Test Blu-ray : Le Déserteur de Fort Alamo

0
679

Le Déserteur de Fort Alamo

États-Unis : 1953
Titre original : The Man from the Alamo
Réalisation : Budd Boetticher
Scénario : Steve Fisher, D.D. Beauchamp
Acteurs : Glenn Ford, Julie Adams, Victor Jory
Éditeur : Sidonis Calysta
Durée : 1h19
Genre : Western
Date de sortie cinéma : 27 novembre 1953
Date de sortie DVD/BR : 25 mai 2023

1836. Le Texas lutte pour son indépendance. Le Fort Alamo résiste face aux attaques de l’armée mexicaine de Santa Anna. John Stroud est chargé de quitter le fort pour prévenir les familles des environs du danger des envahisseurs mexicains. Il arrive trop tard. Sa femme et son fils ont été tués par des hors-la-loi. Le Fort Alamo tombe. Stroud gagne Franklin où le lieutenant Lamar le fait arrêter pour désertion…

Le Film

[4/5]

Surtout connu dans le domaine du western grâce à ses collaborations répétées avec l’acteur Randolph Scott entre 1956 et 1960, Budd Boetticher n’en a pas moins réalisé une poignée de formidables westerns en dehors du fameux « cycle Ranown ». Sorti sur les écrans du monde entier en 1953, Le Déserteur de Fort Alamo est de ceux-là : il s’agit effet d’un film court (1h19), direct, et surtout vraiment bourré d’action du début à la fin. De la fameuse attaque de Fort Alamo aux virils combats à mains nues entre cowboys, en passant par les incontournables scènes de diligence, le spectateur n’a en effet jamais le temps de s’ennuyer ou de trouver le temps long : tout y apparaît comme parfaitement maîtrisé, avec un sens du rythme géré de main de maître par Budd Boetticher.

Les spectateurs ayant vu quelques films du cycle Ranown ne seront pas dépaysés : sous les traits de Glenn Ford, le cinéaste nous propose une première version de son héros archétypal, à savoir un outsider, un personnage déchu obsédé par une vengeance personnelle, très similaire à ceux que Randolph Scott incarnerait par la suite dans des films comme le génial L’Homme de l’Arizona (1957). Et on ne pourra que saluer la prestation de Glenn Ford dans Le Déserteur de Fort Alamo : ce dernier nous livre en effet une excellente performance dans le rôle d’un homme qui a tout perdu, et dont la réputation a été entachée par une sombre histoire. De fait, même si son personnage – John Stroud – s’avère un personnage aussi brisé que cynique, l’identification avec le spectateur fonctionnera à plein régime, notamment grâce au fait que l’on découvre en parallèle son histoire et ses qualités d’être humain.

Et comme un bon western se mesure souvent à la qualité de son « méchant », on ne pourra que se régaler de l’interprétation de Victor Jory, qui incarne Wade, le mercenaire responsable de la mort de la famille du héros. Victor Jory est un excellent méchant, et Budd Boetticher parvient à le rendre assez iconique, par le biais d’une poignée de gros plans sur sa sueur, ou grâce à ses ricanements, qui vous donneront à coup sûr la chair de poule. Dans le rôle de la demoiselle en détresse de service, Julie Adams est également parfaite au cœur de ce Déserteur de Fort Alamo, et parvient vraiment à tirer le meilleur d’un rôle manifestement écrit un peu par-dessus la jambe. On notera également la présence à l’écran de Neville Brand et de Chill Wills, deux savoureux seconds-rôles du western des années 50.

La photo du film, magnifique, est signée Russell Metty, qui confirme ici sa maitrise absolue du travail sur le Technicolor. La réalisation de Budd Boetticher est plus que solide, et si le résultat n’égale peut-être pas tout à fait l’état de grâce qu’atteindrait le cinéaste quelques années plus tard avec le cycle Ranown, Le Déserteur de Fort Alamo n’en demeure pas moins un régal de western, à redécouvrir séance tenante.

Le Blu-ray

[4/5]

Le Déserteur de Fort Alamo était déjà sorti sous les couleurs de Sidonis Calysta en 2017, mais au format DVD uniquement. La copie qui nous est proposée cette année est probablement tirée du même master : le résultat est donc perfectible, mais ce nouveau transfert nous permettra tout de même de bénéficier d’une augmentation sensible de la définition, ainsi qu’une nette amélioration des contrastes et des couleurs. Pour autant, comme certains autres films édités dans la collection « Western de légende » ces dernières années, l’alignement des bandes du Technicolor n’est pas optimal, ce qui tend à créer de petits halos verts autour des personnages. L’étalonnage des couleurs est bon, et la granulation d’origine a été préservée avec un soin maniaque (avec une granulation plus importante sur les scènes nocturnes ou en basse lumière). Bref, le rendu Haute-Définition est satisfaisant, même s’il n’est pas spectaculaire. Côté son, VF et VO nous sont proposées en DTS-HD Master Audio 2.0, et ne souffrent pas de problème particulier : l’équilibre entre les dialogues et la musique est solide, et l’ensemble est mixé à un niveau correct.

Du côté des suppléments, Sidonis Calysta recycle tout d’abord les bonus de l’édition DVD du film. On commencera donc par une présentation de l’œuvre de Budd Boetticher par Bertrand Tavernier (23 minutes), déjà présente sur plusieurs Blu-ray de films du cinéaste sortis chez l’éditeur. Le réalisateur de Coup de torchon nous y expliquera notamment que beaucoup des films de Boetticher étaient inédits en France et qu’il avait dû les voir en Belgique, et avait signé pour les Cahiers du Cinéma un entretien « trans-océanique » avec le cinéaste, qui était alors enfermé en prison au Mexique. On continuera ensuite avec une présentation du film, toujours assurée par Bertrand Tavernier (19 minutes), qui permettra au regretté cinéaste d’aborder la tonalité de l’œuvre, ainsi que ses qualités et ses défauts, tout en dressant des passerelles entre Le Déserteur de Fort Alamo et d’autres films de Budd Boetticher. Cela sera ensuite au tour de la présentation du film par Patrick Brion (7 minutes), signée de la même désinvolte manière que d’habitude : le créateur du « Cinéma de Minuit » y replacera le film dans son contexte historique ainsi qu’au sein de la carrière de Budd Boetticher, et reviendra sur l’implication de Glenn Ford dans le film. En plus de ces suppléments déjà disponibles sur le DVD de 2017, Sidonis Calysta nous propose également une autre présentation du film, cette fois assurée par Jean-François Giré (9 minutes), le petit nouveau de la collection « Western de légende ». Il y reviendra, entre autres, sur l’humour du film, ses personnages, ainsi que sur la réalisation de Budd Boetticher et la prestation de Glenn Ford. On terminera le tour des suppléments avec la traditionnelle bande-annonce.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici