Test Blu-ray : Tonnerre de Feu

0
1184

Tonnerre de Feu

États-Unis : 1983
Titre original : Blue Thunder
Réalisateur : John Badham
Scénario : Dan O’Bannon, Don Jakoby
Acteurs : Roy Scheider, Warren Oates, Candy Clark
Éditeur : ESC Éditions
Durée : 1h49
Genre : Thriller
Date de sortie cinéma : 17 août 1983
Date de sortie DVD/BR : 2 mars 2022

Frank Murphy est un pilote d’hélicoptère très doué, on lui confie souvent de périlleuses missions et des machines très difficiles à piloter. Un jour, il est témoin du meurtre d’une femme et décide de mener son enquête. En parallèle, on lui demande de tester un nouvel engin dernier cri prévu pour surveiller les foules pendant les Jeux Olympiques. Au fur et à mesure de ses recherches, il comprend que l’assassinat pourrait être lié à la compétition sportive…

Le film

[3,5/5]

Recyclé dans la série TV depuis environ 25 ans, John « Badaboum » Badham n’en a pas moins été un cinéaste majeur pour les studios Hollywoodiens dans les années 80/90. Sorti sur les écrans du monde entier en 1983, Tonnerre de Feu était le premier volet de ce qu’on peut aujourd’hui distinguer comme une « trilogie technologique » au cœur de sa filmographie : WarGames (1983) et Short Circuit (1986) compléteraient cette réflexion sur l’inquiétude grandissante de toute une époque face à l’équation « technologies de pointe + pouvoir ».

A eux trois, ces blockbusters résument parfaitement l’ensemble des questions éthiques et morales soulevées par la révolution technologique ayant pris place durant la décennie 80 : cette période fut en effet propice aux changements, bouleversant certaines de nos habitudes avec des objets innovants, considérés à l’époque comme futuristes. Ce cortège d’inventions technologiques avait bien sûr fait naître un certain vent de renouveau sur le monde, mais les innovations high-tech amenaient également avec elles un certain nombre de questions quant à leur utilisation.

Mais Tonnerre de Feu n’est pas seulement un récit d’une technologie avancée devenant incontrôlable – il s’agit aussi d’un ambassadeur de son temps, chaque image du film illustrant à sa manière l’ambiance, le style et la musique des années 80. L’impact du film de Badaboum Badham sur son temps se mesure par ailleurs par l’influence que le film a eu sur la télévision de son époque : la sortie de Tonnerre de Feu en 1983 a donné naissance à une éphémère série TV dérivée en 1984, puis à la série Supercopter (1984-1986), qui a sans doute un peu plus marqué son temps, les natifs du début des années 80 se souvenant sans doute d’avoir passé bien des après-midi entre L’agence tous risques, Supercopter et Tonnerre mécanique.

Tonnerre de Feu est donc un thriller technologico-politique se réclamant ouvertement d’inspiration subversive (on pense souvent au cinéma d’Alan J. Pakula), et nous proposant un rythme solide, avec des scènes d’action régulières, une bonne caractérisation des personnages et une intrigue globalement suffisamment solide pour maintenir l’attention du spectateur en éveil jusqu’à son dénouement. Bien entendu, le scénario de Dan O’Bannon et Don Jakoby n’évite pas quelques clichés, avec notamment des personnages assez manichéens, du boss bourru au cœur tendre aux implacables et glaciaux agents du FBI, en passant par le vétéran du Vietnam trimballant son traumatisme de façon bien caricaturale…

De la même façon, les préoccupations du réalisateur sont assez familières, et Tonnerre de Feu reprend une intrigue assez éprouvée de flic sur la corde raide menant l’enquête envers et contre tous. Cependant, le fait de placer les enjeux dans les airs et aux commandes d’une arme très perfectionnée s’avère assez original, et les différentes innovations présentes au cœur de l’hélico suffisent le plus souvent à attiser notre curiosité. La trame de l’histoire n’est pas nécessairement innovante, mais elle réussit à faire durer le suspense et à nous présenter l’hélicoptère comme un personnage à part entière, aux capacités par ailleurs étonnantes. Le film est souvent efficace sur le plan dramatique et psychologique, et n’insulte jamais l’intelligence du spectateur, même au milieu des clichés. De plus, le casting est parfait : Roy Sheider nous refait Les Dents de la mer dans les airs, Malcolm McDowell et Warren Oates sont égaux à eux-mêmes, et le jeune Daniel Stern s’avère tout aussi convaincant que ses confrères.

En deux mots comme en cent, Tonnerre de Feu conserve suffisamment de qualités pour ne pas s’avérer uniquement un pur plaisir nostalgique : Badaboum Badham y enchaîne les passages obligés avec panache, emmenant avec un sens du rythme indéniable le public vers un final ultra-spectaculaire en forme de duel aérien au dessus de Los Angeles.

Le Blu-ray

[4/5]

Déjà sorti en Blu-ray en 2009 chez Sony Pictures, mais épuisé et s’échangeant jusqu’ici à prix d’or sur le marché de l’occasion Tonnerre de Feu revient donc ce mois-ci dans une nouvelle édition sous les couleurs d’ESC Éditions, pour un prix annoncé à moins de 15 euros. Côté galette Blu-ray, le film de John Badham affiche une forme insolente, avec un master solide ne présentant pas de souci particulier : les couleurs sont éclatantes et saturées, la définition ne pose pas le moindre problème et le niveau de détail ne faiblit jamais malgré un grain argentique scrupuleusement préservé – c’est du très beau travail. Côté son, VF et VO sont proposées dans des mixages DTS-HD Master Audio 5.1 au rendu sonore clair, net, bien spatialisé, privilégiant la plupart du temps les ambiances à un dynamisme trop agressif, mais sachant également se « lâcher » acoustiquement parlant sur les séquences d’action. Les amateurs apprécieront sans doute le rendu de la version française d’origine, qui nous donne à entendre certaines voix bien connues des fans de VF estampillées 80’s : Serge Lhorca, Claude Joseph, Catherine Lafond, Jean-Pierre Leroux… En deux mots comme en cent, Tonnerre de Feu bénéficie grâce à ESC Éditions d’une présentation technique optimale.

Du côté des suppléments, outre la traditionnelle bande-annonce du film, ESC Éditions recycle également les bonus de la précédente édition : on commencera tout d’abord avec un commentaire audio du réalisateur John Badham, qui sera accompagné du monteur Frank Morriss et du superviseur technique Hoyt Yeatman. Ils y reviendront essentiellement sur l’aspect extrêmement réaliste des technologies évoquées dans le film, et aborderont également les lieux de tournage, les acteurs ainsi que sur les détails techniques ayant rendus possible les prises de vue du film. On continuera ensuite avec un sujet plus spécifiquement centré sur la conception de l’hélicoptère (8 minutes), et qui reviendra sur les origines de l’hélico ainsi que sur son design et sa construction. On poursuivra avec un passionnant making of en trois parties qui plongera les spectateurs dans tout le processus créatif ayant mené à la mise en chantier du film, en abordant tout d’abord la pré-production (16 minutes), puis la production en elle-même (19 minutes) et, enfin, la post-production (10 minutes). On terminera avec une featurette d’époque (9 minutes), amusante mais très superficielle, et destinée à présenter aux spectateurs de l’époque l’univers du film.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici