Test DVD : Le jeune Ahmed

0
245

Le jeune Ahmed


Belgique, France : 2019
Titre original : –
Réalisation : Luc Dardenne, Jean-Pierre Dardenne
Scénario : Luc Dardenne, Jean-Pierre Dardenne
Interprètes : Idir Ben Addi, Myriem Akheddiou, Victoria Bluck, Claire Bodson
Editeur : Diaphana
Durée : 1h21
Genre : drame
Date de sortie cinéma : 22 mai 2019
Date de sortie DVD : 1 octobre 2019

 

En Belgique, aujourd’hui, le destin du Jeune Ahmed, 13 ans, pris entre les idéaux de pureté de son imam et les appels de la vie.

 

 

Le film

[4/5]

C’est, comme d’habitude, dans la région de Liège que Jean-Pierre et Luc Dardenne ont situé l’action de leur dernier film, un film qui a obtenu le Prix de la mise en scène au dernier Festival de Cannes. Le jeune Ahmed est un gamin de 13 ans fraichement endoctriné par un imam local et d’autres imams vus sur Internet. Est-ce cet endoctrinement récent qui le rend si radical ? Toujours est-il qu’il se refuse, dorénavant,  à serrer la main d’Inès, une professeure qui, pourtant, lui avait auparavant consacré beaucoup de temps pour le guérir de sa dyslexie : pour lui, un tel geste serait impur. Pire : Inès se propose de donner des cours d’arabe en utilisant des chansons populaires, alors que l’imam part du principe que c’est dans le Coran qu’il faut apprendre l’arabe. Pire encore : Inès est une apostate et son compagnon est un juif. Pour Ahmed, la tuer ne pourrait que faciliter son entrée au paradis. Pour les frères Dardenne, comment donner une suite à ce début de film et, surtout, comment le terminer ? C’est en tout cas la question qu’on se pose en tant que spectateur. Terminer par la déradicalisation d’Ahmed, c’est courir le risque de se voir taxé d’angélisme ? Terminer par l’impossibilité de le déradicaliser,  le risque est alors de s’entendre dire « vous voyez, ces gamins radicalisés sont irrécupérables ». Heureusement, Jean-Pierre et Luc Dardenne sont des scénaristes expérimentés, ce qui permet au film d’avoir quand même une fin crédible, tout en ayant, auparavant, suivi avec grand intérêt le cheminement psychologique d’une telle radicalisation et ce qui est fait, en face, par la société pour essayer d’inverser ce cheminement !

 

 

On peut presque s’étonner que les frères Dardenne aient attendu 2019 pour réaliser un film consacré au phénomène de la radicalisation islamiste dans nos contrées et, tout particulièrement, celle qui touche de jeunes personnages, voire des personnages à peine sortis de l’enfance. Certes, ce sujet posait un problème important  à Luc et Jean-Pierre : dans leurs films, il est de règle qu’au moins un des protagonistes change de comportement à la suite d’une rencontre. Comment arriver, sans tour de passe passe scénaristique extravagant, à ce qu’une simple rencontre, fut-elle avec Louise, une jeune fille de son âge, de toute évidence énamourée, arrive à « retourner » un personnage totalement endoctriné qui attache moins d’importance à la vie terrestre qu’à ce qu’il adviendra de lui après sa mort ? Dans leurs premières tentatives de scénario, les Dardenne ont commencé à écrire sur un personnage ayant une vingtaine d’années, mais ils n’arrivaient pas à une conclusion qui les satisfasse. C’est lorsqu’ils ont pensé à un personnage beaucoup plus jeune, 13 ans environ, que l’horizon s’est éclairci : dans certaines circonstances, il est presque évident qu’un gamin de cet âge là sera plus facilement enclin à appeler sa maman à l’aide plutôt qu’Allah ou son imam !

Contrairement à leurs 3 films précédents qui avaient vu les frères Dardenne confier le rôle principal à des comédiennes très connues, Cécile de France, Marion Cotillard et Adèle Haenel, les interprètes de Le jeune Ahmed sont plus habitués à des seconds rôles, voire débutent devant la caméra, comme Idir Ben Addi, l’interprète d’Ahmed, et Victoria Bluck, qui joue Louise. Quant au Directeur de la photographie, ce n’est plus l’habituel Alain Marcoen, mais Benoît Dervaux, qui le remplace, est également un pilier du cinéma des frères Dardenne, ayant travaillé comme cadreur dans nombre de leurs films. Il est donc habitué à la marque de fabrique des Dardenne, ces plans séquence caméra à l’épaule, au cours desquels on suit de très près le protagoniste principal.

 

 

Le DVD

[4/5]

Pas de mauvaise surprise avec ce DVD édité par Diaphana, que ce soit au niveau de l’image ou du son. Côté images, bon équilibre des couleurs, contrastes bien présents, beau piqué, la définition de l’image est précise. Côté son, choix possible entre 2.0 et 5.1, possibilité de rajouter un sous-titrage pour sourds et malentendants, choix possible d’une audiodescription pour aveugles et malvoyants.

Quant au supplément proposé, là, c’est vraiment une excellente surprise : rien de moins qu’une entrevue de 70 minutes entre Jean-Pierre et Luc Dardenne et le journaliste Yves Alion. Une entrevue qui montre que Luc, le plus jeune des frères, est un peu plus bavard que son aîné, une entrevue qui nous apprend à peu près tout sur l’histoire de la réalisation de Le jeune Ahmed tout en allant plus loin, sur la façon de travailler des deux frères, sur ce qu’on pourrait appeler leur marottes, sur leur rapport avec la foi, etc.. Passionnant !

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici