Cannes 2014 : Les Merveilles

0
1095

Les MerveillesLes Merveilles

Italie : 2014
Titre original : Le Meraviglie
Réalisateur : Alice Rohrwacher
Scénario : Alice Rohrwacher
Acteurs : Maria Alexandra Lungu, Sam Louwyck, Alba Rohrwacher
Distribution : Ad Vitam
Durée : 1h51
Genre : Drame
Date de sortie : 11 février 2015

Note : 1.5/5

Le cinéma italien n’est plus que l’ombre de lui-même, victime de la destruction de la culture par le mouvement néolibéral qui dirige le pays depuis des années. Il n’en reste pas moins quelques pépites découvertes ces dernières années comme Vento di Terra de Vincenzo Marra, La Bocca del Lupo de Pietro Marcello ou encore Corpo celeste d’Alice Rohrwacher. Et c’est justement cette dernière qui revient sur la croisette pour nous faire découvrir sont dernier film intitulé Les Merveilles.

Synopsis : Dans un village en Ombrie, c’est la fin de l’été. Gelsomina vit avec ses parents et ses trois jeunes sœurs, dans une ferme délabrée où ils produisent du miel. Volontairement tenues à distance du monde par leur père, qui en prédit la fin proche et prône un rapport privilégié à la nature, les filles grandissent en marge. Pourtant, les règles strictes qui tiennent la famille ensemble vont être mises à mal par l’arrivée de Martin, un jeune délinquant accueilli dans le cadre d’un programme de réinsertion, et par le tournage du « Village des merveilles », un jeu télévisé qui envahit la région.

169590.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Un film quasi documentaire

L’histoire des personnages présentés ici ne sera jamais véritablement développé : on ne sait pas si cette famille vivant en autarcie fait partie d’un mouvement religieux, pourquoi ils parlent allemand et français, le mystère reste absolu mais ce manque d’information ne nuit jamais à l’oeuvre.

Les Merveilles est présenté dans un univers si réel qu’on est très proche d’un documentaire. C’est ainsi que la première partie du film est délicieuse dans ces images simple, les valeurs familiales présentées, ces taches de la ferme semblant sortir d’une autre époque. Malheureusement Alice Rohrwacher tente d’y introduire dans la seconde partie des éléments de fictions qui ne fonctionnent pas. L’arrivé de ce jeune garçon venu de la ville dans cette petite maison dans la prairie qui va forcement bouleverser le quotidien de cette famille puis l’enregistrement de l’émission de téléréalité sonnent faux. C’est trop artificiel et sans aucun rapport avec la première partie du film ultra réaliste. Difficile dans ces conditions d’accrocher à l’histoire, le film devient vite sans intérêt et beaucoup trop long.

165235.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Résumé

On avait adoré Corpo Celeste (la critique), on est plus dubitatif quand au nouveau film d’Alice Rohrwacher. L’univers presque documentaire proposé dans la première partie du film fonctionne parfaitement mais les éléments de fictions au coeur du film ne sont jamais crédibles. Dommage…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici