Venise 2022 : le palmarès

0
444

La présidente Julianne Moore et les membres du jury avant la cérémonie de clôture © 2022 La Biennale di Venezia
Tous droits réservés

La 79ème édition du Festival de Venise s’est terminée samedi soir, le 10 septembre, avec l’annonce de son palmarès. Pour fêter les 90 ans du plus ancien des grands festivals européens, les vedettes du monde entier s’étaient données rendez-vous pendant dix jours du côté du Lido. Après les restrictions assez légères dues à la crise sanitaire ces deux dernières années, le festival a pu se tenir normalement, avec en prime pour les abonnés Canal + une couverture plus ample. En effet, écartée du Festival de Cannes au profit de France Télévisions, la chaîne cryptée assure désormais le relais médiatique de celui de Venise.

Pour la troisième fois de suite, après Chloé Zhao pour Nomadland en 2020 et Audrey Diwan pour L’Événement en 2021, c’est une réalisatrice qui remporte le prix suprême du festival, le prestigieux Lion d’Or. Déjà oscarisée en 2015 pour son documentaire Citizenfour, Laura Poitras est donc récompensée pour son nouveau documentaire All the Beauty and the Bloodshed. Il s’agit du deuxième sacre suprême d’un documentaire à Venise, après Sacro GRA de Gianfranco Rosi en 2013. Côté féminin, son film est le septième Lion d’or réalisé par une femme, après Les Années de plomb de Margarethe von Trotta, Sans toit ni loi de Agnès Varda, Le Mariage des moussons de Mira Nair, Somewhere de Sofia Coppola, ainsi que ses deux prédécesseurs directs.

A titre de comparaison, le Festival de Cannes ne compte que deux réalisatrices palmées jusqu’à présent – Jane Campion pour La Leçon de piano et Julia Ducournau pour Titane –, là où celui de Berlin est à égalité avec Venise en termes d’Ours d’or, grâce à Marta Meszaros (Adoption), Larissa Chepitko (L’Ascension), Jasmila Zbanic (Sarajevo mon amour), Claudia Llosa (Fausta), Ildiko Enyedi (Corps et âme), Adina Pintilie (Touch Me Not) et Carla Simon (Nos soleils).

Son prix d’interprétation féminine pour Tar de Todd Field permet à Cate Blanchett, déjà récompensée de la sorte en 2007 pour I’m Not There de Todd Haynes, de faire désormais partie du club exclusif des actrices aux deux Coupes Volpi. Elle y rejoint Shirley MacLaine (La Garçonnière et Madame Sousatzka), Isabelle Huppert (Une affaire de femmes et La Cérémonie) et Valeria Golino (Storia d’amore et Par amour).

Enfin, tandis que les Lions d’or français se font plutôt rares, avant L’Événement le dernier était Au revoir les enfants de Louis Malle en 1987, notre cinéma national est plus régulièrement représenté du côté des Grands Prix. Ainsi, celui de Alice Diop pour Saint Omer est le douzième, après notamment ceux de Louis Malle (Les Amants et Le Feu follet), feu Jean-Luc Godard (Vivre sa vie et La Chinoise), Otar Iosseliani (Les Favoris de la lune, Et la lumière fut et Brigands Chapitre VII), Abdellatif Kechiche (La Graine et le mulet) et Roman Polanski (J’accuse). Par contre, c’est seulement le troisième Grand Prix réalisé par une femme, après Un ange à ma table de Jane Campion en 1990 et Le Cerf-volant de Randa Chahal Sabbag en 2003.

Alice Diop, Grand Prix pour Saint Omer © 2022 La Biennale di Venezia Tous droits réservés

Lion d’or : All the Beauty and the Bloodshed (États-Unis) de Laura Poitras, sans date de sortie en France

Grand Prix : Saint Omer (France) de Alice Diop, sortie française le 23 novembre

Lion d’argent du Meilleur réalisateur : Luca Guadagnino pour Bones and all (Italie), sans date de sortie en France

Coupe Volpi de la Meilleure actrice : Cate Blanchett dans Tar, sortie française prévue le 22 février 2023

Coupe Volpi du Meilleur acteur : Colin Farrell dans Les Banshees d’Inisherin, sortie française le 28 décembre

Prix du Meilleur scénario : Les Banshees d’Inisherin (Irlande) par Martin McDonagh, sortie française le 28 décembre

Prix spécial du jury : No Bears (Iran) de Jafar Panahi, sans date de sortie en France

Prix Marcello Mastroianni de la Meilleure jeune actrice : Taylor Russell dans Bones and all, sans date de sortie en France

Cate Blanchett, Coupe Volpi de la Meilleure actrice pour Tar © 2022 La Biennale di Venezia Tous droits réservés

Lion du futur Prix Luigi De Laurentiis du Meilleur premier film : Saint Omer (France) de Alice Diop, sortie française le 23 novembre


Prix Orizzonti du Meilleur Film : World War III (Iran) de Houman Seyedi, sans date de sortie en France

Prix Orizzonti du Meilleur réalisateur : Tizza Covi et Rainer Frimmel pour Vera (Autriche), sans date de sortie en France

Prix Spécial du jury Orizzonti : Bread and Salt (Pologne) de Damian Kocur, sans date de sortie en France

Prix Orizzonti de la Meilleure actrice : Vera Gemma dans Vera, sans date de sortie en France

Prix Orizzonti du Meilleur acteur : Mohsen Tanabandeh dans World War III, sans date de sortie en France

Prix Orizzonti du Meilleur scénario : Blanquita (Chili) par Fernando Guzzoni, sans date de sortie en France

Prix Orizzonti du Meilleur court-métrage : Snow in September (Mongolie) de Lkhagvadulam Purev-Ochir

Luca Guadagnino, Lion d’argent du Meilleur réalisateur pour Bones and all © 2022 La Biennale di Venezia
Tous droits réservés

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici