Test DVD : Tremors – Shrieker Island

0
1299

Tremors : Shrieker Island

États-Unis : 2020
Titre original : –
Réalisation : Don Michael Paul
Scénario : Brian Brightly, Don Michael Paul
Acteurs : Michael Gross, Jon Heder, Jackie Cruz
Éditeur : Universal Pictures
Durée : 1h38
Genre : Fantastique, Action
Date de sortie DVD : 1 décembre 2020

Un riche playboy transporte illégalement des graboïdes sur une nouvelle île de loisirs pour en faire une forme de chasse à sensations… Burt Gummer intervient pour sauver la situation…

Le film

[3,5/5]

Tremors : Shrieker Island est le septième opus de la saga Tremors, initiée en 1990 avec le film-culte de Ron Underwood. Après un hiatus d’un peu plus de dix ans, la saga avait reprise en main en 2015 par les personnalités conjointes de Michael Gross (acteur principal) et de Don Michael Paul (réalisateur, coscénariste), qui en l’espace de deux films étaient parvenus à recréer un petit engouement autour du personnage de Burt Gummer, notamment avec l’excellente idée d’amorcer dans Tremors : A cold day in hell une maladie chez le personnage qui aurait permis de le faire peu à peu se transformer en graboïde, à la manière du personnage central de L’empereur Dieu de Dune transformé en ver des sables dans le chef d’œuvre de Frank Herbert.

Tremors : Shrieker Island marque néanmoins un retour en arrière, dans le sens où Don Michael Paul abandonne cette idée pour une autre qui devrait, à priori, faire de ce septième épisode le dernier de la franchise. [ATTENTION GROS SPOILERS] Le dernier acte de Tremors : Shrieker Island met en effet en scène non pas la mort, mais la disparition de Burt Gummer, qui recevra également un simulacre d’enterrement lors de la scène finale. Cependant, le choix de ne pas avoir clairement montré le personnage mourir – on retrouve uniquement sa casquette – n’est probablement pas innocent, dans le sens où il pourrait très bien revenir à mi-métrage de Tremors 8 sans que cela ne pose de problème narratif particulier.

Pour autant, Universal semble bien déterminé à jouer le jeu, puisque tous les suppléments disponibles sur le DVD de Tremors : Shrieker Island tournent autour du personnage de Burt Gummer et proposent un retour sur l’intégralité de la saga, comme s’il en constituait bel et bien l’aboutissement, le dernier chapitre. [Fin des SPOILERS] A notre avis cependant, on ne devrait pas tarder à voir réapparaitre prochainement un nouvel épisode de Tremors.

D’autant qu’en s’amusant à modifier génétiquement les graboïdes, Tremors : Shrieker Island fait prendre à la saga une tournure extrêmement différente des films précédents, avec une ambiance de « chasse » sans pitié volontiers tournée du côté de Predator et de Jurassic Park – Le monde perdu. Si bien sûr le fait de retrouver Michael Gross dans la peau de Burt Gummer est toujours très plaisant, on admettra cela dit que l’on est à des années lumières de l’esprit du Tremors original, qui tirait justement sa force du fait que les graboïdes ne ressemblaient à rien de ce que le public avait l’habitude de voir. Cependant, le film de Don Michael Paul parvient à se démarquer du tout-venant de la série B actuelle grâce à plusieurs points forts : une réalisation carrée et solide, un casting réussi, porté par un Richard Brake comme toujours impérial, mais également par Jon Heder et Jackie Cruz, un humour irrésistible, une poignée de scènes gore efficaces… Autant d’éléments qui parviennent à hisser Tremors : Shrieker Island du côté des jolies réussites du genre, même s’il ne retrouve pas la grâce de l’épisode précédent.

Le DVD

[4/5]

C’est bien entendu Universal Pictures France qui nous propose aujourd’hui de découvrir Tremors : Shrieker Island sur galette DVD, et l’éditeur a, comme à son habitude, plutôt soigné sa copie d’un point de vue technique. Côté image, la définition est d’une précision étonnante, les couleurs affichent une belle pêche et le piqué s’avère tout à fait satisfaisant, malgré quelques légères baisses de régime, principalement dans la gestion des noirs, et de toutes façons liées à un encodage sur support DVD – globalement, l’éditeur, rodé au DVD depuis de nombreuses années, compose plutôt bien avec les avantages et les inconvénients de la définition standard. Niveau son, la version originale ainsi que la version française sont toutes deux proposées en Dolby Digital 5.1, à la spatialisation très dynamique et permettant une immersion totale au cœur du film.

Dans la section suppléments, on trouvera trois petites featurettes relativement intéressantes, mais qui ne nous apprendront rien du tournage aux côtés de Michael Gross et Don Michael Paul. La première dressera la liste des mutations subies par les graboïdes en l’espace de sept films (4 minutes), la deuxième la liste des 30 meilleurs moments de la saga Tremors (8 minutes), et la troisième sera consacrée à la « légende de Burt Gummer » (13 minutes), qui permettra à Michael Gross de mettre en avant ses souvenirs et la place importante qu’il occupe dans la franchise Tremors. On notera que le sujet s’ouvre sur les propos de Kevin Bacon, qui se remémorera sa rencontre avec Michael Gross sur le plateau du film de Ron Underwood.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici