DVD Séries TV — 20 février 2019
Test DVD : Philharmonia

 
 
France : 2019
Titre original : –
Création :
Acteurs : , ,
Éditeur :
Durée : 5h environ
Genre : Série TV, Policier, Thriller
Date de sortie DVD : 20 février 2019

 

Hélène Barizet est une musicienne prodige devenue chef d’orchestre. Nommée à la tête du Philharmonia contre l’avis de la Direction et des musiciens, elle est la première femme à diriger un orchestre permanent. Son audace et sa conduite nourrissent les rancœurs tout autant qu’elles forcent l’admiration. Le Maestro a une saison pour faire sa place et sauver l’orchestre. Elle peut compter sur Selena Rivière, une jeune violoniste virtuose pour l’y aider. Hélène l a nommée premier violon, bien décidée à lui transmettre sa passion et son génie musical. Mais comment transmettre quand tout ce que l’on souhaite, c’est rompre avec le passé ?

 


 

La saison

[3/5]

Une des particularités récurrentes du polar contemporain est de tenter de développer une intrigue policière dans un milieu à priori fermé et peu connu du grand public, afin d’en faire découvrir au lecteur ou au spectateur les arcanes méconnues. Ainsi, de nombreux corps de métier se sont vus abordés au fil des ans par le genre policier : politique, agriculture, danse, enseignement, théâtre, sports divers et variés, restauration, médecine, haute-couture, etc, etc… Tous les moyens sont bons pour placer une série de meurtres au cœur d’un monde professionnel « codé », avec ses règles et ses usages. Comme son titre l’indique, Philharmonia plongera donc le spectateur au cœur d’un orchestre de musique classique, ce qui sera l’occasion pour les deux scénaristes du show, Marine Gacem et Clara Bourreau, d’évoquer un métier aussi prestigieux que mystérieux, ainsi qu’une institution, la Philharmonie de Paris, dont l’existence et le fonctionnement sont finalement peu connus du grand public.

Pression hiérarchique, fortes rivalités public/privé, tensions professionnelles, déshumanisation des rapports humains, lutte des classes, problèmes de financement, usage de médications et produits dopants pour « tenir le coup »… Le portrait dressé par Philharmonia de l’univers de la musique classique n’a rien de particulièrement reluisant, et s’inspire assez largement de la série américaine Mozart in the jungle, développée par Roman Coppola, Jason Schwartzman et Alex Timbers à partir des mémoires de Blair Tindall. On n’ira cependant pas jusqu’à parler de « remake », dans le sens où la série française se démarque par son ton extrêmement sérieux, où l’humour n’a pas sa place. La musique, c’est sérieux.

La musique est finalement tellement mise à l’honneur qu’il faudra quasiment attendre le quatrième épisode afin de commencer à voir évoluer l’intrigue policière, qui s’emballera de ce fait principalement durant les deux derniers épisodes, très riches en rebondissements, qui rompent sérieusement avec la dynamique adoptée jusque là par le réalisateur Louis Choquette (Mafiosa, Versailles…). L’ensemble est plutôt bien géré au final, avec quelques meurtres se greffant à une sombre histoire de « malédiction familiale » et à un personnage principal – incarné par la comédienne Marie-Sophie Ferdane – ayant la particularité finalement assez rare d’être parfaitement antipathique et de plus en plus sombrer dans la folie au fil des épisodes.

Au final, Philharmonia s’avère une série globalement fréquentable, qui rompt quelque peu avec le côté « plan-plan » des séries diffusées sur le service public. En l’état, tout n’est certes pas parfait – le principal défaut du show est le manque de naturel des acteurs dans leur ensemble (à l’exception de quelques-uns d’entre eux, tels que Tom Novembre ou Jacques Weber), qui semblent « réciter » leur texte d’une façon bien peu convaincante – mais demeure suffisamment intéressant et rythmé pour inciter le spectateur à suivre le développement de l’intrigue jusqu’au tout dernier épisode.

 

 

Le coffret DVD

[4/5]

C’est donc naturellement France Télévisions Distribution qui nous permettra de découvrir les six épisodes de la série Philharmonia dans un coffret 2 DVD. L’image est d’une belle précision, et rend honneur à la photo lumineuse, presque majestueuse, de la série. Les contrastes n’étouffent pas trop les noirs, et on ne dénote pas de souci de compression majeur : si les arrière-plans laissent par moments apparaître de légers fourmillements, l’éditeur compose parfaitement avec les qualités et les limites d’un encodage DVD. Du beau travail, que vient confirmer la présence d’un mixage Dolby Digital 2.0, clair net, équilibré et très efficace dans les séquences de tension, et notamment lors de l’impressionnant final de la saison. Pas de bonus, mais on notera la présence de sous-titres pour le public sourd et malentendant.

 

Articles semblables

Partage

Auteur

Cet article a été écrit par Mickaël Lanoye, rédacteur cinéma / DVD / Blu-ray sur Critique-film.fr. Lire tous ses articles