Test Blu-ray : Batman – Soul of the Dragon

0
434

– Soul of the Dragon

États-Unis : 2020
Titre original : –
Réalisation :
Scénario :
Acteurs (VO) : , ,
Éditeur : .
Durée : 1h23
Genre : Animation, Fantastique
Date de sortie DVD/BR : 17 février 2021

, Bronze Tiger, Lady Shiva, et Richard Dragon – en plus d’être parmi les héros les plus badass de l’univers DC, ils ont quelque chose d’autre en commun… Dans cet autre univers de Bruce Timm, on apprend qu’ils ont tous étudié sous le même maître d’art martiaux qui a disparu il y a des années dans des circonstances mystérieuses. Quand une relique maudite que l’on croyait détruite par leur maître refait surface, se retrouve dans une ultime confrontation de Kung-Fu avec ses anciens camarades de classe pour récupérer cet objet qui, entre de mauvaises mains, pourrait mettre fin à tout…

Le film

[3,5/5]

Ce n’est un secret pour personne : la branche « cinématographique » de peine un peu à réellement « faire son trou » au cinéma – en partie parce qu’elle ne parvient pas à laisser s’exprimer les talents travaillant pour elle. En revanche, du côté de la branche « animation » (DC Universe Animated Original Movies), le soleil semble au beau fixe. – Soul of the Dragon est en effet rien de moins que le 40ème long-métrage d’animation consacré à l’univers DC, et s’impose à nouveau comme une preuve flagrante de l’inventivité des équipes créatives du studio . Animation pour peu qu’on leur lâche un peu la bride.

Réalisé par le vétéran ( : Year one) et produit par le légendaire Bruce Timm, – Soul of the Dragon présente la particularité notable de proposer au spectateur une histoire à 100% originale, ne se basant sur aucun comic-book préexistant. Il s’agit d’une histoire de se situant dans les années 70, ou du moins dans les 70’s telles qu’elles furent décrites par le cinéma d’exploitation. On ne mettra pas longtemps à se rendre compte que le vrai héros du récit n’est pas Bruce Wayne mais Richard Dragon, un personnage oublié de chez DC, et transformé pour l’occasion en asiatique clone de Bruce Lee, au cœur d’un film multipliant les clins d’yeux à la carrière de la star sino-américaine.

Intrigue évoquant largement Opération dragon, costumes faisant référence au Jeu de la mort, présence d’un ennemi évoquant furieusement le Chuck Norris de La fureur du dragon… Les références sont aussi multiples qu’évidentes, et c’est avec un plaisir non dissimulé que nous laisserons en retrait afin d’assister à une bande d’exploitation Kung-Fu dans le plus pur mode Grindhouse de la 42e rue. Il n’est ainsi pas étonnant de retrouver au casting vocal de – Soul of the Dragon. Bien sûr, on pourra juste arguer qu’il se contente de reprendre ici le rôle de Ben Turner / Bonze Tiger qu’il incarne dans la série Arrow, mais on connaît également l’appétit de l’acteur pour le cinéma d’exploitation des années 70 : il avait en effet co-écrit et incarné à l’écran Black Dynamite en 2009 – hommage aussi drôle qu’efficace à la Blaxploitation des années 70.

Par la nature même du projet, – Soul of the Dragon s’imposera rapidement comme un long-métrage extrêmement différent de tous les films de que vous avez déjà pu voir par le passé. Cette radicalité est d’ailleurs tout à la fois un point positif ou négatif pour le film, et se mesurera à votre degré d’attachement à l’univers développé autour du Chevalier Noir. Si vous ne jurez que par Gotham City au point de vous être fait tatouer un Bat-Signal sur le corps, il y a de fortes chances pour que cette incursion dans le cinéma populaire des années 70 vous déstabilise légèrement. D’autant que bien entendu, le film de reste tout de même globalement dans les rails d’un spectacle globalement tout public : il ne pourra se permettre ni les digressions, ni les excès d’un cinéaste tel que Quentin Tarantino – lui aussi très attaché à cette période et à ce cinéma-là.

Pour autant, pour qui saura s’y glisser, – Soul of the Dragon s’avérera une virée très agréable au cœur d’une période peu représentée dans le petit monde de l’animation. Le film est comme d’habitude extrêmement soigné et bien animé, et les scènes d’action sont nombreuses et efficaces. Le groupe de personnages au cœur du film est bien équilibré, et le climax en envoie littéralement plein la gueule, avec qui plus est une excellente idée en guise de plan final. Une bonne surprise donc, dont on serait bien curieux de découvrir la suite…

Le Blu-ray

[4/5]

Les habitués des films d’animation de chez ont l’habitude : il n’y a aucune mauvaise surprise à redouter à l’achat de – Soul of the Dragon pour le fan des aventures animées du justicier de Gotham. Comme à son habitude, la branche française de . nous propose un master de toute beauté, aux couleurs superbes, aux contrastes denses et aux noirs d’une belle profondeur. La définition est irréprochable et le piqué très précis : c’est du très beau boulot technique. Coté enceintes, la version originale est encodée en DTS-HD Master Audio 5.1, dans un mixage privilégiant l’ambiance, avec une forte présence des basses, qui fera ressentir le film de façon presque « physique » au spectateur. La version française devra quant à elle se contenter d’un solide mixage Dolby Digital 5.1.

Dans la section suppléments, l’éditeur nous propose rien de moins que deux heures de bonus, ce qui, convenons-en, est un sacré tour de force pour un film d’animation destiné au marché de la vidéo. On commencera donc avec un sujet intitulé «  : Un groove naturel » (31 minutes), qui plongera le spectateur en plein cœur des années 1970, et lui fournira toutes les références culturelles dont il a besoin pour apprécier – Soul of the Dragon à sa juste valeur. On poursuivra ensuite avec un court making of (18 minutes) qui complétera habilement le premier module, et donnera la parole au producteur Jim Krieg ainsi qu’aux autres membres de l’équipe. Ils y reviendront sur la genèse du film, sur le processus de pré-production (richement illustrées de séquences tests) ainsi que sur certaines des idées les plus originales du film.

Mais ce n’est pas tout : on trouvera également un aperçu du prochain film d’animation de l’univers DC, intitulé Justice Society : World War II (8 minutes), ainsi que des featurettes dédiées à des films déjà sortis, tels que Gotham by Gaslight (8 minutes) et Superman : Red son (11 minutes). De quoi vous mettre l’eau à la bouche si vous ne les avez pas vus ! Enfin, on terminera avec deux épisodes de la série animée (1993), tous deux en HD et VOST : il s’agit de deux épisodes mettant en scène le personnage de Kyodai Ken, « La nuit du Ninja » (22 minutes) et « Le jour du Samouraï » (22 minutes).

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici