, 1h33) avec Francesco Ruiu, Giancarlo De Rosa et Vincenzo Ciccora

Tommy (1974) de Ken Russell (Royaume-Uni, Drame musical, 1h51) avec Oliver Reed, Ann-Margret et Roger Daltrey

Articles semblables

Partage

Auteur

Avatar
Tobias Dunschen

Cet article a été rédigé par Tobias Dunschen, Rédacteur de Critique Film. Lire tous ses articles