Critique Express : Les cyclades

0
3665

Les cyclades

France : 2022
Titre original : –
Réalisation : Marc Fitoussi
Scénario : Marc Fitoussi
Interprètes :  Laure Calamy, Olivia Côte, Kristin Scott Thomas
Distribution : Memento Distribution
Durée : 1h50
Genre : Comédie
Date de sortie : 11 janvier 2023

2/5

Synopsis : Adolescentes, Blandine et Magalie étaient inséparables. Les années ont passé et elles se sont perdues de vue. Alors que leurs chemins se croisent de nouveau, elles décident de faire ensemble le voyage dont elles ont toujours rêvé. Direction la Grèce, son soleil, ses îles mais aussi ses galères car les deux anciennes meilleures amies ont désormais une approche très différente des vacances… et de la vie !

Trop d’exagération et de lourdeur

Que faudrait-il faire pour que les réalisateurs de comédies d’aujourd’hui arrivent à comprendre qu’il n’est absolument pas nécessaire de faire dans l’exagération des comportements et la lourdeur des situations pour réussir à entrainer les spectateurs vers le rire, un rire si possible accompagné d’une certaine émotion ? La vision d’un film comme Les cyclades montre que, non seulement c’est inutile mais, qu’en plus, c’est même nuisible. A la simple lecture du synopsis de ce film, on comprend que de nombreuses situations comiques peuvent être déclenchées de façon « naturelle », sans rien « forcer », juste par les différences de tempérament entre les deux anciennes copines de collège, Blandine, la dépressive, et Magalie, l’euphorique. Vous donniez un tel synopsis à, par exemple, Philippe de Broca, et vous obteniez un film enlevé et drôle, avec quelques pointes d’émotion, dans lequel les protagonistes se conduisaient de façon (à peu près !) normale.

Eh bien, Marc Fitoussi n’est pas arrivé à ce résultat. En plus de la beauté des paysages des îles grecques, il disposait pourtant de 3 comédiennes de talent : le duo féminin de Antoinette dans les Cévennes, Laure Calamy dans le rôle de Magalie et Olivia Côte dans celui de Blandine, plus Kristin Scott Thomas, interprétant Bijou, une amie de Magalie. Le problème avec Laure Calamy, excellente dans des films comme Annie Colère ou A plein temps, c’est que, si on ne lui fixe pas certaines limites, elle est capable d’échapper à tout contrôle et d’en faire plus qu’il n’en faut dans la représentation d’une femme exubérante et (faussement ?) enjouée. C’était déjà un peu le cas dans Antoinette dans les Cévennes, c’est vraiment beaucoup trop le cas dans Les cyclades, où elle surjoue presque sans arrêt tant au niveau de la gestuelle que du volume sonore de ses rires et de ses répliques. Olivia Côte est d’ordinaire une très bonne comédienne, mais étant utilisée ici à contre-emploi, elle qui est très drôle dans la vie, on sent qu’elle n’est pas vraiment à l’aise dans son rôle de dépressive qui s’efforce tant bien que mal de remonter la pente. Finalement, la seule à se montrer à son avantage, c’est Kristin Scott Thomas, excellente en femme qui a peur d’une rechute de son cancer du sein et pas toujours très sympathique avec le peintre grec avec qui elle vit sur l’île de Mikonos.


LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici