Décès de l’ingénieur du son Richard Portman

0
661

L’ingénieur du son américain Richard Portman est décédé le 28 janvier à Tallahassee dans l’état de Floride. Il était âgé de 82 ans. Pendant les années 1970 et ’80, Portman était l’un des techniciens du son les plus recherchés d’Hollywood, travaillant sur des films majeurs de l’époque comme Le Parrain, La Guerre des étoiles et Voyage au bout de l’enfer.

La carrière très prolifique de Richard Portman a commencé au tout début des années 1970. Alors qu’il mixait le son de plusieurs films par an, jusqu’à douze en 1972 par exemple, Portman a très vite établi des collaborations privilégiées avec des réalisateurs de renom, parfois eux aussi encore aux balbutiements d’une filmographie prestigieuse. Il a ainsi fait équipe de façon régulière avec Hal Ashby (Le Propriétaire, Harold et Maude et La Dernière corvée), Mark Rydell (John Wayne et les cow-boys, La Maison du lac et La Rivière), Robert Altman (Les Flambeurs, Nashville, Buffalo Bill et les indiens – Ours d’or au Festival de Berlin en 1976 –, Trois femmes, Un mariage, Quintet, Un couple parfait et HealtH), Alan Rudolph (Bienvenue à Los Angeles, Tu ne m’oublieras pas, Choose me, Wanda’s Café, Made in Heaven Bienvenue au paradis et Les Modernes) et Alan J. Pakula (Merci d’avoir été ma femme, Présumé innocent, Jeux d’adultes et L’Affaire Pélican).

En parallèle, il a également travaillé jusqu’à la fin de la décennie sur Le Maître des îles de Tom Gries, WUSA de Stuart Rosenberg, L’Ultime randonnée et Commando sur les stups de Sidney J. Furie, Little Big Man de Arthur Penn, Charlie et la chocolaterie de Mel Stuart, Ce plaisir qu’on dit charnel et Le Jour du dauphin de Mike Nichols, L’Homme sans frontière de Peter Fonda, Kotch de Jack Lemmon, L’Organisation de Don Medford, Silent running de Douglas Trumbull, Le Parrain de Francis Ford Coppola – Oscar du Meilleur Film en 1973 –, Votez McKay de Michael Ritchie, Junior Bonner, Guet-apens et Tueur d’élite de Sam Peckinpah, Juge et hors-la-loi de John Huston, L’Homme de la Manche de Arthur Hiller, La Barbe à papa et Daisy Miller de Peter Bogdanovich, L’Or noir de l’Oklahoma et La Théorie des dominos de Stanley Kramer, Nos plus belles années de Sydney Pollack, Jonathan Livingston goéland de Hall Bartlett, Papillon de Franklin J. Schaffner, Le Canardeur et Voyage au bout de l’enfer – Oscar du Meilleur Film en 1979 – de Michael Cimino, Monsieur Majestyk de Richard Fleischer, Frankenstein junior, La Dernière folie de Mel Brooks et Le Grand frisson de Mel Brooks, Funny lady de Herbert Ross, Adieu ma jolie et Il était une fois … la légion de Dick Richards, Stay hungry de Bob Rafelson, Le Chat connaît l’assassin de Robert Benton, La Guerre des étoiles de George Lucas, New York New York de Martin Scorsese, A la recherche de Mr. Goodbar de Richard Brooks et Le Récidiviste de Ulu Grosbard.

Les services de mixeur de Richard Portman ont toujours été autant demandés au cours des années ’80, entre autres pour Nashville Lady de Michael Apted, Show bus de Jerry Schatzberg, Resurrection de Daniel Petrie, La Fièvre au corps de Lawrence Kasdan, La Foire des ténèbres de Jack Clayton, El Norte de Gregory Nava, Splash de Ron Howard, Country Les Moissons de la colère de Richard Pearce, le court-métrage Frankenweenie de Tim Burton, Fletch de Michael Ritchie, Natty Gann de Jeremy Kagan, La Loi de Murphy de J. Lee Thompson, Prison de Renny Harlin et Pas nous pas nous de Arthur Hiller.

Ce n’est qu’à la moitié des années ’90 que Portman réduit considérablement son rythme de travail soutenu, allant jusqu’à prendre sa retraite en devenant professeur à l’université de Floride, où il enseigne entre autres au réalisateur Barry Jenkins (Moonlight). Auparavant, il intervient cependant sur la bande son de films tels que Deux flics à Downtown de Richard Benjamin, Bad influence et La Main sur le berceau de Curtis Hanson, Los Angeles Story de Mick Jackson, Doc Hollywood de Michael Caton-Jones, Married to it et The Babe de Arthur Hiller, Article 99 de Howard Deutch, Les Princes de la ville et Dolores Claiborne de Taylor Hackford, L’Avocat du diable, Dans l’ombre de Manhattan, Critical care et Gloria de Sidney Lumet, Fatal instinct de Carl Reiner, Brainscan de John Flynn, Wolf de Mike Nichols, La Révélation et The Fantasticks de Michael Ritchie et Forget Paris de Billy Crystal.

Richard Portman a été nommé à onze reprises à l’Oscar du Meilleur son. Il l’avait gagné en 1979 pour Voyage au bout de l’enfer. Il a également été nommé cinq fois au BAFTA du Meilleur son et en a gagné deux pour Nashville en 1976 et pour La Guerre des étoiles en 1979. Il est le fils de l’ingénieur du son Clem Portman (Dans la chaleur de la nuit).

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici