Test Blu-ray : Starship troopers – Traitor of Mars

0
1097

Starship troopers – Traitor of Mars

 
États-Unis : 2017
Titre original : –
Réalisation : Shinji Aramaki, Masaru Matsumoto
Scénario : Edward Neumeier
Acteurs (VO) : Casper Van Dien, Dina Meyer, DeRay Davis
Éditeur : Sony Pictures
Durée : 1h28
Genre : Animation, Science-Fiction
Date de sortie DVD/BR : 3 janvier 2018

 

 

Le soldat de la fédération Johnny Rico reçoit l’ordre d’opérer avec un groupe de nouvelles recrues sur une station satellite sur Mars, où des insectes géants ont décidé de concentrer leur prochaine attaque…

 

 

Le film

[3,5/5]

S’il n’est peut-être pas parmi les plus connus du grand public, le nom d’Ed Neumeier parlera automatiquement aux amoureux de science-fiction, ainsi qu’aux afficionados du travail de Paul Verhoeven, pour la simple et bonne raison que le bonhomme se cache derrière le scénario de deux des plus grands chefs d’œuvre du hollandais violent, Robocop (1988) et Starship Troopers (1997). Alors qu’il avait quasiment disparu depuis 2008, année durant laquelle il avait écrit et réalisé Starship Troopers 3 : Marauder, le cinéphile a eu l’excellente surprise fin 2017 de voir son nom accolé au générique d’un tout nouveau film se déroulant dans l’univers des soldats confrontés aux insectes géants : Starship Troopers – Traitor of Mars.

L’attente était donc de taille autour de cette nouvelle incursion dans l’univers de Starship Troopers, et le scénario signé Ed Neumeier s’avère d’excellente facture, proposant comme toujours un dosage équilibré entre l’action guerrière et la satire féroce, introduite par l’intermédiaire des infos du réseau fédéral d’informations, qui commentent les événements de façon décalée et souvent assez mordante. Le film ne lésine pas non plus sur les excès de langage, Starship Troopers – Traitor of Mars ayant même été classifié « R » par le comité de censure américain (soit une interdiction aux moins de 17 ans non accompagnés d’un adulte).

Alors pourquoi ne crie-t-on pas au chef d’œuvre, me demanderez-vous ? Hé bien tout simplement parce que l’on ne peut s’empêcher d’éprouver quelques réserves purement formelles concernant ce nouveau film d’animation, signé Shinji Aramaki et Masaru Matsumoto. Si ces deux vieux briscards de l’animation japonaise (on doit notamment à Aramaki trois bons films de SF pour la franchise Appleseed) connaissent leur boulot sur le bout des doigts et livrent un produit carré et professionnel, on ne peut en effet s’empêcher de se dire que pour un film tel que Starship Troopers, il aurait été beaucoup plus efficace d’abandonner l’animation photo-réaliste en motion capture pour livrer un dessin animé en 2D brutal et énervé, à la façon par exemple de ce que fait Takeshi Koike (Redline), ou même de ce qui a été réalisé par Genndy Tartakovsky sur des séries TV telles que Samurai Jack ou Star Wars – Clone wars (2003-2005). Une animation libérée des contraintes « réalistes » aurait en effet probablement beaucoup mieux fonctionné, et apporté à l’ensemble la violence, l’impact et surtout le grain de folie dont Starship Troopers – Traitor of Mars, en l’état, manque un peu pour s’imposer comme un classique immédiat.

 

 

Le Blu-ray

[4/5]

C’est Sony Pictures qui nous propose aujourd’hui de suivre les aventures martiennes et animée de Johnny Rico dans Starship Troopers – Traitor of Mars, que l’on découvrira avec grand plaisir sur support Blu-ray. Comme à son habitude, l’éditeur nous propose un master assez sublime : piqué, contrastes, couleurs, profondeur de champ… Le rendu visuel est époustouflant, même si, pour chipoter, on pourra trouver que les contrastes manquent un peu de pep’s. C’est néanmoins du très beau travail. Niveau son, l’éditeur se révèle également fidèle à ses habitudes, en nous offrant deux mixages DTS-HD Master Audio 5.1, à la fois sur la version originale et sur la version française. L’immersion est parfaite, les dialogues clairs et les effets surround sont extrêmement nombreux et d’une précision étonnante. Le tout s’impose surtout durant les scènes d’action, littéralement explosives et nous proposant de très nombreux effets dynamiques et souvent assez épatants.

Dans la section suppléments, on retrouvera un ensemble de featurettes plutôt intéressant, composant mine de rien un making of très complet d’environ 132 HEURES. Cela dit, on notera que de nombreux intervenants sont japonais et développent par conséquent un ton et une conception très « japonaises » de la promo ; en gros et pour schématiser un peu, à les écouter, non seulement tout le monde est beau, gentil et bourré de talent, mais en plus, le film représente une date à marquer d’une pierre blanche dans l’histoire de l’animation et de la science-fiction en général… Le gros de l’interactivité évoque les liens et la continuité entre le film de Paul Verhoeven et cet épisode, mais abordera également les costumes, les « insectes » et la musique du film et, bien sur, s’attardera également assez longuement sur la technique de « motion capture » utilisée dans le film. Très complet !

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici