DVD — 07 décembre 2015
Test DVD : Célibataires… Ou presque

Célibataires… Ou presque

 
États-Unis : 2014
Titre original :
Réalisateur :
Scénario : Tom Gormican
Acteurs : , ,
Éditeur :
Durée : 1h31
Genre : Comédie
Date de sortie DVD : 4 novembre 2015

 

 

Trois amis se jurent de demeurer célibataires, ce qui crée des conflits avec la gent féminine… et même entre eux. Daniel voit intimement et secrètement Chelsea, une amie du trio, Mikey fait l’impossible pour reconquérir son épouse infidèle et Jason cumule les aventures d’un soir, jusqu’au jour où il fait la rencontre d’Ellie. Croyant à tort qu’il s’agit d’une prostituée, le jeune homme tente de l’éloigner de sa vie, mais en vain, car nier ses sentiments envers elle ne sera pas évident…

 

 

Le film

[3/5]

La comédie romantique traditionnelle, telle qu’on a pu la connaître dans les années 80/90, a au fil des années laissé la place à un nouveau moule, que l’on pourra nommer comédie romantique 2.0. D’apparence plus moderne, parce qu’on y exploite largement les nouveaux réseaux de communication et que l’on n’a plus peur d’aborder frontalement la question de la sexualité débridée comme véritable mode de vie, le genre en revient toujours au final à la même équation, 1 garçon + 1 fille = une seule possibilité, l’amour le vrai éclipsant finalement toutes les passades et autres coups d’un soir, en 2015 comme en 1985, et comme c’était déjà le cas dans les comédies romantiques des années 30.

Célibataires… Ou presque n’est pas du tout parvenu à séduire la critique outre-Atlantique et s’est payé un échec commercial retentissant. Pourtant, dans le créneau de la comédie romantique 2.0, ce nouveau film mettant en scène l’ex-idole des adolescentes Zac Efron (pour nos lectrices les plus jeunes, en 2006, il était l’équivalent d’un Justin Bieber mélangé avec Kev Adams, voyez ? Genre un peu le kif de vos mères, mais aujourd’hui c’est juste un « vieux » de 28 ans de plus) s’avère dans la bonne moyenne du genre, slalomant entre le romantisme New Yorkais le plus classique et les séquences du dernier graveleux. Côté acteurs, Zac Efron peaufine la composition de beau gosse fêtard qu’il entretient depuis quelques films, Imogen Poots a bien grandi depuis 28 semaines plus tard, Miles Teller promène son habituelle tête de chien battu qui fait craquer les femmes et Michael B. Jordan est parfait en inévitable black de service. Gravitant entre le sitcom et les considérations philosophiques tournant autour de « La femme, cet animal étrange et mystérieux », le film de Tom Gormican (auparavant producteur de l’amusant mais inégal My movie project) développe une légèreté et un charme proches de beaucoup d’autres films du même genre, tels que Et (beaucoup) plus si affinités avec Harry Potter, sorti en salles l’année dernière. Sans surprise mais tout à fait carré et plutôt bien rythmé, Célibataires… Ou presque s’impose donc sans mal comme un nouvel exemple réussi de comédie romantique 2.0.

 

 

Le DVD

[4/5]

Coté technique, le DVD édité par Factoris Films est proposé au format Scope 2.35 respecté, la compression est maitrisée, et tout cela s’avère absolument parfait, dans les limites évidentes d’un encodage en définition standard. Définition précise, étalonnage sans bavure, le master est de toute beauté. Côté son, VF et VO sont mixées en Dolby Digital 5.1 et s’avèrent toutes deux très finement spatialisés. Bref, on a entre les mains un excellent DVD.

Coté suppléments, l’éditeur nous propose juste une bande-annonce en avant-programme.

 

Articles semblables

Partage

Auteur

Cet article a été écrit par Mickaël Lanoye, rédacteur cinéma / DVD / Blu-ray sur Critique-film.fr. Lire tous ses articles