Test Blu-ray : Hercule contre les vampires

0
346

 
Italie, Allemagne de l’Ouest : 1961
Titre original : Ercole al centro della Terra
Réalisation :
Scénario : , Mario Bava, ,
Acteurs : , ,
Éditeur :
Durée : 1h25
Genre : Péplum, Aventures, Fantastique
Date de sortie cinéma : 9 mai 1962
Date de sortie DVD/BR : 31 mai 2020

 

Afin de s’emparer du trône d’Œchalie, Lyco envoûte la belle Déjanire pour ensuite la sacrifier aux forces des ténèbres. Voulant sauver sa fiancée, Hercule consulte l’oracle Sybille, qui l’invite à aller chercher une pierre magique au royaume d’Hadès. Mais pour s’y rendre, il devra d’abord ramener une pomme des jardins des Hespérides. Avec l’aide de Thésée et de Télémaque, le héros part à l’aventure…

 


 

Le film

[5/5]

Si vous aimez les films de gladiateurs, vous connaissez forcément Reg Park, le bodybuilder anglais ayant incarné Hercule, Maciste ou Samson dans un nombre incalculable de films. Vu de loin en effet, on peut avoir l’impression que les musclés de l’époque, Steve Reeves, Reg Park ou Kirk Morris, se sont battus pendant des années pour exhiber leur corps huilé devant un public conquis. Sauf qu’en réalité, si Reeves et Morris ont en effet tous deux tourné dans une vingtaine de films, Reg Park quant à lui n’aura été vu que dans cinq films, et seulement cinq, entre 1961 et 1965. Successeur de Steve Reeves au titre de « plus bel athlète du Monde » (F.F.C.P.H. – Londres, 1951), Park n’en marquera pas moins les mémoires, s’imposant notamment comme inspiration et mentor d’Arnold Schwarzenegger dans le domaine du culturisme. En 1970, alors âgé de 42 ans, il céderait d’un demi-point le titre de Mr. Univers à Schwarzenegger. En 1973, lors de sa dernière compétition, il finirait de nouveau deuxième au concours de Mr. Univers… à 45 ans, c’est pas mal.

Les adeptes du genre antique vous l’affirmeront cependant en bloc : en seulement quelques films, Reg Park a indéniablement marqué le péplum, s’imposant sans peine comme l’un des meilleurs « Hercule » du grand écran grâce à deux films tournés en 1961, Hercule contre les vampires, réalisé par l’immense Mario Bava, et l’époustouflant Hercule à la conquête de l’Atlantide, mis en scène par Vittorio Cottafavi. Deux films qui auront su aborder le genre de façon fraîche et atypique, délaissant la glorification de ses héros et les scènes tournées en extérieur pour privilégier les aventures prenant de claires libertés avec le(s) mythe(s), et privilégiant une esthétique flamboyante et baroque qui ne sera pas, dans le cas d’Hercule contre les vampires, sans nous rappeler les grandes heures de l’horreur gothique de la Hammer.

Forcément, me direz-vous, puisque Christopher Lee y incarne Lycos, un démon dont les attitudes et la dignité maléfique sont littéralement calquées sur celle du prince des ténèbres Dracula, que l’acteur britannique avait déjà interprété quelques années avant dans Le cauchemar de Dracula (1958). Sa prestation avait d’ailleurs tellement marqué les mémoires qu’elle vaudrait finalement au film de Mario Bava son titre français Hercule contre les vampires, paradoxal dans le sens où on n’y croise aucun vampire. Cela dit, ce n’est pas la seule fois où des vampires seront rajoutés de façon opportuniste aux titres des films de Bava, puisqu’on ne trouverait pas d’avantage de traces de vampires dans La planète des vampires (1965), ni dans Baron vampire (1972).

Quasi-intégralement tourné en studio, Hercule contre les vampires suivra donc littéralement la descente aux Enfers d’Hercule, qui visitera le royaume d’Hadès afin de trouver le « rubis de la vie », pierre magique qui désenvoûtera sa fiancée Déjanire, qui est sous l’emprise de Lycos. Dans sa quête, il sera accompagné de Thésée () et de Télémaque, le sidekick comique de service (). Mais avant de pénétrer au royaume des morts, les trois compères seront confrontés aux Hespérides et à leur fameuse pomme d’or, et à une créature de pierre appelée Procuste. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que formellement, Mario Bava s’éclate littéralement : aidé par un Scope somptueux et une photo sublime aux couleurs presque psychédéliques, il signe avec malice un film à la fois sincère, généreux, drôle et attachant, riche de passages visuellement épatants et d’autres qui s’imposeront comme quasi-immédiatement anthologiques (la visite chez l’oracle, l’affrontement contre Procuste). Et finalement, on ajoutera que le jeu assez limité de Reg Park, compensé par son physique musculeux réellement impressionnant (les adeptes du genre antique seront conquis), contribue encore un peu plus au charme fou de ce péplum d’un nouveau genre, qui allie avec délice bonhomie fantasque et romantisme sombre.

Hercule contre les vampires s’avère donc un film hétérogène mais tellement unique qu’il en devient immédiatement attachant. Sa fulgurante beauté plastique, ses ruptures de ton, ses outrances formelles et sa générosité barge sont autant d’éléments qui contribuent à son éclatante réussite artistique. Ainsi, presque soixante ans après sa sortie, on se régale toujours autant de la trajectoire de cet Hercule et de sa promenade de santé au cœur des Enfers.

 

 

Le coffret Blu-ray

[5/5]

Disponible sous les couleurs d’Artus Films dans un coffret Combo Blu-ray + DVD exceptionnel, Hercule contre les vampires intègre de fait sa prestigieuse collection de Digibooks grand luxe, aux finitions parfaites, dédiés depuis quelques années à différents films et réalisateurs chers aux cœurs des amateurs de cinéma de genre. Artus continue donc avec régularité à étoffer une collection de galettes Haute-Définition riche et variée, que l’on pourra sans peine considérer comme absolument incontournable, d’autant que les coffrets proposés par l’éditeur français nous proposent toujours des visuels originaux et réussis.

Comme d’habitude, ce nouveau coffret Hercule contre les vampires comporte à la fois le film de Mario Bava sur support DVD et Blu-ray. Le film bénéficie d’ailleurs d’un très bel upgrade Haute Définition : le master est stable, propre, le grain d’origine est bel et bien présent, la définition est le piqué sont d’une précision accrue, les couleurs sont littéralement explosives… Du très beau travail, pour un master impeccable issu d’une nouvelle restauration 2K. Du côté des pistes son, on aura droit à la version française et à la version italienne, toutes deux mixées en LPCM 2.0 mono d’origine évidemment. Les dialogues sont clairs, les ambiances plutôt bien préservées, sans souffle : on tient là une présentation optimale pour voir et revoir le film dans les meilleures conditions possibles.

En plus d’être un bel objet qui trônera fièrement sur vos étagères aux côtés des autres films édités par Artus Films depuis quelques mois, ce riche coffret digibook Hercule contre les vampires n’est d’ailleurs pas avare en suppléments : on commencera avec le livret de 80 pages intégré à l’étui, rédigé dans un style clair, concis et passionné par Michel Eloy, créateur et rédacteur en chef du site PEPLVM – IMAGES DE L’ANTIQUITÉ, dédié au cinéma et à la BD historico-mythologiques. Richement illustré, ce livret reviendra sur tous les aspects du film, en abordant notamment la carrière de Mario Bava, la folie italienne autour du personnage d’Hercule dans les années 60, mais également la représentation des Enfers au cinéma ou le personnage de Vlad Dracul alias Vlad III « l’empaleur », fils de Vlad II « le dragon », personnage historique ayant inspiré Dracula. Sur le Blu-ray proprement dit, l’éditeur nous propose un passionnant entretien avec Giorgio Ardisson (24 minutes), dont les propos seront introduits par l’historien du cinéma Fabio Melelli. Enregistré en 2012, cet entretien avec l’acteur disparu en 2014 lui permettra de revenir avec un certain humour sur de nombreux aspects de sa carrière, sur le tournage du film de Bava, mais également sur les différentes épreuves qu’il a du subir dans sa vie personnelle, telle que la perte d’un de ses fils. Enthousiaste et souvent drôle (notamment quand il évoque son amour pour les femmes), il proposait de louer son immense maison pour toutes sortes de réceptions. On terminera le tour des suppléments avec une sélection de bandes-annonces du film.

Attention : suite aux mesures de confinement liées à la crise du COVID-19, Artus Films a dû s’adapter et reporter la sortie de Hercule contre les vampires, initialement prévue au 7 avril, au 31 mai pour les réseaux de vente traditionnelle. Cependant, la boutique en ligne d’Artus Films reste ouverte : vous pouvez donc d’ores et déjà commander le film sur le site de l’éditeur afin de profiter de ce petit chef d’œuvre durant le confinement !

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici