Test DVD : Amours irlandaises

0
1257

Amours irlandaises

Irlande, Royaume-Uni : 2020
Titre original : Wild mountain thyme
Réalisation : John Patrick Shanley
Scénario : John Patrick Shanley
Acteurs : Emily Blunt, Jamie Dornan, Jon Hamm
Éditeur : Metropolitan Vidéo
Durée : 1h40
Genre : Comédie romantique
Date de sortie DVD/BR : 15 avril 2021

Depuis sa plus tendre enfance, Rosemary est amoureuse en secret de son voisin Anthony, un rêveur timide qui vit avec son excentrique père dans la campagne irlandaise. Malgré toutes les attentions, rien à faire, Anthony reste inconscient des sentiments que lui porte sa belle admiratrice. Mais alors que Rosemary se décide à faire enfin le premier pas, arrive Adam, un riche neveu new-yorkais…

Le film

[3,5/5]

Écrivain, dramaturge, scénariste, producteur et réalisateur, John Patrick Shanley fait partie de ces artistes aimant à multiplier les casquettes, à diversifier ses activités. En l’espace d’un peu plus de trente ans, il est néanmoins parvenu à se faire remarquer dans plusieurs domaines, notamment en obtenant un Oscar pour le scénario d’Éclair de lune en 1988, ou encore le prestigieux Prix Pulitzer de la meilleure pièce pour Doute en 2004 – une pièce qu’il adapterait par ailleurs pour le cinéma quatre ans plus tard.

Cependant, si l’on creuse un peu derrière ces récompenses teintées de gloire intemporelle, on se rendra également compte que durant les années 90, Shanley avait travaillé avec Universal sur les scénarios des Quatre dinosaures et le cirque magique (1993), film d’animation curieusement oublié, et surtout du très amusant Congo (1995), le film avec Bruce Campbell et les gorilles qui parlent. John Patrick Shanley est également le scénariste / réalisateur de l’un des films les plus singuliers de la carrière de Tom Hanks, Joe contre le volcan.

La carrière de John Patrick Shanley semble donc placée sous le signe du tiraillement, non seulement entre le théâtre et le cinéma, mais également entre les œuvres populaires et les aspirations plus nobles. Avec ses agriculteurs partagés entre leur amour l’un pour l’autre et l’avenir de leur terre, Amours irlandaises est sans aucun doute en partie l’illustration de ce tiraillement de la part du cinéaste. Pour couronner le tout, le film est évidemment tiré d’une pièce créée par Shanley, « Outside Mullingar », jouée durant deux mois et demi à Broadway en 2014.

En passant de la scène au grand écran, la pièce de John Patrick Shanley a changé de titre, de « Outside Mullingar » à Wild mountain thyme, du titre d’une chanson folk extrêmement populaire inspirée d’une chanson traditionnelle irlandaise. Une belle chanson, du genre de celles que Nolwenn Leroy aime reprendre autour d’une pinte de Guinness et d’un Porter cake ou de Cornish pasties. Et bien que Nolwenn ne soit pas plus irlandaise que vous et moi, le fait de la voir donner du coffre pour s’intégrer aux côtés des Leprechauns est tout aussi honorable que les efforts déployés ici par John Patrick Shanley, né dans le Bronx, pour en faire de même.

Véritable déclaration d’amour au pays de la St-Patrick, Amours irlandaises a énormément été dénigré par la presse anglophone, et en particulier irlandaise – en partie à cause du portrait peu réaliste qu’il dresse du pays, en partie en raison de l’accent grotesque que prennent les acteurs dans le but de coller à ce qu’ils pensent être l’accent irlandais. On peut comprendre cet écueil – la quasi-totalité des films américains se déroulant en France donne également cette impression aux spectateurs de l’hexagone.

Cela établi, on ne pourra pas nier le fait qu’Amours irlandaises corresponde en tous points à l’idée fantasmée que l’on peut se faire de l’Irlande quand on n’y vit pas. Un pays tout vert où l’on ne circule que dans de vieilles camionnettes bondées de bétail, et au cœur duquel toute notion de technologie moderne semble s’être arrêtée au milieu des années 50. Des pubs remplis de solides paysans buvant leur pinte avec de la musique folklorique en fond sonore. Voila qui correspond parfaitement à l’image de l’Irlande qu’ont tous ceux d’entre nous dont la connaissance du pays se limite à la légende familiale et/ou à un séjour de quelques jours en vacances. Un monde de rêve, presque magique, un peu à la manière de la Comté où vivent les Hobbits de Tolkien.

Pour autant, vu de l’extérieur, et pour peu que l’on accepte ce parti-pris de départ, Amours irlandaises s’impose aisément comme une comédie romantique fonctionnant parfaitement bien, les acteurs sont excellents, d’Emily Blunt à Jamie Dornan en passant par Christopher Walken, tous sont vraiment excellents, plus vrais que nature. La confrontation dramatique entre les deux acteurs principaux ne fera que renforcer le lien qui les unit, et leur interprétation commune de la chanson s’avère un vrai joli moment de grâce. Un bon p’tit film donc, plein de charme et de poésie !

Le DVD

[4/5]

Le DVD d’Amours irlandaises édité par Metropolitan Vidéo permettra donc aux curieux et autres amoureux de rom’coms de découvrir le nouvel effort de John Patrick Shanley dans des conditions tout à fait excellentes : le master est d’ailleurs assez irréprochable, avec des couleurs naturelles doublées d’une définition et d’un encodage solides. Si bien sûr la qualité de la photo signée Stephen Goldblatt et certains paysages bucoliques du film (du vert, du vert et encore du vert) auraient peut-être mérité un encodage en Haute-Définition, compte tenu du fait qu’il s’agisse d’un inédit dont les cinéphiles français n’ont pas forcément entendu parler jusqu’ici, doublé d’un film loin d’être « spectaculaire », une édition en définition standard semble finalement tout à fait légitime. Côté son, VF et VO sont proposées en Dolby Digital 5.1, à la spatialisation discrète mais bien réelle, prenant surtout de l’ampleur durant les scènes musicales. On notera par ailleurs que la version française est probablement en provenance de chez nos voisins du Québec.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici