Test DVD : Pulsions

0
273

pulsions jaquette

États-Unis : 1980
Titre original : Dressed to kill
Réalisateur :
Scénario :
Acteurs : 
Distribution : Mission – Édité chez Carlotta Films
Durée : 1h46
Genre : Thriller, Horreur
Date de sortie cinéma : 15 avril 1981
Date de sortie DVD : 21 novembre 2012

[five-star-rating]

pulsions meurtre

Le Film

[rating:5]

Une femme mariée, après un 5 à 7 avec un homme rencontré dans un musée, est sauvagement assassinée dans l’ascenseur qui la ramène chez elle. Une enquête débute avec des policiers dubitatifs face à un témoin, une call-girl qui, ayant ramassé l’arme du crime, se retrouve la suspecte idéale. Chef d’œuvre signé De Palma, « » fut longtemps considéré comme docilement affilié, voire honteusement plagié à « Psychose » et « Sueurs froides » d’Hitchcock dont le cinéaste est un admirateur avéré. De nombreux éléments évoqués notamment par Samuel Blumenfeld dans la présentation du film le confirment autant qu’ils en apportent la négation, comme la célèbre scène du musée qui préfigure davantage celle du Palais des festivals de Cannes dans « Femme fatale » ou celle du métro dans « L’Impasse » qu’elle ne calque sur celle de « Vertigo ». Le cinéaste livre beaucoup de lui dans cet opus et la manière quasi amoureuse avec laquelle il filme les comédiennes ( y est absolument sublime) n’a rien de commun avec la misogynie hitchcockienne. De Palma creuse depuis toujours son sillon, de moins en moins parallèle à celui de son illustre ainé. Cinéaste urbain génial, il explore avec sa virtuose caméra tous les potentiels des décors et exploite ce qui sera son crédo dans de nombreux films : la vue, outil phare, ici démultiplié (rétroviseurs, miroirs, jumelles, caméra, utilisation de la double focale) lorsque l’ouïe n’est plus sollicitée (la scène du musée totalement muette). A noter enfin la géniale partition de Pino Donaggio, l’ater ego musical du cinéaste sur six films. A voir et surtout à revoir !

 

Le DVD

[rating:5]

Outre la préface de Samuel Blumenfeld évoquée plus haut, les supplément proposent quelques scènes sous trois versions différentes (pour l’exploitation du film à la télévision, pour les mineurs et non censurée), la bande annonce mais surtout quatre témoignages des principaux acteurs du films : le producteur George Litto, , et Keth Gordon, devenu cinéaste et qui joue le fils de la victime. C’est assurément ce dernier témoignage qui intéressera les cinéphiles car décortiquant avec une belle acuité la méthode De Palma, de l’écriture au « director’s cut ». , épouse du cinéaste au moment du tournage, revient notamment sur la frénésie de De Palma dans sa préparation ainsi que sur le travail d’Ann Roth, la costumière. Quatre documents qui convergent vers le constat, corroboré par la vision des films du cinéaste, que De Palma mérite largement son titre de « maestro ».

 

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=AhV0gWgdfaE[/youtube]

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici