Accueil Tags Brian De Palma

Tag: Brian De Palma

Revu sur OCS : Mission : impossible

0
Aucun genre n'est davantage soumis au jugement impitoyable du temps que le thriller d'espionnage, qui cherche à épater son public avec les gadgets technologiques dernier cri. Ces petits détails de communication et de procuration d'informations risquent souvent de dater terriblement un film semblant encore à l'avant-garde de la modernité au moment de sa sortie.

La Cinémathèque Française à l’été 2018

0
Encore une semaine de films de William Wyler et d'accompagnements de la grande exposition dédiée à Chris Marker – « Chris Marker Les 7 vies d'un cinéaste » – qui sera encore visible jusqu'à fin juillet, puis la Cinémathèque Française basculera en mode été avec ses deux derniers mois de programmation, avant la fermeture annuelle habituelle au mois d'août.

Critique : Brian de Palma

0
Il en aura parcouru des distances, ce documentaire, avant d'arriver chez nous. Présenté en septembre 2015 à Venise, il aura enchaîné les festivals, des USA à la Corée du Sud, en passant par Tel Aviv, Toronto, Rio de Janeiro ou encore Vienne. Enfin, il a récemment été diffusé sur Arte, et est disponible en VOD sur le site de la chaîne.

Cannes 70 : ça va tourner sur la Croisette, chérie !

1
70 ans, 70 textes, 70 instantanés comme autant de fragments épars, sans chronologie mais pas au hasard, pour fêter les noces de platine des...

Test Blu-ray : Phantom of the Paradise – Édition « Ultra...

0
Que l’on aime ou pas le cinéma de Brian De Palma, Phantom of the Paradise fait partie de ces films dont les qualités sont unanimement reconnues, et dont la nature de chef d’œuvre absolu n’est plus à démontrer. Très représentatif du style et des obsessions du maestro, cette relecture croisée de Faust, du Portrait de Dorian Gray et du Fantôme de l’Opéra permet au cinéaste de laisser libre cours à sa passion des écrans et des miroirs, composant des plans où les reflets renforcent l’idée de duplicité et de travestissement au cœur d’un film où même les différents groupes musicaux se succédant à l’écran sont incarnés par les mêmes acteurs.

Test Blu-ray : L’esprit de Caïn

0
Véritable génie pour les uns, formaliste imposteur aux allures de sous-Argento pour les autres, Brian De Palma divise les cinéphiles depuis de nombreuses années. C’est d’autant plus le cas quand ce dernier décide d’œuvrer dans « l’auto-référence », recyclant ses obsessions néo-Hitchcockiennes dans des œuvres en forme d’exercices de style telles que L’esprit de Caïn (1992) ou Femme fatale (2002), qui fascineront les uns et agaceront prodigieusement les autres.

La Roche-sur-Yon 2016 : De Palma

0
Commencer un documentaire sur l’œuvre de Brian De Palma avec l’extrait d’un film de Alfred Hitchcock, Sueurs froides en l’occurrence, cela coule de source. Aucun autre réalisateur ne s’est en effet autant laissé inspirer sur la durée par le style du maître du suspense que l’homme derrière des hommages aussi manifestes que Obsession, Pulsions et Body double.

Critique : Close Encounters with Vilmos Zsigmond

0
Il est considéré comme l’un des directeurs de la photographie les plus réputés du Nouvel Hollywood, cette période exaltante durant laquelle plusieurs artistes, sous l’influence du cinéma européen, surent réinventer et renouveler les archétypes narratifs et formels du classicisme hollywoodien. Durant les années 70, Vilmos Szsigmond aura façonné l’esthétique picturale de quelques-uns des réalisateurs les plus talentueux d’Hollywood : Jerry Schatzberg, Robert Altman, Michael Cimino, Steven Spielberg ou encore Brian de Palma… Depuis l’annonce de son décès, le 1er janvier 2016 à l’âge de 85 ans, divers hommages consacrés à son travail ont émaillé l’agenda cinéphilique. Par ailleurs, et sous l’égide de Pierre Filmon, Vilmos Szsigmond est également l’objet d’un documentaire visant à mettre en lumière aussi bien son parcours que sa sensibilité artistique.

18ème Festival des cinémas différents et expérimentaux (4-16/10)

0
Pour sa 18ème édition, le festival des cinémas différents et expérimentaux de Paris se tiendra du 4 octobre au 16 octobre 2016. A son...

Critique : Showgirls

0
L’heure de la réévaluation a sonné pour l’œuvre de Paul Verhoeven. Lors de sa sortie, au mitan des années 90 (1996), Showgirls subit l’ire haineuse de la presse spécialisée. Sans mentionner un échec particulièrement cuisant au box-office, le métrage est nominé au « razzie awards » (les récompenses qui « honorent » les pires films de l’année aux Etats-Unis). Où, par ailleurs, il remporte quasiment chaque catégorie. Bon joueur, le réalisateur néerlandais est venu de son plein gré assister à la séance. Cependant, le déferlement de haine belliqueuse administrée par les médias fut tel que la carrière d’Elizabeth Berkley, l’actrice principale, ne s’en jamais vraiment remise. En effet, suite à ce film, celle qui a été révélée par la série Sauvée par le Gong n’est apparue que de manière éparse dans quelques séries anecdotiques destinées au tube cathodique.

Cannes 2016, jour 4 (suite) : double dose de Carrie (Fisher...

1
Il peut être amusant dans le cadre d'un compte-rendu de festival de mêler des choses qui n'ont pas forcément grand chose à voir, sinon...

Cannes 2016 : nos Palmes d’or préférées

2
La compétition de l'édition 2016 du Festival de Cannes débute demain matin à 8h30 avec Rester Vertical de Alain Guiraudie, premier film français à...