Test DVD : Coming home

0
660

Coming home

Chine : 2014
Titre original : Gui Lai
Réalisatrice : Zhang Yimou
Scénario :  Zou Jingshi d’après « The Criminal Lu Yanshi », roman de Yan Geling
Acteurs : Chen Daoming, Gong Li, Zhang Huiwen
Éditeur : ARP Sélection
Durée : 1h45
Genre : Drame
Date de sortie cinéma : 17 décembre 2014
Date de sortie DVD : 21 avril 2015

 

 

Lu Yanshi, prisonnier politique, est libéré à la fin de la Révolution Culturelle. Lorsqu’il rentre chez lui, il découvre que sa femme souffre d’amnésie. Elle ne le reconnait pas et chaque jour, elle attend le retour de son mari, sans comprendre qu’il est à ses cotés.

 

coming home 6

 

Le film

[4/5]

Coming Home, le retour à la maison. Le retour à la maison pour Zhang Yimou qui reparle de nouveau de la Chine contemporaine, 20 ans après Vivre. Le retour à la maison pour le réalisateur et sa muse, Gong Li, avec qui Zhang Yimou fut marié jusqu’en 1995 et qu’il n’avait plus fait tourner depuis Shanghaï Triad en 2007. Le retour au Festival de Cannes, Coming Home y ayant été présenté hors compétition l’année dernière.

Comme dans son film précédent, Sacrifices of war, Zhang Yimou réalise dans Coming Home l’adaptation d’un roman de Yan Geling, une romancière chinoise qui vit depuis de nombreuses années aux Etats-Unis. Ce roman, « The Criminal Lu Yanshi », est basé sur l’histoire du grand-père de son auteur, le film n’en racontant que la dernière partie. Les événements racontés dans Coming Home sont très mélodramatiques : Lu Yanshi, un professeur dont les idées de plaisaient pas aux autorités chinoises, a été envoyé dans un camp de travail du nord-ouest du pays, avant même la révolution culturelle. Marié à Feng Wanyu, il est le père d’une fille, Dan Dan, qui n’avait que 3 ans au début de cet exil. Une tentative d’évasion s’est traduite par un échec. En 1976, la révolution culturelle se termine avec la mort de Mao Tsé-Toung et voit la réhabilitation de Lu Yanshi. Malheureusement, il retrouve une épouse qui souffre d’amnésie et qui refuse de le reconnaître comme étant son mari. Un mari qu’elle attend avec impatience, qu’elle va chercher régulièrement à la gare, un mari qui vit tout près d’elle et qui utilise de nombreux stratagèmes pour, qu’enfin, elle se souvienne. Entre les deux, leur fille, Dan Dan, qui voulait devenir danseuse, qui a suivi à la lettre les préceptes du petit livre rouge, qui a trahi son père, mais qui a vu ses ambitions artistiques brisées du fait du statut de ce dernier tout en étant rejetée par sa mère.

 
coming home 7
 

Même si Coming Home n’atteint pas les sommets des films qu’il réalisait au début de sa carrière, les qualités de Zhang Yimou, toujours présentes, lui permettent de transcender ici un genre qui a souvent mauvaise presse : le mélo. Il sait en particulier quelles limites il ne faut pas dépasser, tout en sachant profiter de l’histoire qu’il raconte pour montrer en filigrane les méfaits engendrés par la révolution culturelle sur des millions de chinois. Comme il n’est pas particulièrement manchot dans l’art de la mise en scène et comme son directeur de la photographie n’est autre que le renommé Zhao Xiaoding, Coming Home vient ajouter un maillon de qualité à une œuvre déjà très riche. On sent que Gong Li, très professionnelle, a beaucoup travaillé son rôle, un rôle qu’elle considère comme le plus difficile qu’elle ait eu à jouer dans toute sa carrière. Chen Daoming, qui joue le rôle de Yanshi, arrive à montrer son désarroi tout en restant très sobre. Pour le rôle de Dan Dan, Zhang Yimou a hésité entre engager une jeune comédienne sachant danser ou une danseuse capable de jouer la comédie : il a finalement choisi Zhang Huiwen, une danseuse qui, pour son premier film, a su prouver qu’elle était capable de devenir une excellente comédienne. Un dernier détail : les mélomanes seront ravis d’apprendre que les morceaux de piano qu’on entend dans le film sont interprétés par le célèbre pianiste Lang Lang.

 
coming home 5
 

Le DVD

[4/5]

Plutôt que de proposer l’achat du DVD ou celui du Blu-ray, ARP Sélection a choisi d’offrir les deux versions pour le même prix. La version DVD est de très bonne facture tant au point de vue du son que de l’image. Concernant la langue, aucune possibilité de choix : le film n’est visible qu’en version originale (mandarin) avec des sous-titres en français. Ces sous-titres font partie intégrante de l’image ce qui permet de continuer à les voir lorsqu’on fait un retour en arrière : utile ! Les suppléments sont nombreux, mais courts : un entretien avec Gong Li, mené par la productrice et romancière Michèle Halberstadt et d’une durée de 12 minutes et 30 secondes ; deux featurettes d’une durée totale de 5 minutes et 30 secondes, qui nous permettent de rencontrer rapidement le réalisateur et les 3 interprètes principaux ; le clip de la chanson du film « je te suis jusqu’au bout du ciel »; la bande-annonce du film.

 

coming home 4

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici