2011, clap de fin : Septembre

0
84
2011, clap de fin : Août

2011, clap de fin : Août

Moretti en horreur de sainteté

Le 7, Nanni Moretti déboule avec son Habemus Papam, film d’une drôlerie irrésistible où le cinéaste met son art du burlesque au service de sa vision de la chose religieuse. Avec un Michel Piccoli flamboyant, le film franchit les 650 000 entrées. Moins chanceux, L’Ange du mal venu également d’Italie et réalisé par Michele Placido atteindra péniblement les 50 000. La pédophilie à travers le calvaire d’un innocent que joue Philippe Torreton attirera 400 000 spectateurs pour Présumé coupable. Sexe entre amis avec Justin Timberlake dépassera les 500 000 malgré une presse plutôt fraiche.

Le 10 s’éteint Cliff Robertson, comédien, scénariste, producteur et metteur en scène américain. Comme comédien, il était apparu dans plusieurs dizaines de films dont Picnic de Joshua Logan, Les bas-fonds newyorkais de Samuel Fuller, Les trois jours du condor de Sydney Pollack, Obsession de Brian de Palma et dans la trilogie Spiderman de Sam Raimi où il jouait Ben Parker.

Présumé coupable
Présumé coupable
La guéguerre des boutons
La guerre des boutons
La guerre des boutons

Le 14, Nadine Labaki, la cinéaste du très beau Caramel il y a trois ans, revient avec Et maintenant on va où ?. Question à laquelle 330 000 personnes répondent en allant voir son film. Le même jour démarre la guerre de La guerre des boutons. Du jamais vu : deux films identiques, remakes d’un vieux long métrage d’Yves Robert d’après le roman de Louis Pergaudvont se succéder deux mercredis de suite. Le premier, signé Yann Samuel avec Eric (Gainsbourg) Elmosnino réalisera 1,4 millions d’entrées. Warriors s’efface devant ce tapage, cette histoire de famille sur fond de combats d’arts martiaux ne franchira pas les 200 000 entrées. Les spectateurs préfèreront la romance de la rentrée, Crazy, stupid, love avec Ryan Gosling qui dépassera le demi-million de fans. L’horreur attire toujours et Fright night (avec Colin Farrell et Toni Collette) affichera presque 200 000 amateurs.

Le 15 disparaît Frances Bay, comédienne canadienne de seconds rôles que l’on avait vue notamment dans Sailor et Lula, Blue velvet et Twin Peaks de Lynch et Les Arnaqueurs de Frears.

L’adieu à Paulette
L'Apollonide - souvenirs de la maison close
L'Apollonide - souvenirs de la maison close

Le 21 c’est Paulette Dubost qui tire sa révérence à l’âge de 100 ans. De sa première apparition au cinéma dans le Nana de Renoir (1926) à l’ultime adieu à l’écran dans un court métrage (Curriculum d’Alexandre Moix en 2007), elle aura tourné dans plus de 150 films. De cette impressionnante filmographie, retenons Hôtel du Nord de Carné, La règle du jeu et Le déjeuner sur l’herbe de Renoir, Le plaisir et Lola Montès d’Ophüls, Le mouton à cinq pattes de Verneuil, Le dernier métro de Truffaut et Milou en mai de Louis Malle. Toujours le 21 , sort Le cochon de Gaza, allégorie pacifiste sur fond de conflit israélo-palestinien. 200 000 spectateurs feront le déplacement, ce qui constitue un succès vu le budget assez modeste du film. Bertrand Bonnello, un des grands habitués de Cannes arrive avec L’Apollonide – souvenirs de la maison close. Une presse unanime et une poignée d’inconditionnels offriront à ce film un succès relatif. Le nouveau Gus van Sant, Restless n’attirera quant à lui que 80 000 spectateurs. Un bide d’autant plus injuste que le succès est réservé à la deuxième variante de La guerre des boutons rebaptisée après de grotesques empoignades entre les producteurs La nouvelle guerre des boutons. Barratier, le spécialiste des nanars rances aux couleurs improbables (Les Choristes), Casta, Canet et Mérad attireront 1.5 millions de spectateurs. Shark 3D va quant à lui faire chausser les idoines lunettes pour une boucherie plus réaliste que jamais à 200 000 assoiffés d’hémoglobine. Quand l’ex-007 rencontre une héroïne de Sex in the city, ça fait…un bide ! 230 000 personnes viennent trouver réponse à l’existentielle question Mais comment font les femmes ?. Quant à Jean-Hugues Anglade, un de nos meilleurs comédiens souvent injustement oublié, il s’embourbe dans un Mineurs 27 maniériste et raté. Un bide retentissant.

Le choc « Kevin »

Le 28, après avoir bouleversé des foules au cours de multiples festivals sort l’admirable We need to talk about Kevin qui vaudra l’European Film Award de la Meilleure actrice à Tilda Swinton quelques semaines plus tard. Un film sans concession sur les questionnements d’une mère quant à sa responsabilité dans les actes commis par son fils ado. Pourtant moins de 100 000 spectateurs feront le déplacement. Les hommes libres ne doivent pas constituer un programme bien alléchant non plus car ce film sur fond de guerre mondiale pourtant interprété par Rahim Tahar franchit péniblement les 100 000 entrées. Le thriller Identité secrète bien que laminé par la presse attirera presque 700 000 fans. Garrel fils devant, Garrel père derrière la caméra et Monica Bellucci qui se risque au film d’auteur ne vont pas réussir à réchauffer les cœurs et Un été brûlant reçoit un accueil pour le moins glacial. Gaël Morel, après son éblouissant Après lui où il offrait à Deneuve un des plus beaux rôles de sa carrière, revient à ses premières amours (les relations homosexuelles), réduisant ainsi le champ des spectateurs. Son film Notre paradis ne connaîtra pas un score d’enfer. Enfin, la vague de grossesses qui a déferlé sur la France en 2011 n’aura pas d’impact majeur sur le nouveau film de Rémi Bezançon, son Heureux évènement n’atteindra pas le score de son précédent opus (Le dernier jour du reste de ta vie) et plafonnera en dessous des 500 000 spectateurs, score toutefois satisfaisant.

We need to talk about Kevin
We need to talk about Kevin

Le 29, Denise Gence s’éclipse. Immense comédienne de théâtre, ancienne sociétaire de la Comédie Française, elle avait joué dans quelques films dont Pot-Bouille de Duvivier d’après Zola, Chobizenesse de Jean Yanne et Buffet froid de Blier. Elle avait publié un formidable ouvrage de souvenirs et de pensées sur son métier, Notes parlées en 1994.

<– Voir le dossier :  2011, clap de fin : Août

Voir le dossier :  2011, clap de fin : Octobre –>

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici