http://www.lebenssalz.ch http://www.paulplaza.nl http://www.ostendsurfing.be http://www.qsneaker.nl http://www.wtcbentille.be http://www.thegooddeal.ch http://www.kantoorencreatief.nl
Nécrologie News — 16 avril 2018
Décès du réalisateur Vittorio Taviani

Le réalisateur italien est décédé hier à Rome. Il était âgé de 88 ans. En tandem avec son frère cadet , il avait signé jusqu’à récemment quelques œuvres majeures du cinéma italien, dont , , et .


Inspirés par les films phares du néoréalisme d’après-guerre, les frères Taviani tournent leurs premiers films pendant les années 1960, en équipe avec leur confrère Valentino Orsini : Un homme à brûler avec Gian Maria Volontè et Les Hors-la-loi du mariage avec Ugo Tognazzi et Annie Girardot. Ils réalisent leur premier film à deux avec Les Subversifs, présenté en compétition au Festival de Venise en 1967, suivi par Sous le signe du scorpion avec Gian Maria Volontè et Lucia Bosé et Saint-Michel avait un coq, sélectionné au Forum du Festival de Berlin en 1972. Les frères signent leur premier succès international deux ans plus tard, grâce à Allonsanfàn avec Marcello Mastroianni et Lea Massari. Un essai transformé en 1977 avec le sacre de Padre padrone au Festival de Cannes à qui le jury présidé par Roberto Rossellini décerne sa Palme d’or. Ils bouclent cette première décennie faste de leur filmographie avec Il prato, avec Michele Placido et Isabella Rossellini.


Le drame historique La Nuit de San Lorenzo confirme la place prestigieuse des frères Taviani au niveau du cinéma mondial, puisqu’il leur vaut un deuxième prix à Cannes et qu’il est désigné comme Meilleur Film de l’année 1984 par la National Society of Film Critics américaine. Dans Kaos, ils s’approprient cinq histoires de Luigi Pirandello, puis tentent leur chance aux États-Unis, à l’image des deux personnages principaux de Good morning Babilonia avec Vincent Spano et Joaquim De Almeida. Paolo et Vittorio Taviani restent alors un temps fidèles aux coproductions internationales, notamment Le Soleil même la nuit avec Julian Sands et Charlotte Gainsbourg, Fiorile et Les Affinités électives d’après Goethe avec Isabelle Huppert et Jean-Hughes Anglade. Puis ils reviennent à l’univers de Pirandello avec Kaos II en 1998.


Un dernier chapitre des plus respectables s’est ajouté à leur filmographie déjà fort honorable au fil des années 2000. Après deux films pour la télévision, ils sont en effet retournés à la fiction cinématographique avec Le Mas des alouettes avec Paz Vega et Moritz Bleibtreu, puis au documentaire avec César doit mourir en 2012. Trois ans plus tard, les frères ont réalisé leur dernier film entièrement commun d’après les contes de Boccace. Quant à , qui sortira en France le 6 juin prochain, Vittorio y a principalement contribué au scénario, tandis que son frère a assuré la réalisation à proprement parler.


Les frères Taviani ont conjointement reçu la Palme d’or au Festival de Cannes en 1977 pour Padre padrone, ainsi que le Grand Prix du jury en 1982 pour La Nuit de San Lorenzo. Au Festival de Berlin, ils ont gagné l’Ours d’or en 2012 pour César doit mourir, attribué par le jury sous la présidence de Mike Leigh. Le Festival de Venise leur a remis un Lion d’or d’honneur pour l’ensemble de leur carrière – jusqu’à cette année-là – en 1986. Enfin, de la part de la National Society of Film Critics, ils ont reçu le prix du Meilleur réalisateur en 1984 pour La Nuit de San Lorenzo.

Articles semblables

Partage

Auteur

Tobias Dunschen

Cet article a été rédigé par Tobias Dunschen, Rédacteur de Critique Film. Lire tous ses articles