Test DVD : Sur la branche

0
790

Sur la branche

France, Belgique : 2023
Titre original : –
Réalisation : Marie Garel-Weiss
Scénario : Marie Garel-Weiss, Salvatore Lista
Acteurs : Daphne Patakia, Benoît Poelvoorde, Agnès Jaoui
Éditeur : Pyramide Vidéo
Durée : 1h28
Genre : Comédie
Date de sortie cinéma : 26 juillet 2023
Date de sortie DVD : 21 novembre 2023

Mimi a presque trente ans et rêve toujours à ce qu’elle pourrait faire quand elle sera grande. Alors qu’elle se décide à chercher du travail, elle fait la connaissance de Paul, un avocat sur la touche. Ensemble ils vont tenter de défendre Christophe, un petit arnaqueur qui clame son innocence. Si Paul voit dans cette affaire un moyen de se refaire, Mimi y voit, elle, une mission, un chemin vers la justice et la vérité.

Le film

[4.5/5]

Après La fête est finie, un excellent premier long-métrage de cinéma sorti en 2018 et ayant pour thème la toxicomanie, après Qu’est-ce qu’on va faire de Jacques ?, un téléfilm diffusé par Arte en 2022 et ayant pour thème la schizophrénie, la réalisatrice Marie Garel-Weiss a décidé de continuer à creuser le sillon des troubles psychologiques, mais, cette fois-ci, en les confrontant à un genre très délicat, la comédie loufoque. Un genre délicat car c’est un domaine où la possibilité de réunir un consensus sur une éventuelle perfection est impossible. En effet, il s’agit d’aller le plus loin possible vers l’incongru, vers le farfelu, vers le déjanté, vers l’absurde, mais sans jamais aller trop loin. Si vous n’allez pas assez loin, les spectateurs ne verront que le côté invraisemblable de certaines scènes sans ressentir suffisamment le bonheur qu’engendre le rire. Si vous allez trop loin, l’intellect du spectateur viendra lui interdire de rire en lui faisant remarquer la bêtise des scènes et des dialogues. Le problème pour un réalisateur ou une réalisatrice abordant le genre, c’est que la limite du « le plus loin possible » n’est pas la même pour tout le monde, ce qui, concernant les jugements portés sur un film résolument loufoque, rend impossible tout consensus. Après avoir vu Sur la branche, il se peut que François juge que la réussite de cette comédie gentiment déjantée est totale, mais qu’en est-t-il de Juliette, de Paul ou de Michèle ? C’est sans doute le moment de glisser un témoignage personnel : dans la salle où j’ai vu le film, les rires, des rires fins et non de gros rires gras, n’arrêtaient pas de fuser à droite et à gauche, et ça, c’est plutôt bon signe !

Pour que son pari soit réussi, il fallait pour Marie Garel-Weiss réunir des interprètes adéquats. Là aussi, la réussite est totale ! La comédienne belge Daphné Patakia, qu’on avait découverte dans Djam de Tony Gatlif, campe de façon très naturelle une Mimi absolument irrésistible, jeune femme psychologiquement instable mais véritablement attachante. Benoît Poelvoorde, interprète de Paul, un avocat au bout du rouleau, prouve qu’il est un excellent comédien quand il est bien dirigé. Dans un petit rôle, Raphaël Quenard et son élocution si particulière poursuivent leur montée en puissance dans le cinéma français dans le rôle d’un escroc à la petite semaine. Petit rôle aussi pour Agnès Jaoui, toujours aussi juste. Et puis, dans un rôle encore plus minuscule, on rencontre Maud Wyler et là, on a un flash : c’est bien à côté de Perdrix, le film réalisé par Erwan Le Duc et dans lequel Maud Wyler tient le rôle principal, que vient se ranger avec bonheur Sur la branche, dans le rayon, pas si fourni que cela, des meilleures comédies françaises de ces 10 dernières années.

C’est Tobias qui, lors de sa sortie en salles, avait rédigé une critique de Sur la branche pour le site. Si vous souhaitez en prendre connaissance, il vous suffit de cliquer ici.

Le DVD

[4/5]

C’est une fois de plus une belle réussite que nous propose Pyramide Vidéo avec ce DVD : très belle définition, couleurs et lumières parfaitement respectées. Concernant le son, on est dans le classique, avec choix entre 5.1, 2.0 et audiodescription en 2.0. Par ailleurs, on peut faire le choix de regarder le film sans aucun sous-titre, avec un sous-titrage en français pour sourds et malentendants ou encore, pourquoi pas, avec un sous-titrage en anglais.

Un petit bonus de 6 minutes, assez déroutant, vient s’ajouter au film. Il s’agit d’un entretien de 6 minutes avec Marie Garel-Weiss et Benoît Poelvoorde au cours duquel la réalisatrice et le comédien s’efforcent de lancer des arguments pour inciter les spectateurs à aller voir Sur la branche. Difficile d’affirmer qu’elle et il y parviennent. En tout cas, ce bonus donne une idée de ce que peut donner Benoît Poelvoorde lorsqu’il n’est pas canalisé ! Heureusement, dans le film, il est parfaitement « tenu en laisse » par la réalisatrice.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici