Test Blu-ray : God’s pocket

0
85

God’s pocket


États-Unis : 2014
Titre original : –
Réalisateur :
Scénario : Alex Metcalf, John Slattery
Acteurs : , ,
Éditeur : Pictures Vidéo
Durée : 1h28
Genre : Drame
Date de sortie DVD/BR : 5 mai 2015

 

 

La mort d’un ouvrier sur un chantier émeut God’s pocket, un quartier populaire de Philadelphie et fait interagir la famille, la presse et la mafia…

 

 

Le film

[4/5]

Cela n’aura échappé à personne, l’une des tristes particularités de God’s pocket est d’être un des derniers films mettant en scène le talentueux Philip Seymour Hoffman, disparu début 2014. Mais cette cruelle disparition n’empêche en rien God’s pocket de s’avérer un excellent polar mélancolique, dont la réussite n’est pas vampirisée par la mort d’Hoffman, mais repose au contraire essentiellement sur toute une bande d’acteurs formidables, tous au diapason d’un récit adapté du romancier (God’s pocket, disponible chez Points Policiers).

Philip Seymour Hoffman, , Richard Jenkins, Christina Hendricks ou encore : tous contribuent à faire de God’s pocket un petit polar doux-amer vraiment attachant, d’autant plus que la réalisation de John Slattery (acteur de la série Mad men qui signe là son premier long-métrage) s’avère particulièrement inspirée, ne cédant jamais aux facilités parfois en usage dans ce genre de longs-métrages. Une excellente surprise !

 

 

Le Blu-ray

[4/5]

Faisant indéniablement partie des bonnes surprises du marché de la vidéo en ce début d’année 2015, God’s pocket arrive en Blu-ray sous les couleurs d’Universal Pictures Vidéo. Et qui dit Universal dit en général l’assurance d’un transfert tout à fait recommandable en termes de Haute Définition. Et comme à son habitude, l’éditeur nous offre un encodage nous proposant une très belle facture technique, avec un piqué précis une colorimétrie absolument superbe. Le grain cinéma est respecté à la lettre, bref, il s’agit là d’un rendu HD optimal, rendant justice à la belle photo naturaliste du film. Côté son, Universal ne nous propose que la VO en DTS-HD Master Audio 5.1. Plutôt impressionnant dans son genre, ce mixage révèle nombre de détails étonnants, qui ne nuisent jamais à la patine old school du film. La VF quant à elle s’épanouit seulement en DTS 5.1, dans un mixage clair et propre, au doublage soigné.

Dans la section suppléments, on trouvera uniquement une série de scènes coupées, également en HD. Ces dernières nous proposent une poignée de scènes courtes mais très intéressantes, nous en apprenant notamment un peu plus sur le personnage incarné par Caleb Landry Jones.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici