Bad Teacher

0
348

Bad TeacherBad Teacher

USA : 2011
Titre original : Bad Teacher
Réalisateur :
Scénario : Lee Eisenberg
Acteurs : , ,
Distribution : Sony Pictures Releasing France
Durée : 1h33
Genre : Comédie
Date de sortie : 27 juillet 2011

Globale : [rating:2.0]
[five-star-rating]

Bad Teacher de Jake Kasdan (réalisateur de série et de quelques films inconnus) aurait pu être la comédie de l’été, dans la lignée d’un bon Very Bad Trip 2. Tout y est : comédie, fille sexy, quelques répliques cinglantes et une bande annonce qui donne envie.

Synopsis : Elizabeth Halsey n’est vraiment pas faite pour enseigner. Elle n’a rien à faire des enfants, elle parle mal, elle boit, fume n’importe quoi et ne pense qu’à une chose : se marier pour quitter son job d’enseignante au collège. Lorsque son fiancé la plaque, elle se met en tête d’épouser un jeune prof remplaçant aussi séduisant que riche… Mais Elizabeth a une rivale, la très volontaire Amy, une excellente enseignante. Le prof de gym qui lui fait des avances super lourdes ne simplifie pas les choses non plus. Les plans tordus d’Elizabeth et leurs délirantes conséquences vont secouer ses élèves et ses confrères, mais c’est surtout elle qui n’en sortira pas indemne…

Bad Teacher

Un casting avant tout

L’histoire de Bad Teacher repose sur un fait simple et vendeur : le personnage est assez méchant et drôle à la fois pour s’adapter à toutes les situations. Le rôle principal est tenu par la célèbre mais vieillissante Cameron Diaz (Mary à tout prix, The Holiday, The Box). L’actrice hollywoodienne permet au spectateur de s’attacher au personnage malgré ses actes : enseignante ratée, droguée, manipulatrice et sans scrupules. On retrouve également au casting Justin Timberlake (The Social Network, Alpha Dog) ; le chanteur n’a pas ici matière à démontrer ses talents d’acteur : son personnage est tellement pauvre et inconsistant que le film aurait pu se passer de lui. Le film fait passer le casting avant l’histoire pour s’en servir comme outil marketing.

Une comédie basique

La réalisation est propre et soignée mais manque d’originalité, se contentant du strict minimum pour une comédie se déroulant dans une école américaine. Le scénario est léger et ultra usé mais n’étant pas la véritable attente du genre, on pourrait presque lui pardonner. Ceci car Bad Teacher repose avant tout sur l’humour. Le duo ennemi entre les deux enseignantes, la bonne et la mauvaise, est plaisant mais l’excessivité du personnage d’Amy (Lucy Punch) est à la fois énervante et en même temps, n’est pas poussée assez loin. La majorité des autres personnages ont tous une caractéristique qui permet des les définir et ainsi d’apporter un vrai plus au récit. Bad Teacher , sans respirer la nouveauté, a le mérite de ne pas s’enfoncer dans la comédie lourdingue ou romantique, et surfe de manière légère entre les deux courants. En bon film américain, l’histoire se termine par une sorte de happy end porté par la naissance d’une pseudo bonne conscience du personnage principal, qui aurait mérité d’être plus effilée tout le long du récit.

Bad Teacher

La méchanceté est-elle affaire de morale ?

Bad Teacher perd de la qualité en grande partie à cause de son héroïne. Tout d’abord, le rôle fonctionnerait beaucoup moins bien avec une actrice inconnue et trouve sa légitimité seulement grâce à la marque Diaz. Ensuite, la méchanceté de l’enseignante ne sensibilise pas assez le spectateur. Pourtant, il existe des personnages de vilains absolument diaboliques qui amènent plus de sympathie : Gru dans Moi, Moche et Méchant, l’inspecteur Harry, Dexter, Megamind ou encore Mélanie dans Vilaine. Tous ces personnages sont détestables à souhait, néanmoins ils arrivent à susciter l’attachement. Pourquoi ? Car il y a toujours une histoire de morale ou de passé douloureux qui établit la psychologie du héros. Or dans Bad Teacher, Cameron est simplement une bimbo vénale et sans intérêt. L’héroïne ne semble avoir aucune histoire, donnant une bien maigre consistance à son personnage. La comédienne ne peut ainsi pas faire briller ses talents d’actrice malgré un jeu adéquat à la situation. Même si l’héroïne semble se rattraper vers la toute fin, la morale est à peine saupoudrée et semble être dictée par la loi du bon film hollywoodien. L’absence de morale est donc le principal handicap de ce film. L’histoire aurait supportée d’être plus écrite, pour donner du corps à son héroïne et ainsi de la valeur émotionnelle au récit.

Résumé :

Tout le film repose sur le casting poussiéreux et non fonctionnel Cameron Diaz / Justin Timberlake et l’histoire manque de légèreté et d’écriture. Malgré un humour presque plaisant et une galerie de second rôles intéressante, Bad Teacher ne sera pas la comédie de l’été, et ne restera pas longtemps dans les mémoires.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=fu8LDNSe3p8[/youtube]

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici