Test Blu-ray : Tokyo Sonata

0
202

 
Japon, Pays-Bas, Hong-Kong : 2008
Titre original : –
Réalisateur :
Scénario : , ,
Acteurs : , ,
Éditeur : ARP Sélection
Durée : 2h00
Genre : Drame
Date de sortie cinéma : 23 mars 2009
Date de sortie DVD/BR : 14 février 2017

 

 

dresse le portrait d’une famille japonaise ordinaire. Le père, licencié sans préavis, le cache à sa famille. Le fils ainé est de plus en plus absent. Le plus jeune prend des leçons de piano en secret. Et la mère, impuissante, ne peut que constater qu’une faille invisible est en train de détruire sa famille…

 

 

Le film

[4/5]

Avec plus de 40 films à son actif en un peu plus de 35 ans de carrière, est, à l’image de son compatriote Takashi Miike, un des cinéastes japonais les plus prolifiques et les plus « touche à tout » que l’on puisse imaginer. Slalomant entre les genres et les formats (courts, longs, téléfilms…), passant sans transition du dernier des nanars au plus digne des chefs d’œuvres, le réalisateur s’est forgé, au fil des films, un prénom dans le cœur des cinéphiles du monde entier. Ne sachant jamais réellement à quoi s’attendre quand Kurosawa tourne un nouveau film, les spectateurs suivent de près la carrière de ce cinéaste décidément hors-normes, évoluant loin de toutes les modes.

Présenté lors du festival de Cannes en 2008, fait indéniablement partie de la « fourchette haute » du travail de Kurosawa, et s’impose même sans peine comme l’un de ses tous meilleurs films. Subtil, tendre, émouvant, le film fait l’exploit d’éviter le trop-plein de pathos : à travers la trajectoire de cette famille japonaise typique confrontée à divers changements qui bouleversent violemment son existence, Kurosawa signe une œuvre majeure, slalomant avec aisance entre le constat amer d’une société japonaise en plein délabrement économique (appuyant sur la fragilité de la position du père en tant que « chef » dans le microcosme familial, mais également de l’homme en général, dans un monde du travail miné par les rapports de classes) et les séquences poétiques et contemplatives, apportant au film un rythme paisible, épuré, à la fois triste dans ce qu’il dit de la société japonaise et étrangement gai, le tout s’imposant au spectateur comme un conte mélancolique et doux-amer, à la beauté plastique étonnante.

 

 

Le Blu-ray

[4/5]

C’est à ARP Sélection que nous devons le plaisir de redécouvrir sur support Blu-ray. Le master encodé en 1080p et format 1.85 :1 respecté est quasi-irréprochable ; le piqué, les couleurs et les contrastes retrouvent une nouvelle jeunesse (bien que le film ne soit, certes, pas si vieux !), tout en respectant scrupuleusement le grain argentique d’origine. Certains plans sont plus doux que d’autres, on dénote toujours par ci par là un peu de bruit vidéo, mais l’ensemble est bien tenu. Côté son, la VO japonaise est proposée en DTS-HD Master Audio 2.0, préservant totalement l’esprit du métrage, et ses nombreux silences.

Dans la section suppléments, nous retrouverons, outre la traditionnelle bande-annonce, un long et très intéressant making of (presque une heure au compteur). S’il se révèle encore un poil trop promotionnel, ce long module typiquement japonais permettra au réalisateur de livrer une note d’intention tout à fait appréciable.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici