Test Blu-ray : Le flic ricanant

0
458

Le flic ricanant

 
États-Unis : 1973
Titre original : The laughing policeman
Réalisateur : Stuart Rosenberg
Scénario : Thomas Rickman
Acteurs : Walter Matthau, Bruce Dern, Louis Gossett Jr.
Éditeur : Rimini Éditions
Durée : 1h47
Genre : Policier, Thriller
Date de sortie cinéma : 21 mars 1974
Date de sortie DVD/BR : 21 septembre 2016

 

 

San Francisco, années 70. Un inconnu pénètre dans un bus nocturne et en mitraille les passagers. Bilan : huit morts, dont un inspecteur de police. Son ami et partenaire, le cynique Jake Martin, mène l’enquête selon des méthodes très personnelles, secondé par une jeune recrue, l’arrogant Leo Larsen. L’oeuvre d’un fou, d’un serial killer ? Plutôt que de suivre la piste officielle, Martin obéit à son instinct, convaincu que le carnage trouve son origine dans une vieille affaire…

 

 

Le film

 

Après une décennie de « flottement » artistique, durant laquelle différents cinéastes s’étant essayé au genre policier tentaient de se débarrasser, bon gré mal gré, des oripeaux du « Film Noir » qui avait régné sur le genre jusqu’à la fin des années 50, le renouveau du film policier a été assuré par le succès de L’étrangleur de Boston (Richard Fleischer, 1968), rapidement suivi par une série de « grands » polars mettant en scène des personnages réalistes, humains, évoluant dans un univers contemporain d’un naturalisme absolu.

Si Richard Fleischer régnait en maitre incontesté sur le genre à l’époque (Les complices de la dernière chance, Terreur aveugle, Les flics ne dorment pas la nuit), certains cinéastes ne désirant pas céder à la mode des films de braquage sont cependant parvenus à s’insinuer subrepticement dans ce polar d’un nouveau genre, et à livrer des films qui sont aujourd’hui considérés comme des classiques : on pense notamment à French connection (William Friedkin, 1971), Echec à l’organisation (John Flynn, 1973), Police puissance 7 (Philip D’Antoni, 1973), Les pirates du métro (Joseph Sargent, 1974), Les casseurs de gang (Peter Hyams, 1974) et bien sûr Le flic ricanant (Stuart Rosenberg, 1972) qui nous intéresse aujourd’hui.

De la carrière de Stuart Rosenberg, on retient généralement surtout l’excellent Luke la main froide, généralement accompagné du très mauvais Amityville, la maison du diable, qui a fini au fil des années par devenir un film culte, auréolé d’une légende surtout due au fait divers sanglant qui l’inspirait et aux diverses légendes urbaines qui l’entouraient. Paradoxalement, le meilleur film de sa courte filmographie (14 films de plus espacés dans le temps de 1967 jusqu’à sa retraite en 1991), Le flic ricanant, sera également celui que tout le monde a tendance à oublier.

Pourtant, cette adaptation d’un roman policier suédois signé Maj Sjöwall et Per Wahlööv (Le policier qui rit, disponible chez Rivages / Noir) transposé dans une ville et un univers typiquement américains s’avère une sacrée belle réussite. Le flic ricanant s’évertue donc à dresser le portrait ultra-réaliste de policiers en proie aux affres de leur métier, en prenant le temps à la fois de « poser » son enquête et ses personnages. De plus, le film prend bien la précaution de ne point trop charger l’intrigue en personnages, histoire de ne pas tomber dans le foisonnement d’un Robert Altman ou de films tels que Fuzz- Les poulets (Richard A. Colla, 1972), qui auraient nui à l’immersion du spectateur au cœur du quotidien de ces flics « normaux » et de cette histoire de serial killer dont nul ne peut réellement prévoir –à priori– les déchainements de violence. On suivra donc principalement deux personnages, qui se verront traités de manière égale par Stuart Rosenberg, sans jugement et malgré leurs défauts respectifs, dans un style quasi-documentaire. Un film indispensable, à (re)découvrir séance tenante.

 


 

Le Blu-ray

 

Petit à petit, et à force de nous proposer chaque mois des titres inédits proposés pour la première fois en Haute Définition, Rimini Éditions commence à se tailler une place de choix dans le cœur des cinéphiles français. D’autant plus qu’après Nos funérailles et Le flic ricanant, l’éditeur a annoncé cet été un troisième titre très attendu en Blu-ray pour le mois de novembre 2016 : l’épatant Tire encore si tu peux (Giulio Questi, 1967), extraordinaire western spaghetti mâtiné de fantastique que beaucoup d’amateurs considèrent comme « LE » meilleur western italien, ex-aequo avec le formidable Far West Story (Bruno Corbucci, 1972).

La sortie du Flic ricanant en Blu-ray est un petit événement en soi : le film est à ce jour inédit en DVD en France, mais également inédit en Haute Définition dans le monde entier, même si, pour être tout à fait honnête, l’américain Kino Lorber l’a également annoncé pour la mi-octobre. Le film a été remasterisé par le laboratoire français TCS (Neuilly sur Seine) : on peut dire adieu aux taches et autres poussières disgracieuses, mais également à la granulation d’origine de la pellicule – le réducteur de bruit vidéo (DNR) a fait son office. L’encodage du film est proposé en 1080i (25 fps), ce qui fera passer le film d’1h52 en salles à 1h47 sur votre Home Cinema. Globalement, le master est stable et propre, et les couleurs et contrastes ne posent pas le moindre problème – la tenue des noirs est d’avantage hasardeuse sur les arrière-plans de couleur unie. Mais trêve de maniaquerie, et applaudissons donc des deux mains Rimini Éditions de nous offrir la possibilité de revoir le film dans de bonnes conditions. Côté son, c’est également du très bon boulot avec à la fois la VF et la VO proposées en DTS-HD Master Audio 2.0, claires et intelligibles. On préférera néanmoins la VO à sa petite sœur la VF, qui présente un léger souffle ainsi que quelques légers décalages de synchronisation épars.

Côté suppléments, outre la bande annonce originale, Rimini Éditions nous propose un inédit et très intéressant entretien avec François Guérif qui évoque le film et surtout l’œuvre de Per Wahlöö et Maj Sjöwall, le célèbre duo d’auteurs suédois auteurs du livre dont est tiré Le flic ricanant. Ce passionnant sujet est mis en boite par Christophe Champclaux et Linda Tahir Meriau, que les amateurs de cinéma à domicile connaissent bien puisqu’ils signent avec régularité des sujets pour divers éditeurs vidéo indépendants, et l’entretien est mené par Jean-Pierre Vasseur, une des figures majeures de l’édition vidéo en France, puisqu’il s’agit de l’ex-patron d’Opening et Filmedia, qui gère aujourd’hui Rimini Éditions qu’il a fondé il y a quelques années, et dont la passion pour le cinéma demeure visiblement intacte et vivace.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici