Nécrologie News — 13 juin 2019
Décès de l’actrice Sylvia Miles
© Andy Warhol Factory Tous droits réservés

L’actrice américaine est décédée hier à New York. Elle était âgée de 94 ans. A l’affiche dans une trentaine de films, surtout dans des seconds rôles plus ou moins mémorables, était avant tout connue en tant que figure incontournable, car omniprésente de la vie nocturne à New York à partir des années 1960. Une habituée de l’entourage de Andy Warhol, elle se plaisait à colporter la légende urbaine qu’elle assisterait même à l’ouverture d’une enveloppe. En 1973, elle avait défrayé la chronique de la métropole de la côte Est en versant une assiette de nourriture sur la tête d’un critique qui avait dit du mal sur elle.

© Embassy Pictures Tous droits réservés

Plus habituée des planches des théâtres confidentiels de Broadway que du grand ou du petit écran, Sylvia Miles avait néanmoins collectionné les rôles extravagants au cours d’une filmographie longue d’un demi-siècle. Après des apparitions au début des années ’60 dans Crime société anonyme de Burt Balaban et Stuart Rosenberg et La Soif de la jeunesse de Delmer Daves, elle s’était fait remarquer grâce au personnage haut en couleur de la première cliente du gigolo interprété par Jon Voight dans de John Schlesinger – Oscar du Meilleur Film en 1970 et, pour les parisiens, encore projeté trois fois en soirée, dont samedi prochain, au Christine Cinéma Club, l’ancien Christine 21. Ce n’était pourtant guère le point de départ d’une carrière hollywoodienne, puisque l’actrice préférait alors s’aventurer vers des productions aussi expérimentales que de Dennis Hopper et le sulfureux Heat de Paul Morrissey, une parodie dans l’esprit irrévérencieux de Warhol du Boulevard du crépuscule. Les films suivants auxquels participait Sylvia Miles étaient globalement plus sages : Adieu ma jolie de Dick Richards, Un cow-boy en colère de Don Taylor, de Michael Winner, Massacres dans le train fantôme de Tobe Hooper, de Guy Hamilton, de Michael Apted, et sa suite Wall Street L’Argent ne dort jamais de Oliver Stone, ainsi que de Susan Seidelman et de Abel Ferrara.

Meurtre au soleil © 1982 Universal Pictures Tous droits réservés

Sylvia Miles a été nommée à deux reprises à l’Oscar de la Meilleure actrice dans un second rôle, pour Macadam Cowboy en 1970 et Adieu ma jolie en 1976. A peine long de cinq minutes, son rôle dans le premier figure toujours en bonne place sur la liste des interprétations les plus brèves nommées aux Oscars. Il serait même légèrement plus court que celui de Beatrice Straight dans Network de Sidney Lumet en 1976, l’interprétation couronnée d’un Oscar disposant du moins de temps à l’écran, quoique deux fois plus long que les deux minutes et quelques secondes qui avaient valu à Hermione Baddeley une nomination pour Les Chemins de la haute ville de Jack Clayton en 1960.

Articles semblables

Partage

Auteur

Avatar
Tobias Dunschen

Cet article a été rédigé par Tobias Dunschen, Rédacteur de Critique Film. Lire tous ses articles