Et si James Franco était la nouvelle icône gay du septième art ?

0
429
Un extrait du James Franco's Cruising

Un extrait du James Franco's Cruising

En ré-interprétant les 40 minutes perdues du sulfureux film de William Friedkin, La Chasse, James Franco continue d’expérimenter dans l’univers gay.

 

Il y deux James Franco. L’un, plus mainstream, sorte de coqueluche hollywoodienne qui l’a vu triompher dans Spider-Man, 127 heures, le verra prochainement à l’affiche d’Oz, production Disney dirigée par Sam Raimi. L’autre, hors des sentiers battus, expérimente constamment tout en remettant en cause le pourquoi d’une célébrité. Dans cet autre, James Franco a épousé la cause gay et en exploite avec l’art, les moindres recoins. Au cinéma, c’est dans Milk ou encore Howl que l’acteur s’est construit une figure gay. Un nouveau projet vient encore titiller notre intérêt pour cet autre James Franco, toujours plus passionnant.

 

En 1980 sortait le film La Chasse (Cruising en version originale), de William Friedkin. Un film ouvertement sulfureux qui suivait l’enquête d’un Al Pacino en inspecteur de police dans les milieux underground gay de New York alors qu’une série de meurtres vient d’y avoir lieu. Friedkin, pour éviter la mention X voit son film amputé de 40 minutes et n’écope finalement que de la mention R. Conscient qu’on lui avait enlevé un bout du squelette de ce film mémorable, Friedkin tenta de récupérer les 40 minutes auprès de la Warner, laquelle lui annonça que ces dernières avaient été perdues. Et c’est là que James Franco intervient.

 

En effet, Franco souhaitait déjà réaliser un remake de La Chasse, mais avec la fameuse histoire des 40 minutes perdues, il se tourna vers un projet autrement plus expérimental. Il décida tout bonnement de les ré-imaginer, faute d’avoir acquis les droits du remake. James Franco se tourne alors vers Travis Matthews, artiste érotique sur écran, capable de filmer les corps avec un esthétisme assumé. Ce dernier, afin de ce que contenait les 40 minutes, interviewa les figurants du film de Friedkin. Le résultat est rapide, tournage en deux jours et montage deux mois plus tard. Pour Matthews, interrogé par Indie Wire, ce James Franco’s Cruising est « une exploration de ce que les gens pensent de James Franco, tout comme un document sur les tentatives de Franco de ré-imaginer les 40 minutes perdues de La Chasse ». Le duo espère voir cette étonnante expérimentation sortir début 2013, avec pourquoi pas, un passage à Sundance.

 

Pour James Franco, ce n’est pas le premier projet underground de sa carrière florissante. Lui qui a déjà travaillé avec Gus van Sant ou encore l’artiste Kalup Linzy. Prochainement, il incarnera le patron de Playboy, Hugh Hefner, dans le biopic Lovelave, tout en étant à l’affiche de The Broken Tower que James Franco a écrit, dirigé et composé. Le film est une adaptation de la biographie d’un poète bisexuel, Paul Mariani. Michael Shannon y campera une des conquêtes de ce poète visionnaire. En 2009, James Franco avait réalisé le court métrage The Feast of Stephen, où il reprenait les méditations d’un poème érotique écrit par l’écrivain gay Anthony Hecht. Il y filmait des jeunes jouant au basket-ball alors que son esprit transformait sa vision en une fantasmagorie le confrontant directement aux corps nus.

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici