Test Blu-ray : H.G Clouzot restauré en 4K

0
521

En parallèle du coffret « Clouzot – L’essentiel » disponible depuis le 24 octobre, vient de proposer, dans sa collection dédiée au patrimoine TF1 Studio, deux des plus grands films d’ dans des Blu-ray restaurés 4K : Le salaire de la peur (1953) et (1955). Deux chefs d’œuvre absolus attendus de pied ferme par nombre de cinéphiles français…

 

 

Le salaire de la peur


France, Italie : 1953
Titre original : –
Réalisateur :
Scénario : ,
Acteurs : , ,
Éditeur :
Durée : 1h57
Genre : Thriller, Drame
Date de sortie cinéma : 29 janvier 1955
Date de sortie DVD/BR : 24 octobre 2017

 

 

En Amérique Centrale, une compagnie pétrolière propose une grosse somme d’argent à qui acceptera de conduire deux camions chargés de nitroglycérine sur 500 kilomètres de pistes afin d’éteindre un incendie dans un puits de pétrole. Quatre aventuriers sont choisis et entament un voyage long et très dangereux…

 

 


France : 1955
Titre original : –
Réalisateur :
Scénario : ,
Acteurs : , ,
Éditeur :
Durée : 2h32
Genre : Thriller, Drame
Date de sortie cinéma : 22 avril 1953
Date de sortie DVD/BR : 24 octobre 2017

 

 

Dans une institution destinée à l’éducation des jeunes garçons, Christina et Nicole, respectivement épouse et maîtresse du directeur Michel Delasalle, s’associent afin d’assassiner l’homme qu’elles ont fini par haïr. Mais quelques jours après leur méfait, le corps de Michel disparaît

 

 

Les films

[5/5]

Le salaire de la peur et . Ces deux titres mythiques, qui filent le vertige aux cinéphiles et des complexes aux apprentis réalisateurs, ne peuvent logiquement se révéler inconnus des lecteurs de critique-film.fr. Car il s’agit non seulement de deux des plus grands films français des années 50, mais aussi et surtout deux véritables monuments du cinéma international. Bénéficiant d’une mise en scène pensée et littéralement millimétrée, d’acteurs au sommet de leur carrière, les deux films de Clouzot se montrent encore aujourd’hui, soit plus de soixante ans après leur réalisation, deux œuvres d’une modernité tout bonnement hallucinante. Deux films à voir et à revoir, sur lesquels on a tout dit au fil des années, et sur lesquels il serait superflu de revenir. Deux longs-métrages purement et simplement IN-DIS-PEN-SA-BLES.

On notera juste que ces deux sorties s’inscrivent dans une « grande année » pour la mise en avant et la redécouverte du cinéma d’. 2017 sera en effet à marquer d’une pierre blanche pour les cinéphiles français amateurs de l’œuvre du cinéaste, comme l’année qui aura vu débarquer le coffret « Clouzot – L’essentiel », une quasi « intégrale » de sa filmographie sur support DVD. TF1 Studio, en collaboration avec d’autres éditeurs français (Gaumont, StudioCanal, les Editions Montparnasse, Pathé, Potemkine), vient en effet de rendre un magnifique hommage à avec un coffret 13 DVD sorti le 24 octobre, et réunissant l’essentiel de ses œuvres majeures, en versions restaurées 2K ou 4K. L’occasion rêvée de se replonger dans le travail de ce réalisateur inventif, insaisissable, touche-à-tout, visionnaire et iconoclaste, maître fondateur du cinéma de genre à la française…

 

 

L’assassin habite… au 21 (1942), Le corbeau (1943), Quai des orfèvres (1947), Manon (1949), Retour à la vie (1949 – inédit en DVD en France), Miquette et sa mère (1950 – inédit mais bientôt disponible en Blu-ray chez Pathé), Le salaire de la peur (1953), (1955), Le mystère Picasso (1956), Les espions (1957 – inédit en DVD en France), L’enfer (1964) et La prisonnière (1968) se retrouveront donc réunis, et accompagnés d’un DVD de suppléments, contenant des documentaires et un court-métrage signé Clouzot. Un complément idéal à la sortie en Blu-ray du Salaire de la peur et des Diaboliques en somme !

 

 

Les Blu-ray

[5/5]

Tous deux disponibles chez au sein de sa très riche collection « Héritage », Le salaire de la peur et s’offrent donc aujourd’hui un très attendu lifting Haute Définition sur galette Blu-ray, et l’éditeur en profite pour nous livrer des éditions absolument définitives des deux chefs d’œuvre d’. Les deux films ont été restaurés en 4K, et on notera que Le salaire de la peur nous est proposé dans sa version longue, d’une durée de 2h33. Et aussi bien côté image que côté son, le master proposé par l’éditeur sur les deux films est tout bonnement excellent, un net cran au-dessus du travail déjà très bon effectué par les américains de Criterion. Les films sont naturellement proposés au format 1.37:1 respecté et en 1080p ; la granulation d’origine a été préservée, mais cela n’empêche pas le piqué d’afficher une très belle précision, même en basse lumière. Les contrastes affichent une forme insolente, même si l’on repère forcément une perte de définition sur certains plans par rapport à d’autres (plans à effets, etc). Le mixage audio des deux films est proposé en DTS-HD Master Audio 2.0 et mono d’origine, clair et sans souffle dans les deux cas : une présentation optimale pour deux films qui méritaient bien cet effort éditorial.

Côté suppléments, confirme cet effort éditorial, que l’on avait déjà pu constater cela dit sur les précédentes sorties de la collection « Héritage ». On trouvera déjà pour chaque film un livret rédigé par Pascal Mérigeau, qui n’a malheureusement pu nous être fourni par l’éditeur. Les deux films bénéficieront bien sûr de la traditionnelle bande-annonce, mais on trouvera également d’autres bonus, le plus souvent très intéressants.

Sur le Blu-ray du Salaire de la peur, l’éditeur nous propose une présentation du film par Samuel Blumenfeld (Le Monde) et Jean Ollé-Laprune (Ciné Classics), intitulée « Regards croisés sur Le Salaire de la peur ». Les deux critiques se renvoient la balle en multipliant les informations sur le film ; leurs échanges sont dynamiques, et le tout se laisse suivre avec grand plaisir. La parole sera ensuite laissée à Xavier Giannoli, qui nous dresse en une vingtaine de minutes un très intéressant portrait de Clouzot et de son cinéma, comparant par exemple la maniaquerie du détail de Clouzot avec celui de Stanley Kubrick. Sous le titre « Aux sources du choc originel » se cache en fait un entretien avec le cinéaste Bong Joon-ho, qui évoque sa passion pour le film, qu’il a découvert enfant à la télévision coréenne. On terminera ensuite avec une courte série d’images d’archives consacrées à Yves Montant, ainsi qu’un passionnant sujet sur la restauration du film.

Sur le Blu-ray des Diaboliques, on commencera avec une présentation du film par Bernard Stora. Ancien assistant de Clouzot, il évoque ses souvenirs liés au cinéaste, et revient sur le film, dressant notamment un parallèle entre les relations qui liaient et sur le plateau, qui se transposaient telles quelles à l’écran. Un étrange jeu de miroirs sur lequel rebondiront également (entre autres) les critiques Samuel Blumenfeld et Jean Ollé-Laprune, qui reviennent sur le film dans une fine analyse intitulée Regards croisés sur par l’éditeur. On terminera avec des images d’archives consacrées à , au cœur desquelles les deux auteurs du roman original reviennent sur l’adaptation de Clouzot.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici