DVD — 17 avril 2019
Test Blu-ray : The endless

 
États-Unis : 2017
Titre original : –
Réalisation : ,
Scénario : Justin Benson
Acteurs : Aaron Moorhead, Justin Benson,
Éditeur :
Durée : 1h51
Genre : Fantastique, Science-Fiction
Date de sortie DVD/BR : 24 avril 2019

 

Deux frères retournent dans la secte qu’ils ont quittée dix ans plus tôt, après avoir reçu une mystérieuse lettre rédigée par l’un des membres de leur ancienne « famille ». Très vite, des événements inexpliqués vont remettre en cause leurs croyances…

 

© 2017 Arcadian Films. Tous droits réservés.

 

Le film

[4,5/5]

Écrit, réalisé et interprété par Aaron Moorhead et Justin Benson, The Endless est un film fantastique / science-fiction indépendant, proposant de plonger le spectateur au cœur d’un univers étrange, peuplé de séquences oniriques, décalées ou franchement irrationnelles, mettant en exergue, grâce au développement d’une ambiance finement distillée propice à toutes les interrogations, la possibilité d’une fin du monde imminente. A l’évidence, le film de Moorhead et Benson flirte avec l’eschatologie, terme un poil barbare désignant un discours – relevant tout autant de la théologie que de la philosophie – en lien avec le concept de « fin du monde ».

Car The Endless n’est pas un film de science-fiction de type « catastrophe », mettant en scène la fin du monde à grands renforts d’effets spéciaux et se basant sur une intrigue riche en action sur laquelle flotte un sentiment d’urgence. La narration est lente et l’ambiance volontiers oppressante, même si les ruptures de ton sont fréquentes, et que le récit propose quelques digressions franchement humoristiques et très efficaces. Ne fuyez donc pas ! Si le duo Moorhead / Benson prend certes le genre à revers, il n’en signe pas pour autant un interminable « pensum » pétri de symboles lourds de sens et de considérations philosophiques soporifiques – il s’agit d’un film intelligent sans être ouvertement « intello », qui respecte profondément le genre et ne le noiera pas sous les considérations absconses ou imbitables.

Véritablement passionnant, le film suit la trajectoire de deux frères rescapés d’une secte vouant un culte aux OVNI / extraterrestres, et propose au fil de son récit une réflexion sur la foi et le scepticisme, qui se basera essentiellement dans l’habile description de la relation réciproque entre les deux personnages, Justin (Justin Benson) et Aaron (Aaron Moorhead). Le fil narratif principal de The Endless est très simple, et la majeure partie du film se déroulera au « Camp Arcadia », où sont basés les membres de la secte, et où Justin et Aaron retrouveront leurs anciens « frères » et « sœurs ». De nombreux mystères entourent le lieu, peuplé de personnages étranges sur qui le temps semble n’avoir aucune emprise réelle. Déroutant, déroulant son récit de façon décousue mais étrangement linéaire, The Endless semble ouvert à toutes sortes d’interprétations, et s’impose comme un film véritablement unique et fascinant qui suscitera de nombreuses discussions parmi les cinéphiles qui auront l’occasion de le voir, et donnera tout particulièrement envie aux plus curieux de découvrir les deux premiers films de Benson et Moorhead, Resolution (2012) et Spring (2014).

Le romancier et podcasteur Brian Keene, principalement connu pour ses travaux dans les domaines de l’horreur, de la fantasy noire, du roman policier et des bandes dessinées, avait par ailleurs fait l’éloge du film sur les réseaux sociaux. Sur Twitter, il déclarait en juillet 2018 : « The Endless est un véritable chef-d’œuvre de l’horreur : Quand David Lynch rencontre Stuart Gordon qui rencontre Don Coscarelli, ce rêve enfiévré de l’horreur cosmique Lovecraftienne exige des visions répétées ». Tout est dit !

 

© 2017 Arcadian Films. Tous droits réservés.

 

Le Blu-ray

[4,5/5]

The Endless débarque ce mois-ci en France en Blu-ray et DVD sous la bannière de Koba Films : une belle surprise de la part d’un éditeur qui n’est habituellement pas un grand pourvoyeur de films de genre. Et Koba nous propose d’ailleurs de découvrir le film de Moorhead et Benson dans des conditions tout à fait remarquables : le master est de toute beauté, les scènes lumineuses sont littéralement éblouissantes, le format Scope respecté est bien oppressant, le piqué est d’une précision à couper le souffle, les contrastes sont francs et nets, la définition sans faille et les couleurs tout simplement éclatantes. Last but not least, et contrairement à ce qui est indiqué sur la jaquette, le film est d’ailleurs bel et bien proposé en 1080p, avec un défilement « cinéma » à 24 images par seconde. Côté enceintes, et comme d’habitude chez l’éditeur, VF et VO sont toutes deux proposées dans des mixages DTS-HD Master Audio 5.1, d’une efficacité redoutable durant les séquences les plus stressantes. On notera que la VO n’est pas « sous-titrée en anglais » comme l’indique le menu mais bien en français.

Dans la section suppléments, en plus du traditionnel « espace découverte » cher à l’éditeur (contenant une poignée de bandes-annonces), on trouvera deux sujets tout à fait intéressants : on passera certes rapidement sur le court sujet sur les effets visuels sur le mode toujours payant du « avant / après », mais on se régalera en revanche du passionnant making of (32 minutes), présenté et largement commenté par Aaron Moorhead et Justin Benson. Le tout est proposé en Haute Définition et VOST : que demander de plus ?

 

© 2017 Arcadian Films. Tous droits réservés.

Articles semblables

Partage

Auteur

Cet article a été écrit par Mickaël Lanoye, rédacteur cinéma / DVD / Blu-ray sur Critique-film.fr. Lire tous ses articles