Le code a changé

0
3162
Le code a changé de Danièle Thompson avec Patrick Bruel

L'affiche du film Le code a changé de Danièle ThompsonLe code a changé

France : 2009
Titre original : Le Code A Changé
Réalisateur : Danièle Thompson
Scénario : Danièle Thompson
Acteurs : Karin Viard, Dany Boon, Marina Foïs
Distribution : StudioCanal
Durée : 1h40
Genre : Comédie dramatique
Date de sortie : 18 février 2009

Globale : [rating:3.5][five-star-rating]

Nouvelle réussite pour Danièle Thompson qui, après Fauteuil d’orchestre ou encore La Bûche, s’éloigne de son thème de prédilection « la famille et ses défauts » pour se tourner vers le thème de l’illusion de l’apparence en société.

Synopsis : Un dîner, c’est la dictature de l’apparence : on se fait beau, on rit, on raconte, on frime, on partage souvenirs et projets. Les angoisses sont cachées sous l’humour et les chagrins étouffés par les éclats de rire. Et pour quelques heures, on y croit ! C’est ça le principal… Si on a le bon code et que l’on respecte les autres, cordialité, hypocrisie, bonne humeur, on risque de passer une bonne soirée… Mais les masques tombent dès le chemin du retour.

Le code a changé de Danièle Thompson avec Patrick Bruel

Le code a changé est un film de Danièle Thompson sortie en Février 2009. On y retrouve la merveilleuse actrice Karine Viard qui n’a plus besoin de montrer son talent après ses innombrables films et récompenses, notamment en 2005 avec une nomination aux césars de la meilleure actrice pour Le rôle de sa vie. Le reste du casting est tout aussi intéressant : Christopher Thompson, le fils de la réalisatrice du film, Dany Boon qui se fait petit à petit une place au cinéma, Patrick Bruel ou encore Emmanuelle Seigner.

La dictature de l’apparence

Le film est axé autour d’un diner entre amis, ou du moins qui font semblant de l’être. En effet, il semble refléter l’illusion de l’apparence. De façon très fine et subtile, le film met en lumière les « codes » que nous adoptons parfois sans le vouloir ou sans nous en rendre compte lorsque nous sommes en société.

Ce qui rassemble les invités de ce diner, en plus du fait qu’il soit « amis », est qu’ils sont dans le dénis : certains refusent d’admettre que leur mariage bat de l’aile, d’autres ne veulent pas s’avouer que leur métier est beaucoup trop dur moralement, certains regrettent des choix mais n’osent pas l’avouer… autant de situations dans lesquelles nous pouvons nous reconnaître ce qui fait que le film est assez accrocheur.

Cela dit le film n’est pas fixé sur le coté moralisateur et psychologique, ce n’est pas un film sombre ou triste, il est juste très réaliste. C’est avec un scenario très fin que Daniel Thompson laisse s’échapper des indices qui nous font réfléchir sur le message du film.

Le code a changé de Danièle Thompson avec Patrick Bruel

Le dénis : ami ou ennemi ?

Le « dénis » est très bien joué par Karine Viard qui fait comme si tout allait bien alors que son amant débarque au diner à l’improviste, que son mari est en dépression et qu’elle ne supporte pas la moitié des invités. Elle va même jusqu’à nier qu’elle est enceinte quand Mélanie, son amie gynécologue, jouée par Marina Foîe, le lui fait comprendre très clairement.

Mais bien que certains personnages semble s’appliquer à tenir leur rôle, à rire, à en faire de trop ou à être hypocrite, simplement par respect des codes en société, un personnage laisse place à sa vraie personnalité, ce qui va fait mouche lors du diner. Ce personnage, c’est Sarah, joué par Emmanuelle Seigner, qui dira au premier repas : « On mens tous, on fait tous semblant d’aller bien », ce qui résume bien l’esprit du film. Ce film pose la question de la nécessité du faux semblant et du mensonge. Quand faut-il mentir ou faire semblant ? Serait-ce pour sauver son mariage? Pour rester fréquentable ? Simplement car on n’a pas le choix ?

Ce qui est très bien montré dans ce film, c’est que dans le dénis , la frontière entre ami et ennemi est très maigre car parfois quand tout va mal, faire semblant un instant, lors d’un diner peut nous donner l’impression que c’est vrai et y croire c’est déjà aller mieux.

Le déclic

Ce film au scenario très bien ficelé met en scène les limites du déni et c’est d’ailleurs quand « s’en est trop » que les masques tombent. Ce film parle de la dictature de l’apparence et de la liberté que procure une rupture avec celle ci. Cette rupture est représentée dans le film par un « déclic » qui permettra à Sarah de s’abandonner à elle même.

Mais ce qui est intéressant dans Le code a changé, c’est qu’il n’y a pas de solution miracle proposé, certes les choses semblent avoir été bousculées dans la vie des invités du diner mais les habitudes et les « codes » sont parfois tenaces…

Le code a changé de Danièle Thompson avec Dany Boon

Un film coloré

On ne s’ennui pas, chaque personnage apporte une nuance, une note différente. Les couleurs du film sont d’ailleurs assez punchy avec certaines notes retro très bien placées pour renforcer l’idée d’intemporalité du sujet du film.

De plus le film se passe le jour de la fête de la musique, premier jour de l’été, jour le plus long, en somme c’est une journée particulière ce qui donne une dimension particulière au film. Le casting fonctionne très bien, il y a un très bon jeu d’acteurs, les duos de couple sont assez convainquant dans l’ensemble, je pense surtout à celui de Dany Boon avec Emmanuelle Seigner qui est très touchant.

Résumé

Le code a changé est une réussite : émouvant et drôle à la fois, il met en évidence le fait que l’illusion, le dénis, les apparences sont inévitables dans nos vie pour la simple et bonne raison qu’ils nous font du bien à certains moments.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=2xlnftCNHuA[/youtube]

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici