Test DVD : Mon pays imaginaire

0
769

Mon pays imaginaire

Chili, France : 2022
Titre original : Mi pais imaginario
Réalisation : Patricio Guzmán
Scénario : Patricio Guzmán
Éditeur : Pyramide Vidéo
Durée : 1h20
Genre : Documentaire
Date de sortie cinéma : 26 octobre 2022
Date de sortie DVD : 2 mai 2023

« Octobre 2019, une révolution inattendue, une explosion sociale. Un million et demi de personnes ont manifesté dans les rues de Santiago pour plus de démocratie, une vie plus digne, une meilleure éducation, un meilleur système de santé et une nouvelle Constitution. Le Chili avait retrouvé sa mémoire. L’événement que j’attendais depuis mes luttes étudiantes de 1973 se concrétisait enfin. » Patricio Guzmán

Le film

[3.5/5]

Depuis près de 50 ans, le réalisateur chilien Patricio Guzmán nous raconte son pays sur grand et sur petit écran. Cette fois ci, c’est le récent mouvement populaire qui a embrasé le pays à partir d’octobre 2019 qui est le sujet de son film. Un mouvement dont le détonateur a été l’augmentation du ticket de métro de 30 pesos, soit l’équivalent de 3 centimes d’euro. Un mouvement qui a pris une grande ampleur, les sujets de mécontentement étant nombreux dans ce pays particulièrement inégalitaire, où les études sont chères, où la santé est chère, où les retraites sont faibles, etc. Un mouvement qui a généré une manifestation réunissant 1 million 200 000 manifestants dans les rues et les places de Santiago du Chili. Un mouvement que le gouvernement de droite du milliardaire Sebastián Piñera a choisi de combattre en instaurant l’état d’urgence et en envoyant l’armée et ses chars dans les rues de la capitale. Un mouvement dont de nombreux participants ont perdu un œil, voire plus encore, mais qui a réussi à obtenir que soit organisée une assemblée constituante chargée de rédiger une nouvelle constitution qui viendrait remplacer la constitution adoptée en 1980 sous la dictature de Pinochet.

Cette période s’est terminée par l’élection à la tête de l’état d’un représentant de la gauche chilienne, Gabriel Boric, un ancien leader étudiant. Le film s’arrête sur cette victoire, mais il est bon de savoir que, quelques mois après, en septembre dernier, la nouvelle constitution a été rejetée : 62 % contre, 38 % pour alors que, lors du référendum du 25 octobre 2020, 78 % des votants s’étaient prononcé pour l’écriture d’une nouvelle constitution. Comprenne qui pourra ! Tout ce qui s’est passé entre octobre 2019 et l’élection de Boric est filmé par Patricio Guzmán au travers du ressenti des femmes chiliennes qui sont, comme c’est le cas un peu partout dans le monde, les premières touchées par les injustices. On trouve donc un grand intérêt à voir ce film et à entendre ce qui y est dit, même si on se sent obligé de trouver que la réalisation manque un peu de dynamisme et de mordant. De ce point de vue là, Mon pays imaginaire souffre un peu de la comparaison avec Femmes d’Argentine de Juan Solanas, tourné il y a 3 ans de l’autre côté de la Cordillère des Andes sur la lutte des femmes d’Argentine pour le droit à l’avortement.

Le DVD

[4/5]

L’excellent travail qu’a l’habitude de faire Pyramide Vidéo se traduit par une image de très bonne qualité pour ce DVD. Le son est disponible en Dolby 5.1 ou 2.0, avec une Version Originale sous-titrée, au choix, en français ou en anglais. Le film de Patricio Guzmán est accompagné de 3 suppléments. Il s’agit de 3 court-métrages réalisés également par Patricio Guzmán. Le premier, d’une durée de 15 minutes, porte le nom de l’endroit où se concentrent les manifestations populaires à Santiago du Chili, la Place Baquedano, du nom d’un militaire chilien du 19ème siècle. Située en plein cœur de Santiago, au bord du Rio Mapucho, le cours d’eau qui traverse la ville, cette place de forme ovale est souvent appelée Plaza Italia ou, depuis les manifestations de 2019-2020, Plaza de la Dignidad. Très souvent filmé du haut d’un immeuble jouxtant la place, ce court-métrage montre de nombreux mouvements de foule, la surveillance par des patrouilles de police de la statue du général Manuel Baquedano, très souvent repeinte ou taguée par des manifestants, ainsi que le moment, en mars 2021, où cette statue a finalement été retirée de l’espace publique. Petit regret : ce court-métrage n’est accompagné d’aucun commentaire. Le deuxième court-métrage, d’une durée de 13 minutes, a pour titre L’assemblée constituante. Comprenant 155 membres élus lors des élections constituantes des 15 et 16 mai 2021, cette assemblée présidée par une femme aux origines Mapuche a travaillé du 4 juillet 2021 au 4 juillet 2022 à la rédaction d’une nouvelle constitution appelée à remplacer la constitution de 1980, décidée et mise en place durant la dictature militaire d’Augusto Pinochet. Dans ce supplément, on rencontre 2 femmes et 2 hommes, membres de cette assemblée constituante, la première dans le monde à respecter la parité. Qu’attendent ils de cette assemblée ? Comment écrit on une constitution ? « A partir des rêves des gens », est-il répondu ! Le 3ème court métrage a le même titre que le long, Mi pais imaginario. D’une durée de 14 minutes, c’est en quelque sorte un résumé du long métrage.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici