Test Blu-ray : Promare

0
362

Japon : 2019
Titre original : Promare – Puromea
Réalisation :
Scénario :
Acteurs : Ken’ichi Matsuyama, ,
Éditeur :
Durée : 1h51
Genre : Animation, Science-Fiction
Date de sortie cinéma : 31 juillet 2019
Date de sortie DVD/BR : 7 juillet 2020

Une énorme tempête de feu a dévasté la moitié des villes du monde, affaiblissant les hommes et donnant naissance à des mutants capables de manier le feu, les Burnish. 30 ans plus tard, un groupe de mutants terroristes, appelés les Mad Burnish, menacent de détruire de nouveau la Terre. Le seul rempart de l’humanité ? La Burning Rescue, une équipe de pompiers d’un nouveau genre. Galo Thymos et son équipe vont tout faire pour arrêter les Mad Burnish…

Le film

[4/5]

Film d’animation japonais de genre « mecha » en mode complètement hystérique, Promare joue la carte de la science science-fiction bourrée d’action. Évoluant sur un rythme absolument dingue, enchaînant les scènes d’action aux limites de l’expérimental, le film d’Hiroyuki Imaishi impose au spectateur une montée d’adrénaline non-stop, qui demandera sans doute de la part des plus âgés – ou des spectateurs attachés à une narration plus posée – un effort certain de concentration.

Premier long-métrage autonome du studio TRIGGER, le film bénéficie du talent des équipes créatives se cachant derrière les séries animées Gurren Lagann et Kill la Kill. Voilà assurément ce qui s’avère être un signe – presque un label – de qualité et d’inventivité, mais vous l’auriez de toute façon deviné au terme de la scène d’introduction du film, qui pose les bases elliptiques d’un univers post-nuke assez original par le biais d’une énorme scène d’action allant littéralement à cent à l’heure et qui déterminera, d’entrée de jeu, si oui ou non vous êtes réceptif à ce foisonnement de folie visuelle et narrative.

Si l’univers mis en place dans le film et ses affrontements dantesques entre pompiers et pyromanes (« Burnish ») est très original, les ressorts narratifs de Promare paraissent cependant au contraire un peu faibles, dans le sens où le spectateur aura vite fait de déterminer – et même au premier coup d’œil – la véritable nature de certains personnages nous étant à priori présentés comme des « gentils ». Heureusement, le film avance rapidement, développant une certaine ironie sur lui-même, qui implique de ne pas forcément prendre au sérieux les clichés dont il se sert dans la première moitié du métrage. L’intérêt principal ira plutôt chercher dans une variation habile sur l’inévitable bataille épique entre le bien et le mal, qui prendra la forme d’un face à face entre Lio Fotia, le leader des « Mad Burnish », et Galo Thymos, le jeune héros de la « Burning Rescue ».

L’animation est vraiment le point fort de Promare, qui nous propose un grand spectacle visuel littéralement exceptionnel. Quittant par moments les rails du « figuratif » traditionnel – voire même du « narratif » pur et simple, le film nous propose à intervalles réguliers ce que l’on ressentira comme un véritable maelstrom ultra-énergique de bruit et de couleurs, d’une fluidité et d’un impact sur la rétine tels que l’on ne pourra que s’incliner devant ce qui s’impose comme une extraordinaire œuvre d’Art, avec un grand « A ».

Promare s’impose en effet comme un véritable « rollercoaster » d’une rare intensité, plaçant le spectateur sur une nacelle de montagnes russes et le laissant littéralement, sans harnais de sécurité, goûter à l’adrénaline procurée par ce ride excessif et coloré, qui ne daignera jamais ralentir d’avantage que quelques secondes.

En deux mots comme en cent, Promare permettra aux fans d’animation japonaise de renouer avec la folie de Kill la Kill. Les néophytes quant à eux seront plongés au cœur d’un film qui leur proposera littéralement une poussée d’énergie comparable à une cabine de pressurisation cinématographique, ayant la particularité de ne jamais décevoir d’un point de vue purement formel, mais qui pourra, selon les sensibilités, se montrer épuisant.

Le Blu-ray

[4/5]

Côté Blu-ray, la galette Haute-Définition de Promare éditée par Eurozoom est un véritable régal pour les mirettes : le rendu visuel est de toute beauté, la définition et le piqué sont à couper le souffle et les couleurs explosent littéralement de mille feux. La profondeur de champ est d’une belle précision, et même les scènes en basse lumière affichent une forme pas croyable. Du grand Art, et une véritable déclaration d’amour technique rendue au film d’Hiroyuki Imaishi. Niveau son, VF et VO sont proposée en DTS-HD Master Audio 5.1, avec un mixage dynamique à souhait, avec des ambiances finement distillées. La spatialisation des scènes les plus agitées est tout particulièrement impressionnante, des effets cartoonesques en diable se déplaçant sur toutes les voies audio. Du beau boulot. On notera également qu’Eurozoom n’oublie pas les cinéphiles qui visionnent leurs films à domicile sans utiliser de Home Cinema, puisque l’éditeur nous propose également deux mixages DTS-HD Master Audio 2.0 en VF et VO, plus cohérents si vous entreprenez de visionner Promare sur un « simple » téléviseur.

Dans la section suppléments, on trouvera tout d’abord deux courts-métrages servant de « prequel » à Promare, et centrés sur les personnages de Galo (10 minutes) et Lio (10 minutes). On y reviendra sur les origines des deux protagonistes, ce qui s’avère très intéressant et complète quelques « trous » éventuels dans l’histoire du long-métrage. On continuera ensuite avec un sujet dédié au doublage français du film (21 minutes), financé par Eurozoom pour cette édition sous la forme d’un crowdfunding (financement participatif). Ce sujet dédié à l’enregistrement de la VF dans les studios Soundtastic au Luxembourg, qui donnera entre autres la parole à Cédric Dumond et Donald Reignoux, s’avère à la fois amusant et informatif. Enfin, on terminera avec un petit sujet dédié aux réactions du public à la sortie d’une projection du film.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici