Cannes 70 : place aux jeunes avec la Cinéfondation !

0
51

70 ans, 70 textes, 70 instantanés comme autant de fragments épars, sans chronologie mais pas au hasard, pour fêter les noces de platine des cinéphiles du monde entier avec le . En partenariat avec le site Écran Noir, nous lançons le compte à rebours : pendant les 70 jours précédant la 70e édition, nous nous replongeons quotidiennement dans ses 69 premières années.

Aujourd’hui, J-55. Retrouvez nos précédents textes du dossier en cliquant sur ce lien.

Lorsqu’on pense à Cannes, on a souvent en tête l’image d’un Festival d' »habitués » qui auraient la « carte » et qui réapparaîtraient d’année en année dans une sélection ou une autre. C’est oublier bien vite que certains de ces « habitués » ont été des réalisateurs débutants révélés par le Festival. Mais c’est surtout ignorer l’important volet cannois consacré à la recherche, la découverte et l’accompagnement de nouveaux talents, et que l’on résume assez vaguement par le terme « Cinéfondation ». Derrière cette appellation se cachent en réalité trois programmes distincts qui créent à eux-seuls une importante pépinière de talents.

Films d’école

L’aspect le plus connu est celui de la Sélection de la Cinéfondation qui présente chaque année pendant le Festival de Cannes entre quinze et vingt courts métrages d’école venus du monde entier, de la Bosnie-Herzégovine au Vénézuela en passant par l’Egypte, Singapour ou l’Australie. Depuis sa création par Gilles Jacob en 1998, cette section a accueilli plus de 320 films issus d’une centaine d’écoles.

« La Cinéfondation est un extraordinaire espoir pour nous tous, parce qu’elle veut dire que le cinéma a un avenir. Dans la vingtaine de films qui sont visibles à Cannes et qui arrivent du monde entier, je suis sûr qu’il y en a trois ou quatre qui vont nous révéler de grands cinéastes. Alors on sème pour l’avenir, et c’est le but de notre Cinéfondation. Elle s’impose déjà et on attend qu’elle devienne la pépinière des nouveaux talents. Rien ne compte plus pour moi aujourd’hui » expliquait Gilles Jacob en 2003 au site cineuropa.org.

Presque quinze ans plus tard, on a suffisamment de recul pour confirmer que la Cinéfondation a vu éclore depuis sa création une jolie vague de nouveaux réalisateurs passionnants à suivre, de Claire Burger à Nadav Lapid en passant par ou , tous sélectionnés avec leur film d’école, et qui depuis ont eu les honneurs d’une ou plusieurs sélections, d’une caméra d’or (Claire Burger, pour Party girl), de plusieurs César (un pour Claire Burger, deux pour Deniz Gamze Ergüven) et, en ce qui concerne Mustang, d’une nomination à l’Oscar du meilleur film étranger.

Ecriture en résidence

En parallèle, la Cinéfondation propose une résidence destinée aux jeunes réalisateurs en cours d’écriture d’un premier ou deuxième long métrage de fiction, à raison de deux sessions (de quatre mois et demi) par an. Parfois surnommé la « Villa Médicis du cinéma », ce programme créé en 2000 a déjà aidé plus de deux cents cinéastes, dont environ 60% ont pu tourner leur film. Tous sont choisis en fonction de leur parcours (courts métrages ou premier long) et de la qualité de leur projet.

Par exemple, le Srilankais a été sélectionné à la résidence en 2003 avec qui lui a valu la caméra d’or lors de sa sélection à en 2005. a lui écrit (son deuxième long) lors de son passage à la résidence. Le film a ensuite remporté le Prix Un certain regard en 2012.

Dernier exemple frappant, c’est à la résidence que a développé , qui a ensuite gagné le Grand prix (Cannes 2015) et l’Oscar du meilleur film étranger (2016).

Projets à accompagner

Enfin, l’atelier de la Cinéfondation sélectionne, chaque année depuis 2005, une quinzaine de projets de longs métrages. L’idée est d’accompagner les réalisateurs (débutants ou plus confirmés, comme Tsai Ming-Liang sélectionné en 2007 avec son 10e film car il ne parvenait pas à financer son projet par ailleurs) dans l’élaboration pratique de leur projet, qu’il s’agisse de coproduction ou de simple recherche de financement. Cela passe concrètement par des rendez-vous organisés avec des producteurs, des distributeurs et des Fonds d’Aides.

Depuis ses débuts, l’Atelier a permis le développement de 186 projets, dont 145 sont terminés et 14 sont actuellement en pré-production. Parmi les plus emblématiques, on retrouve Elève libre de (ensuite sélectionné à la Quinzaine des Réalisateurs), Milk de Semih Kaplanoglu (sélectionné à Venise et annonciateur de Miel qui gagna l’Ours d’or à Berlin en 2010) ou encore Augustine d’Alice Winocour (sélectionné à la Semaine de la Critique et nommé au César du meilleur film).

Le pari est donc gagné pour la Cinéfondation, qui a réussi en moins de vingt ans à devenir un acteur incontournable dans la découverte, le suivi et l’accompagnement de nouveaux réalisateurs. Et demain ? En 2009, , directeur de la Cinéfondation, avouait envisager d’autres pistes pour parfaire ce travail de défrichage : « Je souhaiterais que d’autres initiatives apparaissent dans le but de continuer à aider les réalisateurs. J’ai des idées (la production, la distribution, le script doctoring, …), mais je ne sais pas encore laquelle suivre. » expliquait-il à Format Court. Presque dix ans plus tard, il reste toujours beaucoup à inventer pour permettre aux nouvelles générations d’accéder au devant de la scène.

Mais puisque le sujet est vaste, rendez-vous demain !

A J-54, on vous parlera plus précisément de quinze réalisateurs passés avec succès par la Cinéfondation.

Marie-Pauline Mollaret de Ecran Noir

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici