Test Blu-ray : John Wick 3 – Parabellum

2
154

– Parabellum

 
États-Unis : 2019
Titre original : John Wick, Chapter 3 – Parabellum
Réalisation :
Scénario : , , ,
Acteurs : , ,
Éditeur :
Durée : 2h10
Genre : Action
Date de sortie cinéma : 22 mai 2019
Date de sortie DVD/BR : 23 septembre 2019

 

John Wick a transgressé une règle fondamentale : il a tué à l’intérieur même de l’Hôtel Continental. « Excommunié », tous les services liés au Continental lui sont fermés et sa tête mise à prix. John se retrouve sans soutien, traqué par tous les plus dangereux tueurs du monde…

 


 

Le film

[4/5]

Cascadeur de formation, le réalisateur de la saga John Wick Chad Stahelski a dû, comme beaucoup d’autres dans son métier, être profondément marqué par la sortie de en 2011. Véritable film-charnière dans l’Histoire du cinéma d’action, le film de Gareth Evans a su prouver qu’un film d’action expérimental, quasiment uniquement composé de bastons / cascades / gunfights, pouvait non seulement fonctionner d’un point de vue artistique, mais également rencontrer un immense succès international. John Wick est donc en quelque sorte un fils illégitime de The raid, et dénote d’une vision extrêmement « pragmatique » du genre. Si Ovidie Raziel déclare régulièrement – non sans une certaine poésie – que « le porno, c’est fait pour se branler », John Wick et surtout ses deux suites s’imposent comme de fiers représentants d’un action-porn pour le moins décomplexé, partant du principe que le film d’action, c’est fait non pas forcément pour se tirer sur la nouille, mais pour voir de l’action, et uniquement pour cela. Ainsi, si le scénario du premier épisode des aventures de John Wick était déjà fin comme du papier à cigarettes, il contenait tout de même en son sein une petite poignée d’enjeux dramatiques, qui ont complètement disparus du deuxième opus, et encore à plus forte raison du troisième. Le scénariste de la saga Derek Kolstad semble d’ailleurs s’en amuser plutôt qu’autre chose, puisque le leitmotiv des dialogues de John Wick 3 – Parabellum est « Tout ça pour un chien ! ».

Ainsi, si vous vous attendez à ressentir une quelconque empathie pour le personnage incarné par Keanu Reeves, vous en serez forcément pour vos frais : le film n’est en effet qu’un enchaînement de scènes d’action extrêmement spectaculaires, mais que bien des cinéphiles pourront trouver sans âme et répétitives. Cependant, si vous êtes de ceux qui « zappez » les scènes de dialogues quand vous visionnez ou revisionnez un film d’action – quitte à vous repasser parfois les mêmes scènes en boucle – il y a de fortes chances pour que John Wick 3 – Parabellum vous foute une trique d’enfer, dans le sens où vous n’aurez probablement que très peu à manipuler votre télécommande… Car à l’image des flics de The raid, qui nettoyaient étage après étage un immeuble rempli de truands, John Wick affrontera littéralement le monde entier dans cet opus, puisque sa tête est mise à prix, qu’il a tous les assassins du globe à ses trousses et qu’il est strictement interdit de lui porter assistance.

Et c’est donc parti pour une suite de scènes d’action bourrines et souvent très jouissives, prenant place dans des endroits inédits et relativement bien exploités : une bibliothèque où Keanu affronte, uniquement armé d’un livre, un géant de 2 mètres 21 (Boban Marjanovic), un antiquaire donnant lieu à un affrontement aux couteaux, une écurie puis une poursuite motos / cheval, une dantesque bataille rangée à Casablanca durant laquelle le personnage est secondé par une femme et deux bergers allemands… Puis retour à l’Hôtel Continental pour un final d’une quarantaine de minutes prenant notamment place dans une pièce remplie de plaques de verres et d’hologrammes, vaguement similaire à la galerie des glaces du deuxième épisode.

 

 

Cela dit, l’ensemble est globalement varié, la bonne humeur est de la partie et les scènes de fights s’enchaînant quasiment non-stop ne donneront pas trop d’impression de répétition, sauf peut-être au cours du dernier acte, un poil trop long. Après un twist prévisible, la fin du film laisse bien sûr augurer d’une suite, qui s’annonce tout aussi folle et décomplexée.

Vous savez donc à quoi vous attendre, et John Wick 3 – Parabellum « delivers the goods » comme on le dit outre-Atlantique ; à coup sûr, les fans des deux premiers opus seront aux anges, à l’image de notre rédacteur en chef Pascal Le Duff, qui écrivait à la sortie du film :

« Ce troisième chapitre des aventures du tueur affecté par la mort de son chien est une suite directe du précédent. La moindre scène de combat est soigneusement chorégraphiée, avec des trouvailles mortelles délirantes. Avec John Wick, même un livre devient une arme. Face à lui, une organisation criminelle bien huilée, avec une adjudicatrice zélée qui enquête sur ceux qui l’ont aidé.

Keanu Reeves est toujours aussi athlétique et il le prouve face aux dizaines de poursuivants déterminés à mettre fin à ses jours. Ce qui est fascinant avec cet anti-héros attachant, c’est de voir à quel point il est populaire dans son milieu, même chez ceux qui vont tenter de le tuer, avec parfois une déférence certaine. Autre grande amie de la race canine, Halle Berry l’aide efficacement, un peu à contrecœur. (Le pacte des loups) est un adversaire à sa démesure. »

 

 

Le Blu-ray

[4,5/5]

Sur le plan technique (image / son), Metroplitan Vidéo nous livre avec cette édition Blu-ray de John Wick 3 – Parabellum un sans-faute absolu, une véritable galette de démonstration. Tous les niveaux sont poussés au maximum, ou même, à la manière de l’ampli de Spinal Tap, bloqués sur le chiffre onze. La définition est d’une précision cristalline, le piqué littéralement chirurgical, les contrastes sublimes, tout est au taquet, Metro nous livre véritablement une galette de référence, et ce malgré les nombreuses scènes sombres, plongées dans la fumée ou au contraire dans les explosions de couleurs. Qu’il s’agisse des couleurs, du niveau de détail ou de la profondeur de champ, il n’y a rien à redire, et l’encodage soigné nous donne vraiment l’opportunité de profiter à fond de ce grand spectacle décérébré. Côté son, même constat, on est dans l’excellence acoustique absolue et totale. La bande-son est encodée en Dolby Atmos en VO, et DTS-HD Master Audio 7.1 en VF : le spectacle acoustique est tout simplement exceptionnel. Comme pour l’image, la scène audio fourmille de détails et d’effets en tous genres, autour du spectateur, au-dessus, en-dessous… Les basses font littéralement trembler les murs, l’immersion est totale et vraiment bluffante. Le disque de démo par excellence.

Du côté de la section suppléments, Metroplitan Vidéo nous propose comme à son habitude une série de featurettes dressant un passage en revue très complet de tous les aspects du tournage. On commencera avec deux sujets consacrés à l’intrigue du film : « Parabellum : l’héritage de la Grande Table » (11 minutes) et « Excommunicado », qui reviendront sur les rebondissements et la mythologie mise en place par la saga, le tout étant agrémenté d’entretiens avec les acteurs et l’équipe technique. Le reste des featurettes sera naturellement consacré aux scènes d’action, avec un module relativement général (« Dans la ligne de mire », 10 minutes) et d’autres qui seront plus spécifiquement orientés vers des scènes en particulier, telles que celle de la très amusante poursuite motos / cheval (« En selle, Wick ! », 5 minutes), sur la récurrence de certaines scènes dans cet épisode mais également dans les deux premiers films (« Motos, lames, ponts et autres broutilles », 7 minutes) ou encore sur la scène mettant en scène les deux chiens (« Dog Fu », 8 minutes). On s’attardera ensuite avec plaisir sur les décors et le production design du film, pour les scènes tournées au Maroc (« Continental dans le désert », 10 minutes) ou dans l’Hôtel Continental (« La maison de verre », 7 minutes), pour terminer avec un sujet dédié au montage de John Wick 3 – Parabellum. Mais ce n’est pas tout, car les plus curieux auront également la possibilité de découvrir le jeu vidéo John Wick : Hex à travers un teaser et un making of, qui reviendra de façon assez complète sur la façon dont ont été conçues ses scènes de combat. On terminera bien sûr avec une poignée de bandes-annonces éditeur.

On notera également que le Blu-ray de John Wick 3 – Parabellum édité par Metropolitan Vidéo est présenté dans un superbe Steelbook aux couleurs du film.

 

2 Commentaires

  1. Image et son au top mais les sous-titres et textes incrusté son en anglais donc carton rouge à Metropolitan car les blu ray des deux premiers opus, les textes étaient en français comme au cinéma.

    • Bonjour Chuck ! C’est amusant que vous disiez ça, car personnellement, je préfère toujours avoir les mentions écrites d’un film (comme par exemple le générique, les indications géographiques / temporelles ou certains sous-titres) dans leur langue originale : l’inverse me gène toujours un peu.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici