Cannes 2022 : Forest Whitaker Palme d’or d’honneur

0
433

Bird © 1988 Marcia Reed / The Malpaso Company / Warner Bros. France Tous droits réservés

Alors que le rideau se lèvera dans une bonne semaine sur la 75ème édition du Festival de Cannes, les nouvelles autour de ce rendez-vous incontournable du cinéma mondial tombent à une telle vitesse que nous avons du mal à suivre. Sans la moindre prétention d’une quelconque exhaustivité de couverture, nous tenterons donc de remonter le fil des communiqués de presse d’ici la soirée d’ouverture, qui aura lieu le mardi 17 mai sur la Croisette. L’édition anniversaire du festival, revenu à sa case pré-estivale traditionnelle après deux années d’emploi du temps chamboulé, voire empêché par la pandémie du coronavirus, se terminera le samedi 28 mai par l’annonce du palmarès du jury présidé par l’acteur français Vincent Lindon.

Avant de connaître le nom du film lauréat de la Palme d’or qui succédera à Titane de Julia Ducournau, les cinéphiles du monde entier peuvent d’ores et déjà se réjouir du prix honorifique du festival, qui sera remis cette année à l’acteur, producteur et réalisateur américain Forest Whitaker. C’est ce que le bureau de presse du festival a annoncé la semaine dernière, le jeudi 5 mai. Whitaker recevra sa Palme d’or d’honneur lors de la cérémonie d’ouverture, comme avant lui en 2021 l’actrice et réalisatrice américaine Jodie Foster, sa partenaire ou plutôt son adversaire à l’écran dans Panic Room de David Fincher. Sur la liste prestigieuse des autres invités d’honneur du festival dans le passé figurent entre autres Jeanne Moreau, Manoel De Oliveira, Jean-Pierre Léaud et Alain Delon.

Ghost Dog La Voie du samouraï © 1999 Abbott Genser / Plywood Productions / JVC Entertainment / Canal + / Bac Films
Tous droits réservés

Pratiquement toujours un acteur solide et fiable – à l’exception notable de Battlefield Earth Terre champ de bataille de Roger Christian dont personne n’était sorti indemne –, Forest Whitaker (* 1961) a néanmoins réussi à transcender brillamment l’écran dans trois tours de force magistraux.

En effet, sa place dans notre cœur de cinéphile sera à jamais assurée grâce à ses personnages interprétés avec un brio hors pair dans Bird de Clint Eastwood, qui lui avait valu le prix d’interprétation masculine à Cannes en 1988, Ghost Dog La Voie du samouraï de Jim Jarmusch présenté en compétition à Cannes onze ans plus tard, ainsi que le malheureusement assez méconnu Mary de Abel Ferrara, Grand Prix au Festival de Venise en 2005. Eh non, le rôle qui avait valu à Whitaker la consécration unanime outre-Atlantique dont l’Oscar en 2007, Le Dernier roi d’Écosse de Kevin Macdonald, ne figure pas parmi nos coups de cœur incontestés de l’acteur.

Au fil d’une carrière extrêmement riche et variée commencée au début des années ’80, Forest Whitaker avait collaboré entre autre avec ces réalisateurs de renom : Amy Heckerling (Ça chauffe au lycée Ridgemont), Martin Scorsese (La Couleur de l’argent), Oliver Stone (Platoon – Oscar du Meilleur Film en 1987), Barry Levinson (Good Morning Vietnam), Neil Jordan (The Crying Game), Alan J. Pakula (Jeux d’adultes), Abel Ferrara (Body Snatchers), Robert Altman (Prêt-à-porter), Wayne Wang (Smoke), Joel Schumacher (Phone Game), David Ayer (Au bout de la nuit), Olivier Dahan (My Own Love Song), Lee Daniels (Le Majordome), Jérôme Salle (Zulu – film de clôture à Cannes en 2013), Scott Cooper (Les Brasiers de la colère), Rachid Bouchareb (La Voie de l’ennemi), Antoine Fuqua (La Rage au ventre), Denis Villeneuve (Premier contact), Roland Joffé (Forgiven) et Ryan Coogler (Black Panther).

Mary © 2005 Romolo Eucalitto / Central Films / Pan-Européenne / De Nigris Productions / Wild Bunch Distribution
Tous droits réservés

Le réalisateur de trois longs-métrages de facture assez classique, dont Ainsi va la vie avec Sandra Bullock en 1998, Whitaker s’est surtout distingué ces dernières années en tant que producteur. On lui doit notamment Fruitvale Station de Ryan Coogler, sélectionné à Un certain regard en 2013, Les Chansons que mes frères m’ont apprises de Chloé Zhao et Dope de Rick Famuyiwa, tous deux à la Quinzaine des réalisateurs en 2015, Sorry to Bother You de Boots Riley et Clair-obscur de Rebecca Hall. C’est en sa capacité de producteur que Forest Whitaker présentera Au nom de la paix de Christophe Castagne et Thomas Sametin en séance spéciale le mercredi 18 mai.

Enfin, la Palme d’or d’honneur lui a de même été attribuée en reconnaissance de son engagement humanitaire, par le biais de son ONG Whitaker Peace and Development Initiative et comme envoyé spécial de l’UNESCO pour la paix et la réconciliation.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici