Test Blu-ray : Menteur

0
966

Menteur

France : 2022
Titre original : –
Réalisation : Olivier Baroux
Scénario : Olivier Baroux
Acteurs : Tarek Boudali, Artus, Pauline Clément
Éditeur : Gaumont
Durée : 1h33
Genre : Comédie
Date de sortie cinéma : 13 juillet 2022
Date de sortie DVD/BR : 16 novembre 2022

Jérôme est un menteur compulsif. Sa famille et ses amis ne supportent plus ses mensonges quotidiens et font tout pour qu’il change d’attitude. Mais n’écoutant pas ce qu’on lui reproche, Jérôme s’enfonce de plus en plus dans le mensonge jusqu’au jour où une malédiction divine le frappe : tous ses mensonges prennent vie ! Commence alors pour lui un véritable cauchemar…

Le film

[3/5]

La comédie française est-elle en voie d’extinction ? Depuis quelques années, on constate une inquiétante recrudescence de comédies made in France étant en réalité des remakes « inavoués » d’œuvres étrangères, ayant le plus souvent remporté de gros succès populaires dans leurs pays d’origine. En France, on a toujours un peu de mal avec la notion de « remake » au cinéma. Dans le pays des frères Lumière, du cinéma d’Auteur et de la Nouvelle Vague, l’idée de reproduire une œuvre d’Art en provenance d’un autre pays a toujours entraîné avec elle un vague sentiment de honte. On n’hésite ainsi pas à railler le manque de créativité et d’ambition des américains ayant remaké Le Diner de cons ou les italiens ayant adapté Bienvenue chez les Ch’tis à la sauce napolitaine, mais on tend à oublier que l’on a dernièrement vu apparaître en France une sacrée poignée de remakes, leur nature d’adaptation ayant le plus souvent été dissimulée au public au moment de leur exploitation dans l’hexagone.

Pour mémoire, voici une petite liste – non exhaustive – de comédies françaises étant en réalité des remakes de films étrangers :

Fonzy (Isabelle Doval, 2013) – remake de Starbuck (Ken Scott, 2011)
Et ta sœur (Marion Vernoux, 2016) – remake de Ma meilleure amie, sa sœur et moi (Lynn Shelton, 2011)
Un homme à la hauteur (Laurent Tirard, 2016) – remake de Corazón de león (Marcos Carnevale, 2013)
Just a Gigolo (Olivier Baroux, 2019) – remake de How to Be a Latin Lover (Ken Marino, 2017)
Les Fantasmes (Stéphane et David Foenkinos, 2020) – remake de If you love me (Josh Lawson, 2014)
Pourris gâtés (Nicolas Cuche, 2021) – remake de Nosotros los Nobles (Gaz Alazraki, 2013)
Coupez ! (Michel Hazanavicius, 2022) – remake de Ne coupez pas ! (Shinichiro Ueda, 2017)
Alors on danse (Michèle Laroque, 2022) – remake de Finding your feet (Richard Loncraine, 2017)
Irréductible (Jérôme Commandeur, 2022) – remake de Quo vado? (Gennaro Nunziante, 2016)
Menteur (Olivier Baroux, 2022) – remake de Menteur (Émile Gaudreault, 2019)

Olivier Baroux s’était donc déjà essayé au remake avec Just a Gigolo en 2019, mais malgré la présence à l’écran de son compagnon de toujours Kad Mérad, le film n’avait pas trouvé son public et n’avait attiré dans les salles qu’un peu moins de 277.000 français. Avec 934.000 entrées enregistrées en plein cœur de l’été, Menteur a certes fait beaucoup mieux, mais si l’on prend en considération le budget important que Gaumont avait alloué au film, on ne parlera pas ici non plus d’un succès fracassant.

C’est dommage, car dans son créneau de comédie, Menteur fait plutôt bien le taf. Il faut avouer bien entendu que l’on ne connaît pas le film québecois ayant inspiré ce remake, mais on avouera que le scénario d’Olivier Baroux est efficace, et que ce dernier a toujours su faire preuve d’un sens du dialogue et de la punchline absolument remarquable. Le budget élevé du film permet par ailleurs au scénariste / réalisateur de nous proposer quelques scènes vraiment enlevées et mises en scène avec une vraie élégance doublée d’un vrai sens du timing comique. Tout cela pourrait bien sûr s’écrouler si d’aventure on était amenés dans un avenir proche à découvrir le Menteur original, mais en l’état, il conviendra de ne pas bouder son plaisir, et d’apprécier cette sympathique petite comédie familiale, idéale pour un samedi soir entre parents et enfants. Notre rédacteur en chef Pascal Le Duff partageait d’ailleurs notre enthousiasme – vous trouverez ci-dessous son ressenti vis à vis du film !

« Olivier Baroux met en scène Tarek Boudali (de la troupe « La Bande à Fifi ») dans le remake d’un film canadien, même si on pense surtout à Jim Carrey dans Menteur, menteur. À force de s’inventer des excuses pour éviter les obligations qui l’ennuient ou de chercher à se valoriser sans cesse, il se retrouve dans des situations inextricables. Comme il oublie ses affabulations dès qu’il a fini de parler, il est constamment surpris de ce qui lui arrive : dégât des eaux gigantesque, offre de remplacement impromptu de Thomas Pesquet ou croiser des baleines dans les eaux niçoises ! Parmi ses victimes, Artus en frère souffrant de ses incartades, Pauline Clément en traductrice charmante et Bertrand Usclat (le programme court Broute) en collègue s’endormant à tout bout de champ. Une comédie amusante par le réalisateur des Tuche ».

Le Blu-ray

[4/5]

C’est donc fort logiquement Gaumont qui édite aujourd’hui le Blu-ray de Menteur, et permettra aux fans de Tarek Boudali de se régaler de son jeu halluciné dans un film le tenant à l’écart de la Bande à Fifi. Comme souvent avec l’éditeur, le master est de très belle qualité : le piqué est d’une précision absolue, la définition est sans accroc, les couleurs fortement saturées en envoient plein les mirettes des spectateurs, et les noirs s’avèrent denses et profonds : le rendu est sec, tranchant et très beau et coloré, faisant honneur à la photo du film signée Arnaud Stefani (Les Tuche). Un sans-faute, que vient relayer une bande-son encodée en DTS-HD Master Audio 5.1 d’un dynamisme littéralement échevelé. La spatialisation est énorme, les effets surround traversent toute la scène arrière avec une précision incroyable, le mixage n’étant pas avare non plus en basses qui font littéralement trembler les murs. Pour les cinéphiles n’étant pas équipés de système Home Cinema, un mixage stéréo en DTS-HD Master Audio 2.0 est également disponible, de même que les traditionnels sous-titres à destination du public sourd et mal-entendant.

Côté suppléments, l’éditeur nous propose de prolonger le plaisir avec un entretien avec Olivier Baroux (20 minutes). Le cinéaste y reviendra sur sa découverte du film original, sur la façon dont il a tenté de le « franciser » et d’en approfondir les thématiques. Il reviendra sur les choses qu’il a changées au cœur du scénario d’origine, les personnages qu’il a ajouté à l’intrigue, les mensonges qu’il a modifié, etc. Il abordera également le casting ainsi que son approche globale du jeu et du cinéma. Entre deux infos sur le film, Olivier Baroux révélera également être en train de développer avec Gaumont une série Pamela Rose pour Canal+, ainsi qu’un projet de comédie 100% originale, également avec Gaumont. De très bonnes nouvelles donc ! On terminera le tour des suppléments avec la traditionnelle bande-annonce.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici