Cannes 2020 : la compétition des courts-métrages

0
502

Palme d’Or du court-métrage 2019 © 2019 Valery Hache / Getty Images / Tous droits réservés

On se disait bien qu’il manquait encore quelque chose, après la présentation fleuve au début du mois de la cinquantaine de films sélectionnés par voie de label au Festival de Cannes. C’était la compétition des courts-métrages. Elle a été annoncée ce jour. Les onze courts-métrages, issus de dix pays différents, seront regroupés dans un programme d’une durée d’environ deux heures et demie. Celui-ci sera projeté à Cannes dans le Palais des Festivals à l’automne. Puis, le jury, dont la composition sera dévoilé prochainement, attribuera sa Palme d’or.

Eh oui, il y aura donc bien une Palme d’or à Cannes cette année, même si ce n’est « que » celle du court-métrage, comme ce fut le cas sans interruption depuis 1972. Le nouveau lauréat succédera à la Palme du court de 2019, La Distance entre le ciel et nous du réalisateur grec Vasilis Kekatos. Il rejoindra la liste des courts honorés de la sorte sur la Croisette dans le passé, parfois réalisés par des cinéastes passés ensuite avec succès au long-métrage, tels que Robert Enrico, Jean-François Laguionie, Jane Campion, Jim Jarmusch et Xavier Giannoli.

Le comité de sélection a reçu cette année 3 810 candidats venus de 137 pays. Ce qui représente une légère baisse par rapport à l’année dernière et ses 4 240 courts en lice pour la sélection cannoise.

Filles bleues peur blanche © 2020 Miyu Productions Tous droits réservés

La compétition 2020 des courts-métrages du Festival de Cannes

L’Agneau de dieu (Portugal) de David Pinheiro Vicente

Benjamin Benny Ben (Canada) de Paul Shkordoff

Camille sans contact (France) de Paul Nouhet

David (États-Unis) de Zachary Woods

Filles bleues peur blanche (France) de Marie Jacotey et Lola Halifa-Legrand

I am afraid to forget your face (Égypte) de Sameh Alaa

Motorway65 © 2020 Evi Kalogiropoulou Tous droits réservés

Motorway65 (Grèce) de Evi Kalogiropoulou

Shiluus (Mongolie) de Lkhagvadulam Purev-Ochir

Son of Sodom (Colombie) de Theo Montoya

Stéphanie (Belgique) de Leonardo Van Dijl

Sudden Light (Royaume-Uni) de Sophie Littman

Stéphanie © 2020 De Wereldvrede / Square Eyes Tous droits réservés

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici