Festival de Locarno 2015 : le palmarès

0
94
Hong Sangsoo (Vittorio Zunino Celotto/Getty Images Europe)
Hong Sangsoo (Vittorio Zunino Celotto/Getty Images Europe)
Hong Sangsoo (Vittorio Zunino Celotto/Getty Images Europe)

Le 68ème Festival de Locarno en Suisse, qui s’est déroulé du 5 au 15 août, vient de dévoiler son palmarès. Le coréen reçoit son premier trophée majeur sur la scène internationale en recevant le Léopard d’or pour son nouveau long-métrage Right Now, Wrong Then (Jigeumeun Matgo Geuttaeneun Teullida). Concurrent malheureux à la Palme d’or à trois reprises (La femme est l’avenir de l’homme, Conte de cinéma et In another country), il a néanmoins reçu le Prix Un Certain Regard pour HaHaHa en 2010. Il a eu plus de chance à Locarno en recevant en 2013 le prix de la mise en scène pour ou au Festival des 3 Continents à Nantes où il a reçu l’an dernier la Montgolfière d’Or du meilleur film pour Hill of Freedom, toujours en salles et immanquable, comme tout film de ce cinéaste qui ne cesse de se confronter à ses mêmes marottes avec un art de la répétition inégalé. C’est toujours la même chose pourrait-on dire et pourtant ce n’est jamais pareil, malgré les acteurs qui reviennent de film en film. Son comédien Jeong Jae-yeong reçoit lui le Prix d’interprétation masculine et tenait déjà un rôle important dans Sunhi. Il fut aussi le protagoniste suicidaire de la comédie génialement folle Castaway on the Moon.

Le jury de la compétition internationale était formé de l’acteur allemand Udo Kier, du réalisateur israëlien , de la directrice de festival mexicaine Daniela Michel (le Festival de Morelia, partenaire de la Semaine de la Critique à Cannes), du réalisateur américain et de l’actrice coréenne Moon So-ri, qui n’est autre que l’une des actrices fétiches de Hong Sangsoo, donc saluons sa présence complice dans le jury qui lui a porté chance. Il était temps que ce quinquagénaire souvent comparé à Eric Rohmer ou Woody Allen soit ainsi honoré, la simplicité de son œuvre semblant lui porter préjudice dans les quelques festivals où il fut invité. Hong Sang-soo succède notamment au chinois Li Hongqui avec en 2010, au français Jean-Claude Brisseau avec La Fille de nulle part en 2012, à l’espagnol Albert Serra avec Histoire de la mort en 2013 et au philippin Lav Diaz avec From What Is Before l’an dernier.

 

L’année de la Corée démarre ainsi sous de bons auspices et confirme la bonne santé du cinéma coréen ces dernières années. Pour rappel, Pieta de Kim Ki-duk avait obtenu le Lion d’or à Venise en 2012 et ce fut le premier trophée majeure remis à un film coréen dans l’un des grands festivals de cinéma mondiaux. Parmi les principales manifestations programmées de septembre 2015 à août 2016 pour honorer le cinéma coréen, signalons la rétrospective Im Kwon-taek à la Cinémathèque Française l’hiver prochain, un cycle de films à l’Auditorium Guimet à partir du mois d’octobre et un autre, plus conséquent encore, au Forum des Images du 15 septembre au 1er novembre ainsi que la prochaine édition du Festival du Film Coréen de Paris qui aura lieu cette année du 27 octobre au 3 novembre, toujours au Publicis.

HONG SANGSOO ZULAWSKI

Le jury a honoré du prix de la mise en scène un autre grand nom du cinéma contemporain, Andrzej Zulawski, qui fut président du jury en 1981 et faisait son grand retour après quinze années éloigné de la réalisation avec Cosmos, une adaptation du roman homonyme de Witold Gombrowicz produite par Paulo Branco. Lors du festival Kinopolska 2011, il déclarait pourtant que pour lui le cinéma, c’était fini. Heureusement, il n’en est rien et l’on n’est curieux de découvrir ce nouvel opus dont la sortie, annoncée pour la fin de l’année, devrait être aidée par ce prix. Heureux hasard, la sélection de ces deux œuvres primées avaient été révélée en avant-première de l’annonce de la liste complète par Carlo Chatrian, le directeur artistique du festival, qui s’était alors félicité du «retour de cinéastes qui ont marqué l’histoire récente du cinéma et dont la présence marque que Locarno est une plateforme pour les nouveaux talents mais aussi pour pour rencontrer des approches extrêmement différentes du cinéma.» Il rajoutait encore : «Les trajectoires brillamment dépeintes par Hong Sangsoo et Zulawski dans son adaptation anarchique de Gombrowicz sont deux exemples des expérimentations artistiques que la 68ème édition tient à souligner

Avishai Sivan (Vittorio Zunino Celotto/Getty Images Europe)
Avishai Sivan (Vittorio Zunino Celotto/Getty Images Europe)

Le jury a encore honoré deux films, de l’israëlien Avishai Sivan à qui l’on doit Le Vagabond, remarqué lors de l’édition 2011 de la Quinzaine des Réalisateurs. Il reçoit le Prix Spécial du Jury et une mention spéciale pour le directeur de la photographie Shai Goldman. Enfin, du japonais permet à son quatuor de comédiennes, Rira Kawamura, Hazuki Kikuchi, Maiko Mihara et Sachie Tanaka de recevoir le Prix d’interprétation féminine collectif et une mention spéciale pour son scénario. Chaque film, à l’exception du Zulawski reçoit donc deux prix chacun.

Kawamura Rira, Mihara Maiko, Kikuchi Hazuki et Tanaka Sachie (Vittorio Zunino Celotto/Getty Images Europe)
Kawamura Rira, Mihara Maiko, Kikuchi Hazuki et Tanaka Sachie (Vittorio Zunino Celotto/Getty Images Europe)

Compétition Cinéastes du présent

Le Jury était présidé par le réalisateur brésilien Júlio Bressane, accompagné du réalisateur et directeur de la photographie suisse Fabrice Aragno, de l’actrice française Clotilde Courau, de la réalisatrice anglaise Joanna Hogg et du producteur américain Jay Van Hoy.
Léopard d’or – Cinéastes du présent : Thithi de Raam Reddy (Inde)

Prix Spécial du jury Canal + : de Mauro Herce (Espagne)

Prix du réalisateur émergeant : de Bi Gan (Chine)

Les autres prix :

Prix Swatch du Premier film : Thithi

Prix Swatch Art Peace Hotel : Paradise (Ma dar behesht) de Sina Ataeian Dena (Iran/Allemagne)

Mentions spéciales : Kaili Blues de Bi Gan et Kiev/Moscow. Part 1 d’Elena Khoreva (Russie)

Pardi di domani

Léopard d’or du court-métrage international : Mama de Davit Pirtskhalava (Géorgie)

Léopard d’argent du court-métrage international : La impresión de una guerra de Camilo Restrepo (France/Colombie)

Prix spécial Locarno pour la pré-nomination pour les European Film Awards : Fils du loup de Lola Quivoron (France)
Léopard d’or du court-métrage suisse : Le Barrage de Samuel Grandchamp

Léopard d’argent du court-métrage suisse : D’Ombres et d’ailes d’Eleonora Marinoni et Elice Meng

Prix du nouveau talent suisse : Les monts s’embrasent de Laura Morales
Prix du Public UBS : Der Staat Gegen Fritz Bauer de Lars Kraume (Allemagne)

Cecile De France venue à Locarno pour présenter La Belle Saison (Vittorio Zunino Celotto/Getty Images Europe)
Cécile De France venue à Locarno pour présenter La Belle Saison (Vittorio Zunino Celotto/Getty Images Europe)

 

Prix Variety Piazza Grande : La Belle Saison de Catherine Corsini (France)

Des trophées honorifiques ont été remis à (Excellence Award Moët & Chandon), Andy Garcia (Leopard Club Award), (Pardo alla carriera), Marco Bellocchio (Pardo d’onore Swisscom), Marlen Khutsiev, réalisateur géorgien né en 1925 (Pardo alla carriera) et Teco Celio (Premio Cinema Ticino). Une rétrospective a été consacrée à .

Bulle Ogier et Edward Norton (Vittorio Zunino Celotto/Getty Images Europe)
Bulle Ogier et Edward Norton (Vittorio Zunino Celotto/Getty Images Europe)

Edward Norton 01

Marlen Khutsiev (Vittorio Zunino Celotto/Getty Images Europe)
Marlen Khutsiev (Vittorio Zunino Celotto/Getty Images Europe)

locarno 2015 affiche
Les autres films de la compétition internationale :

– Bella e perduta de Pietro Marcello (Italie)

– Brother Dejan de Bakur Bakuradze (Serbie)

– Chevalier d’Athina Rachel Tsangari (Grèce)

– Dark in the White Light de Vimukthi Jayasundara (Sri-Lanka)

– Entertainment de Rick Alveron (Etats-Unis)

– O Futebol de Sergio Oksman (Espagne)

– Heimatland de Lisa Blatter, Gregor Frei, Jan Gassmann, Benny Jaberg, Carmen Jaquier, Michael Krummenacher, Jonas Meier, Tobias Nölle, Lionel Rupp et Mike Scheiwiller (Suisse)

James White de Josh Mond (Etats-Unis)

No Home Movie de Chantal Akerman (Belgique)

Paradise de Sina Ataeian Dena (Iran)

Schneider vs Bax d’Alex van Warmerdam (Pays-Bas)

Suite armoricaine de Pascale Breton (France)

Te prometo anarquia de Julio Hernández Cordón (Mexique)

The Sky Trembles and the Earth is Afraid and the Two Eyes are not Brothers de Ben Rivers (Royaume-Uni)

 

Les autres films de la section Cinéastes du présent :

Dom Juan de Vincent Macaigne (France)

Dream Land de Steve Chen (Cambodge)

Les Êtres chers d’Anne Émond (Canada)

Le Grand jeu de Nicolas Pariser (France)

Keeper de Guillaume Senez (Belgique)

Mio Fratello de Nazareno Manuel Nicoletti (Italie)

El Movimiento de Benjamín Naishtat (Argentine)

Der Nachtmahr de Akiz (Allemagne)

Olmo & the Seagull de Petra Costa et Lea Glob (Danemark / Brésil)

Siembra de Ángela Osorio Rojas et Santiago Lozano Álvarez (Colombie)

The Waiting Room d’Igor Drljaca (Canada)

 

Les autres films de la sélection d’avant-premières Hors compétition sur la Piazza Grande :

Amnesia de Barbet Schroeder (France)

Bombay Velvet d’Anurag Kashyap (Inde)

Crazy Amy (Trainwreck) de Judd Apatow (Etats-Unis)

Floride de Philippe Le Guay (France)

Guibord s’en va-t-en guerre de Philippe Falardeau (Canada)

Heliopolis de Sérgio Machado (Brésil)

Jack de Elisabeth Scharang (Autriche)

The Laundryman de Lee Chung (Taiwan)

Me & Earl & the Dying Girl d’Alfonso Gomez-Rejon (Etats-Unis)

La Rage au ventre d’Antoine Fuqua (Etats-Unis)

Ricky & the Flash de Jonathan Demme (Etats-Unis)

Der Staat Gegen Fritz Bauer de Lars Kraume (Allemagne)

La Vanité de Lionel Baier (Suisse)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici