DVD — 09 avril 2019
Test Blu-ray : Ip Man legacy – Master Z

Ip Man legacy – Master Z

 
Hong-Kong, Chine : 2018
Titre original : Ye Wen hui chuan – Zhang Tianzhi
Réalisation :
Scénario : ,
Acteurs : , ,
Éditeur : /
Durée : 1h43
Genre : Action
Date de sortie DVD/BR : 10 avril 2019

 

Après avoir été vaincu par le Maître Ip Man, Cheung Tin Chi, blessé dans son orgueil, mène une vie modeste, se consacrant à son épicerie et à l’éducation de son fils. En voulant secourir son ex-fiancée, le challenger de Ip va devenir la cible des triades de Hong-Kong, menées par le cruel Kit Kang et sa sœur Kwan. Il devra affronter le funeste Owen Davidson, un homme d’affaires américain au cœur du commerce de l’héroïne pour vaincre tous ses ennemis, sauver sa fierté et gagner le respect de ses pairs…

 


 

Le film

[4/5]

Après avoir revisité la vie de Ip Man (1893-1972) pendant trois films, la saga cinématographique Ip Man prend aujourd’hui un tournant avec Ip Man legacy : Master Z, spin-off consacré à la personnalité de Cheung Tin Chi, introduit dans Ip Man 3 (et probablement inspiré de Sum Nung). Dans le générique, le contexte nous est littéralement expédié : après sa défaite contre Ip Man, Cheung Tin Chi se réfugie avec son fils dans une vie modeste, gardant le profil bas afin de ne pas attirer l’attention sur lui. Et le spectateur de suivre durant le premier quart d’heure du film le train-train de cet ex-gangster recyclé en épicier. Mais bien sûr, Cheung Tin Chi – toujours incarné à l’écran par Jin Zhang (Max Zhang) – n’aura pas forcément le même train-train que le mec qui tient le Franprix en bas de chez vous : lui sera régulièrement sollicité, pris à partie et agressé, ce qui l’emmènera dans une impitoyable spirale de vengeance au cours de laquelle il distribuera sans compter les coups de latte dans les rouleaux, retournés / envolés avec grosse charge dans le thorax et autres subtilités du Wing Chun.

Qu’on se le dise : si l’intrigue d’Ip Man legacy : Master Z n’est certes pas ce qui se fait de meilleur dans le genre, le film est suffisamment généreux en action pour enthousiasmer le bourrin qui sommeille en chacun de nous. Si bien sûr le contexte historique est plutôt respecté, le fait d’aborder ici la franchise par le biais d’un personnage n’ayant pas réellement existé laisse tout de même pas mal de libertés aux auteurs du film, qui mettent du coup le pauvre Cheung Tin Chi au cœur de tous les combats, distribuant les branlées à tour de bras dans des scènes finalement très variées, et chorégraphiées par le maître absolu du genre, Yuen Woo-Ping, qui occupe cette fois également le poste de réalisateur. Car les bastons sont nombreuses et régulières, rythmant un film n’ayant certes peut-être pas la classe des deux premiers Ip Man, mais s’avérant tout de même très attachant et efficace, même s’il s’enlise un peu dès que les personnages arrêtent de se battre. Probablement conscients de cet état de fait, les auteurs d’Ip Man legacy : Master Z ont mis la dose sur les scènes de combat, toutes ou presque épatantes, spectaculaires et câblées – même si l’on regrettera l’utilisation ponctuelle d’effets spéciaux numériques pour les cascades les plus dangereuses. Si les scènes d’action sont chorégraphiées et mises en scènes avec une énergie folle, on notera une préférence toute particulière pour celle, très originale, que l’on appellera du « verre de whisky », qui est certes une « fausse » scène d’action, mais qui touche presque à l’abstraction poétique et s’avère très enthousiasmante.

Et pour palier à l’absence de Donnie Yen (qui n’apparaitra que dans quelques flash-backs issus d’Ip Man 3), les auteurs d’Ip Man legacy : Master Z ont eu la très bonne idée de coller trois opposants de taille à Jin Zhang : Dave Bautista, ancien catcheur, qui imprime comme toujours son charisme animal à l’écran, Michelle Yeoh, véritable légende du film d’arts martiaux, et qui, à 56 ans, fait encore preuve d’une sacrée vivacité, et enfin , la révélation de Ong bak, qui nous fait également le plaisir d’un petit caméo remarqué. Bref, autant dire qu’avec Ip Man legacy : Master Z, les amateurs d’arts martiaux et des chorégraphies surréalistes « made in Hong Kong » seront littéralement à la fête : on applaudit des deux mains !

 

 

Le Blu-ray

[4/5]

C’est M6 Vidéo qui prend aujourd’hui l’initiative de nous proposer Ip Man legacy : Master Z en Blu-ray, et le moins que l’on puisse dire, c’est que l’éditeur a plutôt soigné sa copie : le résultat est superbe, définition au taquet, piqué d’une précision redoutable, couleurs éclatantes de naturel… En trois mots, un excellent boulot. On regrettera cela dit le choix d’un encodage en 1080i, qui réduira un peu la durée du film ; cela dit, il s’agit d’un problème technique assez récurrent en ce qui concerne les films en provenance de Hong Kong depuis quelques années, et on suppose que le master fourni à l’éditeur était déjà en 25 images / seconde. Du côté des pistes sonores, VF et VO sont encodées en DTS-HD Master Audio 5.1 : les deux mixages sont dynamiques, proposant des effets parfois surprenants, notamment sur les échos. La répartition et le placement des voix est très subtil et le tout délivre une parfaite efficacité, surtout lors des très spectaculaires scènes d’action.

Du côté des suppléments, on trouvera trois featurettes, qui composeront, mises bout à bout, un making of d’une dizaine de minutes. On y découvrira l’envers du décor des dantesques scènes d’action qui rythment le métrage, avec des images du tournage (avec câbles apparents) et des interventions du casting : Yuen Woo-Ping, Max Zhang, Dave Bautista, Tony Jaa… Le tout est parfaitement informatif (et sous-titré en anglais). On terminera le tour des bonus avec les bandes-annonces du film.

 

Articles semblables

Partage

Auteur

Cet article a été écrit par Mickaël Lanoye, rédacteur cinéma / DVD / Blu-ray sur Critique-film.fr. Lire tous ses articles