DVD — 13 mai 2016
Test Blu-ray : Person of interest – Saison 4

– Saison 4

 
 
États-Unis : 2015
Titre original : –
Créateur : Jonathan Nolan
Acteurs : , ,
Éditeur : .
Durée : 15h30 environ
Genre : Série TV, Science-fiction
Date de sortie DVD/BR : 27 avril 2016

 

 

La Machine vs Samaritain. La saison 4 vous plonge au cœur du cyberclash épique. Ils sont maintenant des cibles : « Samaritain », une intelligence artificielle malveillante est en ligne, qui surveille et manipule les citoyens afin d’accomplir ses desseins diaboliques avec le soutien du gouvernement américain, tout en traquant les membres de l’équipe Person of Interest. Reese, Finch, Shaw, Root et le détective Fusco ont réussi à échapper au Samaritain sous couvert de fausses identités, mais ils continuent de se mettre en danger en acceptant les missions de La Machine pour protéger les citoyens. L’arrivée d’un nouveau gang « La Fraternité » va rendre leur combat contre le crime encore plus périlleux…

 

 

La saison

[4/5]

Alors que la cinquième saison est diffusée aux États-Unis depuis le 3 mai, Warner bros. a eu la riche idée de nous rafraichir la mémoire avec la sortie le 27 avril de la quatrième saison de Person of interest. Pour ceux qui n’auraient pas suivi ou lâché l’affaire (ce qui est un tort puisque la série évolue plutôt en s’améliorant), le dernier épisode de la troisième saison nous laissait sur un cliffhanger assez costaud : on assistait en effet à l’apparition de « Samaritain », une méchante intelligence artificielle rivale de la « machine » ; voici une façon habile de redéfinir une partie des règles établies au cœur du show durant les trois premières saisons.

Au début de cette nouvelle saison, les personnages essaient donc de se faire à leurs nouvelles identités : dans un climat d’intense paranoïa, chaque personnage vit dans l’ombre afin de ne pas être repéré par Samaritain ou ses agents, tout en continuant à obéir à la machine. Au rayon des nouveautés, on nous présentera d’entrée de jeu le personnage de Dominique et de la « Fraternité » ainsi que de Martine, agent de Samaritain. Sans vous [SPOILER] le plaisir outre mesure, on peut toujours vous révéler que certaines couvertures ne dureront pas, que des personnages vont changer au fil des événements, et que l’on en apprendra un peu plus sur le fonctionnement de la machine. Côté rythme, cette saison avance à nouveau bille en tête, pièges et rebondissements se succèdent jusqu’à un final au cours duquel la machine se retrouvera en très mauvaise posture.

Vous le savez peut-être : la quatrième saison de Person of interest est en fait l’avant-dernière ; après un cliffhanger final nous laissant pantelants dans nos fauteuils, on est vraiment très curieux de découvrir comment Jonathan Nolan, Greg Plageman et leurs auteurs parviendront à mener à bien tous les arcs narratifs entamés par cette saison, tout en gardant à l’esprit qu’ils devront composer avec une cinquième saison ne comptant plus que 13 épisodes au lieu des 22 habituels.

 


 

Le coffret Blu-ray

[4,5/5]

C’est clair, net et précis : la quatrième saison de Person of interest éditée par Warner bros. fait clairement figure de démonstration pour le support Blu-ray. Piqué précis, couleurs éclatantes, profondeur de champ remarquable, tout est fait pour découvrir ces nouveaux épisodes dans les meilleures conditions possibles. L’ensemble est de toute beauté, c’est du très beau travail. Côté son, on privilégiera naturellement la version originale mixée en DTS-HD Master Audio 5.1, qui sait imposer une immersion absolue au spectateur, avec des dialogues clairs et précis et surtout une spatialisation extraordinaire lors des scènes d’action. La version française bénéficie quant à elle d’un encodage Dolby Digital 2.0 très soigné, tout à fait satisfaisant mais clairement et fort logiquement en deçà de sa grande sœur la VO, surtout quand les murs commencent à trembler.

Du côté des suppléments, on trouvera tout d’abord un module sur la musique de la série, durant lequel on aura le loisir d’écouter s’exprimer le compositeur Ramin Djawadi. Une courte featurette sur le tournage de la série, aux côtés de Finch et Root ( et ) permettra surtout au spectateur de faire une petite visite sur le plateau de la base, et le traditionnel bêtisier nous donnera un aperçu de la bonne humeur régnant sur le tournage. Enfin, comme souvent avec les galettes éditées par Warner, on terminera avec le panel du San Diego Comic Con 2014, une demie-heure de questions / réponses avec l’équipe du show et l’occasion de rencontrer une équipe détendue et ouverte d’esprit.

 

Articles semblables

Partage

Auteur

Cet article a été écrit par Mickaël Lanoye, rédacteur cinéma / DVD / Blu-ray sur Critique-film.fr. Lire tous ses articles

(0) Readers Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *