Test Blu-ray : Trois fois rien

0
499

Trois fois rien

France, Canada : 2022
Titre original : –
Réalisateur : Nadège Loiseau
Scénario : Nadège Loiseau, Niels Rahou
Acteurs : Philippe Rebbot, Antoine Bertrand, Côme Levin
Éditeur : Le Pacte
Durée : 1h37
Genre : Comédie
Date de sortie cinéma : 16 mars 2022
Date de sortie Blu-ray : 27 juillet 2022

Brindille, Casquette et La Flèche vivent comme ils peuvent, au jour le jour, dans le bois de Vincennes. Mais leur situation précaire devrait changer du tout au tout le jour où ils gagnent au Loto. Encore faut-il pouvoir encaisser l’argent, car sans domicile, pas de carte d’identité à jour et sans compte bancaire, pas de paiement !

Le film

[3,5/5]

Prenant le contrepied de la comédie française contemporaine, au cœur de laquelle l’argent ne semble jamais être un problème pour personne, Trois fois rien permet à Nadège Loiseau de jouer la carte d’un certain réalisme social, par le biais de son trio de personnages centraux, qui se trouvent être des sans-abris : « Brindille » (Antoine Bertrand), « Casquette » (Philippe Rebbot) et « La Flèche » (Côme Levin) partagent une cabane faite de bric et de broc au cœur du bois de Vincennes, au milieu des putes et des toxicos. Leur quotidien va être brutalement modifié quand ils découvriront avoir gagné plus de 220.000 euros au loto : mais comment toucher ses gains quand on n’a ni logement ni pièce d’identité ?

La plus grande qualité du scénario de Nadège Loiseau est de faire preuve d’une grande tendresse à l’encontre de ses trois laissés-pour-compte vivant à l’écart du système. Le récit ne délaisse jamais les trois personnages et leur psychologie, et même si celui de Brindille prend clairement l’ascendant sur les deux autres dans la deuxième partie du film, Trois fois rien prend clairement le temps de nous présenter ces trois personnalités, que l’on apprend petit à petit à aimer, en grattant sous la surface de leurs abords bourrus. Cette bienveillance permettra évidemment au spectateur de rapprocher Trois fois rien du film de Gérard Jugnot Une époque formidable (1991).

Comédie douce-amère, teintée par bien des aspects d’une féroce charge sociale, Trois fois rien s’impose comme un très sympathique « conte » doté d’une conscience. Dans sa deuxième partie, le film recyclera de façon un peu plus classique le concept, usé jusqu’à la corde disposant toujours d’un fort potentiel comique, des « nouveaux riches » dépensant leur argent sans compter à travers le personnage de La Flèche, tout en creusant en parallèle les problématiques liées à la situation personnelle de Brindille, ainsi qu’en suivant la trajectoire de l’insondable Casquette, qui semble n’aspirer qu’à continuer à jouir de sa liberté en entamant un tour du monde. Bien évidemment, comme pouvait le laisser deviner sa nature de fable morale, tout le monde trouvera son équilibre au final, dans un final tout à fait à l’image du reste du film : drôle et émouvant.

Le Blu-ray

[4/5]

Côté Blu-ray, la galette éditée par Le Pacte est un véritable régal pour les mirettes : le rendu visuel de ce Trois fois rien est de toute beauté, la définition et le piqué sont à couper le souffle et les couleurs explosent littéralement de mille feux. La profondeur de champ est d’une belle précision, et même les scènes en basse lumière affichent une forme pas croyable. Le boulot d’encodage des équipes techniques du Pacte rend ainsi pleinement justice à la très belle photo du film, signée Julien Meurice. Niveau son, la version française est proposée dans un mixage DTS-HD Master Audio 5.1, nous proposant des ambiances finement distillées. Les scènes musicales profitent d’un pep’s et d’une spatialisation toute particulière. Un mixage DTS-HD Master Audio 2.0 est également disponible, et s’avérera sans doute plus cohérent si vous visionnez Trois fois rien sur un simple téléviseur, sans barre de son ou système de Home Cinema.

Dans la section suppléments, on trouvera tout d’abord un entretien avec Nadège Loiseau (11 minutes), au cœur duquel la scénariste / réalisatrice de Trois fois rien évoquera son enfance et le lien très fort de sa famille avec le « social », ses ambitions pour le film, et rejettera toute idée d’influence extérieure en affirmant avoir une culture cinématographique très mainstream et finalement assez limitée. On continuera ensuite avec un entretien avec les acteurs du film (17 minutes). Antoine Bertrand, Philippe Rebbot et Côme Levin y feront preuve de beaucoup d’humour et d’une belle complicité. Ils évoqueront leur attachement au projet, et citeront quelques anecdotes de tournage assez intéressantes. On enchaînera avec un court-métrage de Nadège Loiseau, Le Locataire (25 minutes). Tourné en 2012, ce petit film serait par la suite adapté sous forme de long-métrage en 2016, sous le titre Le Petit locataire. On y découvrira la drôle d’histoire de Nicole (Fabienne Babe), qui vient de tomber enceinte, à l’âge de 54 ans. On terminera enfin avec la traditionnelle bande-annonce.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici