Le box-office de la semaine du 30 juin 2021

0
297

© 2021 Christopher Raphael / Columbia Pictures / 2.0 Entertainment / Animal Logic /
Sony Pictures Releasing France Tous droits réservés

Le marché français

Nous n’avons pas été suffisamment optimistes dans nos prévisions de l’effet « Fête du cinéma » sur les entrées de la semaine 27, allant du 30 juin au 6 juillet. Trois millions d’entrées à tout casser ? Eh non, les spectateurs ont profité pleinement des cinq jours de l’offre promotionnelle, en cours du mercredi au dimanche, en portant le cumul hebdomadaire au-delà des quatre millions de tickets vendus à quatre euros ou plus ! En temps de pandémie et en dehors, ce sont d’excellents chiffres de fréquentation, qui s’étaient d’ores et déjà annoncés dès le démarrage de la 36ème Fête du cinéma, grâce à ses plus d’un demi-million d’entrées sur la seule journée du mercredi 30 juin. En fin d’opération, ce ne sont pas moins de trois millions et demi de tickets qui ont été vendus, c’est-à-dire quasiment autant que lors des cinq fêtes précédentes.

Ce bond spectaculaire de la fréquentation, bien sûr dopé un peu artificiellement, s’accompagne du passage à ce que l’on pourrait appeler l’heure d’été dans nos chères salles obscures. En effet, ce sont les grosses sorties américaines qui ont fait l’essentiel du boulot, laissant aux productions françaises une part de marché à 38 %. On la verra en toute probabilité encore baisser au fil de la saison estivale. Sous réserve que les nouvelles mesures gouvernementales annoncées hier soir – obligation de présenter un pass sanitaire pour aller au cinéma à partir du mercredi 21 juillet – ne donnent pas grise mine à cette reprise jusque là si prometteuse.

Les nouveautés

Cinq nouveautés ont trouvé leur place dans ce classement survitaminé. Ce renouvellement à moitié du Top 10 français est d’autant plus impressionnant, qu’il fallait attirer environ 150 000 spectateurs afin d’y entrer, contre une moyenne d’environ 60 000 dans les semaines depuis la réouverture des salles à la mi-mai.

Le nouvel entrant le plus vigoureux se nomme de Will Gluck, qui arrive à la deuxième place, quoique à distance infranchissable de l’ancien et nouveau champion. A titre de comparaison, le premier film de l’univers animalier par le même réalisateur avait démarré quasiment au même niveau lors de sa sortie pour les vacances de Pâques en avril 2018. Une autre suite hollywoodienne, de Patrick Hughes, fait sensiblement moins bien, alors que le nombre de copies respectives, 612 pour Pierre, ainsi que 437 pour Ryan Reynolds et Samuel L. Jackson, n’était pas tant en sa défaveur.

Alors que la période de la Fête du cinéma n’a jamais été le terrain de jeu privilégié du cinéma français, les productions nationales sauvent quand même en quelque sorte les meubles cette semaine. Ainsi, la satire politique de Anne Fontaine – la réalisatrice aux quatorze films depuis le début du siècle, dont un seul a su devenir millionnaire : c’était Coco avant Chanel en 2009 – a même réussi à accomplir le meilleur premier jour pour un film français en cette année 2021 évidemment tronquée. Finalement, elle s’est fait devancer par la comédie familiale de Jean-Patrick Benes, qui prouve à demi-teintes l’attrait populaire de Franck Dubosc, tête d’affiche de succès récents tels que Tout le monde debout de lui-même et déjà avec Alexandra Lamy et 10 jours sans maman de Ludovic Bernard.

Et si la renaissance commerciale du cinéma français de genre passait par la langue anglaise ? Contrairement à Le Dernier voyage de Romain Quirot, La Nuée de Just Philippot et Teddy des frères Boukherma, de Alexandre Bustillo et Julien Maury a su revendiquer pour lui une neuvième place plutôt honorable. Un exploit d’autant plus appréciable dans le contexte hautement concurrentiel de la Fête du cinéma, qui s’inscrit en même temps dans l’appétit sans cesse renouvelé du public français pour quelques frayeurs bien senties.

Les films en continuation

Si l’on n’enregistre pas une hausse substantielle de ses entrées à la faveur de la Fête du cinéma, on n’a rien à faire dans le classement des meilleures entrées sur le marché français ! En toute logique, les cinq films qui récidivent affichent donc au moins une trentaine de pour cents en plus au compteur. Le trophée du regain en popularité revient à de Craig Gillespie, toujours en tête, qui ferait presque oublier son démarrage quelque peu poussif la semaine dernière. L’adaptation de l’univers du classique de l’animation Disney a depuis dépassé la barre du million d’entrées, ce qui n’est toutefois pas non plus un résultat fulminant pour ce genre de film après quinze jours sur les écrans.

Resté légèrement en dessous de la hausse des 30 %, Conjuring Sous l’emprise du diable de Michael Chaves peut encore rêver de deux millions de spectateurs terrifiés en fin de carrière. Et cela d’autant plus que sa présence dans le trio de tête du box-office français au bout d’un mois à l’affiche laisse supposer un bouche-à-oreille assez positif. de John Krasinski n’a pas fait aussi forte impression en France, puisqu’il se dirige doucement mais sûrement vers la sortie du Top 10, très loin de la barre du million de spectateurs. La même chose vaut pour la comédie communautaire Opération Portugal de Frank Cimière et de Guy Ritchie, que l’on ne trouvera très probablement plus ici dans notre prochaine chronique.

Le classement français

Voici les principaux chiffres du Top 10 du box-office français entre le mercredi 30 juin et le mardi 6 juillet 2021 :

  1. – distribué par The Walt Disney Company France – 2ème semaine / + 50 % – 570 401 entrées / 949 534 cumul – 14 % part de marché
  2. – distribué par Sony Pictures Releasing France – Nouveauté – 482 349 entrées cumulées – 12 % part de marché
  3. Conjuring Sous l’emprise du diable – distribué par Warner Bros. France – 4ème semaine / + 28 % – 360 266 entrées / 1 715 775 cumul – 9 % part de marché
  4. – distribué par Gaumont – Nouveauté – 283 561 entrées cumulées – 7 % part de marché
  5. – distribué par Universal Pictures International France – Nouveauté – 249 345 entrées cumulées – 6 % part de marché

6. – distribué par Metropolitan Filmexport – Nouveauté – 214 788 entrées cumulées – 5 % part de marché

7. – distribué par Paramount Pictures France – 3ème semaine / + 38 % – 199 019 entrées / 571 933 cumul – 5 % part de marché

8. Opération Portugal – distribué par Sony Pictures Releasing France – 2ème semaine / + 34 % – 197 857 entrées / 345 563 cumul – 5 % part de marché

9. – distribué par Apollo Films – Nouveauté – 150 204 entrées cumulées – 4 % part de marché

10. – distribué par Metropolitan Filmexport – 3ème semaine / + 36 % – 143 367 entrées / 397 593 cumul – 4 % part de marché


© 2021 DreamWorks Animation / Universal Pictures International France
Tous droits réservés

Le marché américain

Aucun coup de pouce de la Fête du cinéma aux États-Unis. En même temps, il n’y en avait pas tellement besoin, puisque c’était le week-end du 4 juillet, la fête nationale américaine. Pourtant, cette semaine était principalement une semaine de transition entre deux blockbusters puissants dans les salles américaines. de Justin Lin reste donc en tête pour la deuxième semaine de suite, mais perd plus des deux tiers de sa recette par rapport à son démarrage, particulièrement fort pour la période post-pandémie. Trois autres films en continuation se maintiennent mieux, puisque , et perdent chacun entre 30 et 40 %, ce qui leur permet de se maintenir de la quatrième à la sixième place.

Deux suites font leur entrée d’une manière assez modérée. de Tom McGrath reste à des kilomètres d’accessoires pour bébés de l’original, qui avait rapporté plus de cinquante millions de dollars lors de son démarrage au printemps 2017 pour finir à 175 millions de dollars. Et le cinquième massacre de l’univers American Nightmare, de Everardo Gout, génère à peine un tiers de la somme du démarrage du premier opus en juin 2013. Ce qui ne doit pas forcément être une mauvaise affaire non plus, puisque ce genre de film est produit à un coût modéré et a tendance à se rattraper amplement sur le marché de la vidéo et des services en ligne.

Enfin, la maison mère de Sony Pictures Releasing France a quand même osé sortir Opération Portugal en salles aux États-Unis ! Une décision nullement couronné de succès, puisque la comédie à l’humour tout de même très européen rapporte dans une dizaine de salles une misérable moyenne par copie de 73 dollars. Ce qui est bien en dessous de la pire moyenne du Top 10, qui revient cette semaine à Conjuring Sous l’emprise du diable et ses 734 dollars en cinquième semaine. Qui sait, un hypothétique remake brésilien, voire américain aura-t-il un jour plus de chances outre-Atlantique que cette triste 42ème place du classement pour le film de Frank Cimière … !

Le classement américain

Voici les principaux chiffres du Top 5 du box-office américain pour le week-end se terminant le dimanche 4 juillet 2021 :

  1. – distribué par Universal Pictures – 2ème semaine / – 67 % – 23 008 860 $ / 116 112 820 $ cumul, sortie française le 14 juillet
  2. – distribué par Universal Pictures – Nouveauté– 16 000 665 $ cumulés, sortie française le 18 août
  3. – distribué par Universal Pictures – Nouveauté – 12 551 220 $ cumulés, sortie française le 4 août
  4. – distribué par Paramount Pictures – 6ème semaine / – 33 % – 4 101 048 $ / 144 312 707 $ cumul
  5. – distribué par Lionsgate – 3ème semaine / – 38 % – 3 002 155 $ / 31 380 322 $ cumul

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici