Critique : In another country (contre)

0
38

Sud-Coréen : 2012
Titre original : Da-Reun Na-Ra-e-Suh
Réalisateur :
Acteurs : , ,
Distribution : Diaphana Distribution
Durée : 1h29
Genre : Drame
Date de sortie : 17/10/12

1/5

Présenté en compétition officielle lors du dernier Festival de Cannes, In another country est le 13ème film du réalisateur Hong Sang-soo. Depuis quelques années, Hong Sang-soo tourne à la vitesse de l’éclair, il a toujours des admirateurs inconditionnels mais le noyau des détracteurs commence à bien grossir, beaucoup venant des amateurs de la première heure.

Synopsis: Dans un pays qui n’est pas le sien, une femme qui n’est à la fois ni tout à fait la même ni tout à fait une autre, a rencontré, rencontre et rencontrera au même endroit les mêmes personnes qui lui feront vivre à chaque fois une expérience inédite.

Un cinéaste prometteur qui s’égare

Hong Sang-soo est un cinéaste coréen de 52 ans dont les premiers films ont, dès leur sortie, attiré l’œil des programmateurs de Festival. En France, la sortie simultanée en 2003, avec pas mal de retard, de ses 3 premiers films a donné naissance à une appellation de trilogie qui, en fait, n’avait pas lieu d’être. Toujours est-il que Le Jour où le cochon est tombé dans le puits (1996), Le Pouvoir de la province de Kangwon (1998) et La Vierge mise à nu par ses précédents (2000) étaient des films aux qualités indéniables et qui donnaient à Hong Sang-soo une place à part dans le cinéma coréen. C’est avec Conte de cinéma, son 6ème film, en 2005 que les choses ont commencé à se gâter. A force de le voir se cantonner encore et toujours aux mêmes thèmes (le cinéma, l’adultère et les beuveries), certains de ses admirateurs de la première heure ont commencé à quitter le navire. Il faut dire aussi qu’après avoir commencé sa carrière au rythme d’un film tous les 2 ans, il est passé à un film par an et, depuis 2010, à 2 films par an. Comment s’étonner que la qualité en pâtisse !

Une assez bonne idée de départ

C’est avec Isabelle Huppert comme vedette, 6 autres comédiens et une toute petite équipe technique que Hong Sang-soo a tourné In another country dans la station balnéaire de Mohang-ni. Au départ, une idée pas plus mauvaise qu’une autre : une femme travaille sur un scénario bâti autour d’une actrice française rencontrée lors d’un Festival. Dans ce scénario, qu’on va retrouver mis en images, il sera question de 3 histoires différentes se déroulant dans un même lieu, chaque fois avec une femme différente, même si elle est toujours française et toujours prénommée Anne. La première est une réalisatrice venue rendre visite à Jongsoo, un ami coréen, également réalisateur. Jongsoo, sa femme enceinte et Anne décident d’aller passer quelques jours dans un petit hôtel à Mohang-ni. La deuxième Anne est une femme mariée à un français qui se rend à Mohang-ni avec Munsoo, son amant, coréen et … réalisateur. Quant à la troisième, son mari l’a quittée pour une coréenne et elle se rend à Mohang-ni avec une amie pour se changer les idées.

Une réalisation bâclée et une absence de surprise

Dans chacun des 3 épisodes, Isabelle Huppert est utilisée comme étant la représentante type du fantasme de la femme européenne. On retrouve en permanence la barrière de la langue entre Anne qui ne parle pas coréen et ses interlocuteurs qui ne parlent pas français : si Anne peut dialoguer en anglais avec ses amis et les personnes qu’elle rencontre, les dialogues en coréen lui échappent complètement. On retrouve dans les 3 histoires le même hôtel, la même jeune femme qui s’en occupe, le même maître nageur, des situations similaires et … la même vacuité. Soyons juste : on arrive à supporter sans trop d’ennui le premier épisode, même si on sent une réalisation faite « à la va comme je te pousse ». Lorsque, dans le deuxième volet, on retrouve des situations rencontrées dans le premier, cela peut, parfois, faire sourire. Dans le troisième volet, on attend tellement la situation à venir, sans jamais être déçu, que cela devient franchement insupportable. Comme est devenu insupportable le fait de retrouver dans chaque nouveau film de Hong Sang-soo des histoires liées au cinéma, des histoires d’adultère et des beuveries. Si on ajoute qu’Isabelle Huppert prouve dans ce film qu’elle aussi peut arriver à très mal jouer, on voit l’étendue du désastre. Le plus choquant dans l’histoire : qu’il y ait encore des gens pour faire de Hong Sang-soo un héritier d’Eric Rohmer !

Résumé

Dans ce film qui était probablement le plus faible de la sélection officielle du Festival de Cannes 2012, Hong Sang-soo réussit à ériger le « j’men foutisme » en vertu cardinale : dans la mise en scène, dans la direction d’acteur, on sent que tout est fait à la va-vite, sans véritable idée directrice. Osons le dire : In another country est un film bâclé !

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=wv9T46AH2IE[/youtube]

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici