Le box-office de la semaine du 20 décembre 2017

0
163

L’année du box-office 2017 touche presque à sa fin avec cette semaine 51, allant du 20 au 26 décembre, qui est donc la dernière semaine complète de comptabilité des entrées cinéma. Et il n’y a strictement rien de honteux à terminer, à cinq jours près, sur un résultat global aussi solide ! Le nombre total des spectateurs ne recule en effet que d’un peu plus de 20 000 et dépasse donc toujours largement les cinq millions, après le démarrage tonitruant du dernier Star Wars la semaine précédente. Celui-ci perd certes les deux cinquièmes de ses fans, mais une poignée de nouveautés vigoureuses compense ce déclin prévisible, quoique pas nécessairement scandaleux comparé à d’autres marchés …, on y reviendra. Tandis que les locomotives de cette période de fêtes de fin d’année sont essentiellement américaines, public familial et par conséquent films d’animation obligent, le cinéma national sauve à peu près les meubles, faisant acte de présence en bas du Top 10 français. La part de marché du cinéma français ne s’élève ainsi qu’à un quart sur les sept jours écoulés. (Si ce n’était pour Momo et d’autres divertissements franchouillards, on pourrait craindre une hégémonie hollywoodienne comme pendant l’été !) Mais comparé par exemple à nos voisins transalpins, dont le box-office annuel prévisionnel a plongé de plus de 12 % en 2017 avec une part de marché des productions italiennes de seulement 16 %, le cinéma français dans son ensemble se porte tout de même bien.

conserve sans la moindre surprise la tête du box-office. Avec désormais plus de quatre millions de spectateurs cumulés, il pourra sereinement – quoique guère brillamment pour ce genre de film-événement condamné d’emblée au succès – envisager de dépasser la barre des six, voire des sept millions d’entrées. La concurrence est néanmoins rude : à la fois sur le créneau des films d’aventures à éléments fantastiques, comme le démontre le démarrage respectable de de Jake Kasdan, et sur celui des sorties en famille, largement trusté par deux films d’animation, un conte de Noël, qui marche également fort à l’étranger, ainsi qu’un compagnon sous forme d’ourson. Les bas-fonds du Top 10 français invitent tout de suite moins à l’enthousiasme. D’un, parce que l’adaptation d’Agatha Christie par Kenneth Branagh ne semble pas passionner outre mesure le public français, contrairement à son parcours américain et international de toute beauté. Et de deux, à cause de l’arrivée plutôt mollassonne de trois nouveautés françaises, dont La Promesse de l’aube de Eric Barbier qui avait encore trôné en tête des premières séances Paris / périphérie mercredi dernier. A eux trois, ces films cumulent tout juste de quoi se hisser théoriquement entre , également en première semaine, et , qui ne montre aucun signe de fatigue, alors qu’il est à l’affiche depuis un mois ! Allez, plus que quelques séances pour finir dignement cette année de cinéma et faire plafonner le chiffre annuel de tous les spectateurs quelque part autour des 194 millions !

Voici les principaux chiffres du Top 10 du box-office français entre le mercredi 20 et le mardi 26 décembre 2017 :


1. – distribué par Walt Disney Studios France – 2ème semaine / – 40 % – 1 515 132 entrées / 4 025 594 cumul – 28 % part de marché
2. – distribué par Sony Pictures Releasing – Nouveauté – 623 931 entrées cumulées – 11 % part de marché
3. – distribué par Walt Disney Studios France – 4ème semaine / – 4 % – 506 652 entrées / 2 603 955 cumul – 9 % part de marché
4. – distribué par 20th Century Fox France – Nouveauté – 455 707 entrées cumulées – 8 % part de marché
5. – distribué par Gaumont – 3ème semaine / + 7 % – 363 000 entrées / 1 280 702 cumul – 7 % part de marché


6. – distribué par Studiocanal – 3ème semaine / – 7 % – 260 761 entrées / 961 483 cumul – 5 % part de marché
7. Le Crime de l’Orient Express – distribué par 20th Century Fox France – 2ème semaine / – 26 % – 260 506 entrées / 611 906 cumul – 5 % part de marché
8. La Promesse de l’aube – distribué par Pathé – Nouveauté – 250 088 entrées cumulées – 5 % part de marché
9. – distribué par Wild Bunch Distribution – Nouveauté – 140 242 entrées cumulées – 3 % part de marché
10. – distribué par UGC – Nouveauté – 104 791 entrées cumulées – 2 % part de marché


Aux États-Unis, Star Wars règne de même toujours sans partage sur le box-office. Au détail nullement rassurant près qu’une perte de deux tiers des dollars amassés, comparée à son week-end de sortie pas loin de battre des records, ne laisse rien augurer d’exceptionnellement folichon sur la durée. Car là aussi, les concurrents se tiennent prêts, comme sur les écrans français avec ou bien avec une légère avance et sans doute plus de muscles commerciaux avec les films musicaux et . Alors que ces deux films-là viennent de sortir ou seront visibles vers chez nous d’ici la fin du mois de janvier et que même un démarrage aussi poussif que celui de Downsizing de Alexander Payne, à la septième place avec une moyenne par copie neuf fois inférieure à celle de , n’aura plus trop d’incidence sur sa sortie prochaine, nous ne verrons certainement jamais Father figures de Larry Sher jouir d’une sortie cinéma en France. Cette comédie avec Owen Wilson, Ed Helms et Glenn Close réussit en fait « l’exploit » du cinquième plus mauvais démarrage sur une sortie large de tous les temps aux États-Unis, arrivant avec un peu plus de trois millions de dollars à une laborieuse neuvième place et se classant sur cette liste de la honte entre ces deux autres échecs commerciaux de la Warner qu’étaient Lucky you de Curtis Hanson en 2007 et La Rumeur court de Rob Reiner, sorti aussi à Noël il y a douze ans. Enfin, tout n’est pas que chagrin et lamentations outre-Atlantique, puisque Disney y a une fois de plus terminé l’année en tête des distributeurs, générant près de 2,3 milliards de dollars et une part de marché impressionnante de 21 %, surtout grâce à ses deux succès planétaires et, plus tôt cette année, La Belle et la bête de Bill Condon.

Voici les principaux chiffres du Top 5 du box-office américain pour le week-end se terminant le dimanche 24 décembre 2017 :


1. – distribué par Buena Vista – 2ème semaine / – 67 % – 71 565 498 $ / 368 167 854 $ cumul
2. – distribué par Sony – Nouveauté – 36 400 000 $ / 53 005 967 cumul
3. – distribué par Universal – Nouveauté – 19 928 525 $ cumulés
4. – distribué par Fox – Nouveauté – 8 805 843 $ / 13 404 574 $ cumul, sortie française le 24 janvier 2018
5. – distribué par Fox – 2ème semaine / – 45 % – 7 316 746 $ / 26 799 630 $ cumul

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici