DVD — 01 octobre 2019
Test Blu-ray : Sibyl

 
France, Belgique : 2019
Titre original : –
Réalisation :
Scénario : Justine Triet,
Acteurs : , ,
Éditeur :
Durée : 1h41
Genre : Drame
Date de sortie cinéma : 24 mai 2019
Date de sortie DVD/BR : 2 octobre 2019

 

Sibyl est une romancière reconvertie en psychanalyste. Rattrapée par le désir d’écrire, elle décide de quitter la plupart de ses patients. Alors qu’elle cherche l’inspiration, Margot, une jeune actrice en détresse, la supplie de la recevoir. En plein tournage, elle est enceinte de l’acteur principal… qui est en couple avec la réalisatrice du film. Tandis qu’elle lui expose son dilemme passionnel, Sibyl, fascinée, l’enregistre secrètement. La parole de sa patiente nourrit son roman et la replonge dans le tourbillon de son passé. Quand Margot implore Sibyl de la rejoindre à Stromboli pour la fin du tournage, tout s’accélère à une allure vertigineuse…

 


 

Le film

[3,5/5]

Découvert en compétition au Festival de Cannes, Sibyl, portrait d’une femme chaotique est porté par une prestation forte de Virginie Efira, à nouveau dirigée par l’auteure de Victoria.

Romancière reconvertie dans la psychanalyse, Sibyl décide de tout plaquer pour revenir à sa vocation première. Alors qu’elle se sépare de l’ensemble de ses patients, elle reçoit l’appel désespéré de Margot. Jeune actrice, elle est la maîtresse d’un acteur connu, déjà en couple avec Mika qui va bientôt les diriger tous les deux, en ignorant tout de leur liaison secrète. Margot demande l’aide de Sibyl et exige sa présence sur le tournage.

 

 

Scénario complexe

Sibyl va-t-elle pouvoir préserver son sens de l’éthique ? Déstabilisée par sa fascination pour sa nouvelle et probablement dernière patiente, Sibyl se révèle incapable de respecter sa déontologie. Le désir d’écrire à nouveau est encouragé par le récit de sa patiente qui va nourrir son imaginaire d’écrivain… En dépit de toutes les règles, elle enregistre en douce leurs conversations sur canapé pour s’emparer des déboires amoureux de celle qu’elle écoute, qu’elle va reporter sur les réminiscences d’une lointaine passion bien à elle.

Le scénario, complexe, joue avec les temporalités et la perte des sens entre le passé et le présent, le réel et le mensonge, sans que la frontière ne soit toujours claire.

 

 

Forte et fragile à la fois

Un trouble mis en scène avec mystère par Justine Triet, qui, comme dans Victoria et dans son premier film déjà, La bataille de Solférino, raconte une histoire de femme forte et fragile à la fois, empêtrée dans ses déboires sentimentaux et professionnels. Le romanesque est ici plus appuyé, avec des niveaux de lecture multiples, tant les personnages mentent aux autres et à eux-mêmes.

L’étrangeté du récit passe par les incertitudes entre ce qui relève du souvenir fantasmé, lorsque Sibyl repense à l’homme qu’elle a aimé et perdu (joué par , déjà marié à Virginie Efira dans Un amour impossible), de l’écriture du roman que Sibyl écrit alors que Margot se confie à elle et de ce qui se déroule effectivement sous nos yeux.

Autour de Sibyl gravite une galerie de personnages bien campés, avec Adèle Exarchopoulos en sujet d’études moins naïve qu’elle ne le laisse paraître, Gaspard Ulliel en acteur arrogant et volage, en sœur déphasée et mélancolique et en réalisatrice pragmatique qui saura faire fi de sa jalousie pour mener son film jusqu’à bon port. Ses répliques apportent une légèreté rare dans un contexte lourd. L’île de Stromboli, lieu marquant de la cinéphilie et symbole autrefois de l’histoire d’amour entre Ingrid Bergman et le réalisateur italien Roberto Rossellini, est un autre personnage mis en valeur à travers le film qui influe sur la réalité des émotions vécues ou non par cet étrange quartet amoureux. Une œuvre qui pourra paraître confuse mais qui a le mérite de ne cesser de nous interroger.

Critique de notre rédacteur en chef Pascal Le Duff.

 

 

Le Blu-ray

[4/5]

Techniquement au taquet, le Blu-ray de Sibyl édité par Le Pacte rend pleinement justice à la douceur du film de Justine Triet autant qu’à sa très belle photo, signée Simon Beaufils. La définition est au taquet, le piqué précis, les couleurs explosives et les noirs admirablement denses et profonds. Le film est naturellement proposé au format et en 1080p, bref c’est du tout bon, on peut applaudir des deux mains l’éditeur. Du côté de nos oreilles, la bande sonore est mixée en DTS-HD Master Audio 5.1, et se révèle particulièrement dynamique : la scène arrière est omniprésente et permet vraiment une immersion parfaite au cœur du film. On notera également que Le Pacte n’oublie pas les cinéphiles qui visionnent leurs films à domicile sans utiliser de Home Cinema, puisque l’éditeur nous propose également un mixage DTS-HD Master Audio 2.0 plus cohérent si vous visionnez Sibyl sur un « simple » téléviseur. Du beau travail technique.

Côté suppléments, l’éditeur nous propose, en plus de la traditionnelle bande-annonce, de découvrir un entretien avec Justine Triet, Virginie Efira, Adèle Exarchopoulos, Niels Schneider et (21 minutes). Les propos qui y sont exprimés pourront un peu prêter à sourire tant ils semblent typiques d’un certain cinéma Cannois : on y évoquera le cinéma de Justine Triet comme une véritable « aventure humaine », les anecdotes sur le tournage et la direction d’acteurs dénotent tous d’une vraie « vision » de la part de la cinéaste, la notion d’émotion est constamment mise en avant… Adèle Exarchopoulos en particulier semble, à certains moments, et par l’usage assez artificiel de phrases très riches en adjectifs pompeux, réciter des passages du dossier de presse qu’elle aurait appris par cœur. On notera également que Justine Triet et Virginie Efira ne quittent pas leurs lunettes noires, comme pour camoufler les excès de la veille. Cela dit, l’ensemble est relativement informatif, même si très consensuel et auto-satisfait.

 

Articles semblables

Partage

Auteur

Cet article a été écrit par Mickaël Lanoye, rédacteur cinéma / DVD / Blu-ray sur Critique-film.fr. Lire tous ses articles